Lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem

Madame,

Vous souhaitez abolir la prostitution.

Je veux vous dire avant toute chose que je ne doute pas un instant de votre sincérité. J’ai bien pris note que votre position abolitionniste n’est ni moralisatrice, ni paternaliste ; qu’elle n’est motivée que par une sincère compassion pour ces jeunes femmes, souvent victimes de réseaux mafieux et de proxénètes violents, qui se prostituent non par choix mais parce qu’on les y oblige. Si ma raison, le peu d’intelligence dont je crois être capable, me suggérait qu’une telle politique avait, ne serait-ce que la plus infime chance d’améliorer le sort de ces femmes, croyez bien que je vous soutiendrai corps et âme. Seulement voilà : je crois que vous commettez là une grave erreur et que la prohibition que vous appelez de vos vœux fera beaucoup plus de mal que de bien.

La première chose que vous devez admettre, c’est que vous ne parviendrez jamais à abolir la prostitution. Vous aurez peut être l’illusion d’y être parvenu ; mais ce ne sera jamais rien d’autre qu’une illusion qui ne trompera que celles et ceux qui voudront bien y croire. La prostitution, que l’on évoque souvent – et probablement à tort – comme « le plus vieux métier du monde », existe parce que certains hommes ne peuvent pas satisfaire leurs désirs dans le cadre d’une relation à titre gracieux et parce que certaines femmes, poussées par la pauvreté ou en quête d’indépendance financière, acceptent de leur vendre ce service. Le désir masculin, le fait que certains hommes aient plus de succès que d’autres auprès de la gent féminine, que des couples soient plus ou moins biens assortis, la pauvreté et le fait que certaines femmes acceptent de se prostituer sont autant de constantes qu’aucune politique ne fera jamais disparaître. Peut être parviendrez-vous à ne plus la voir mais soyez sûre que, même sous un régime prohibitionniste, la prostitution continuera à exister. La véritable question est de savoir dans quelles conditions.

En poursuivant les clients, vous les obligerez à se montrer plus prudents, vous forcerez ainsi les prostituées à trouver des solutions pour leur offrir plus de discrétion, plus de clandestinité. Bien sûr, l’organisation d’un marché clandestin implique des coûts et une organisation adaptée : très rapidement, les indépendantes disparaîtront au profit de réseaux organisés capables d’organiser de telles rencontres.

La demande et la concurrence se faisant plus rares, ces réseaux pourront compenser les risques induits par votre politique en augmentant leurs tarifs. Mais n’ayez aucune illusion : les prostituées, elles, ne toucheront pas un centime de plus ; bien au contraire, ce sont les réseaux mafieux qui seront les principaux bénéficiaires de la prohibition. Des clients qui acceptent de payer plus cher, une main d’œuvre désormais totalement dépendante : il n’en faut pas beaucoup plus pour que le proxénétisme devienne une activité extrêmement lucrative. Forts de leurs pactoles et des perspectives florissantes de leurs activités, les réseaux pourront alors investir pour éliminer physiquement la concurrence, organiser leurs trafics à plus grande échelle et capturer encore plus de victimes non-consentantes dans leurs filets.

À l’abri des regards, les prostituées seront désormais livrées pieds et poings liés à leurs proxénètes qui pourront leur imposer des conditions de travail encore plus indignes tandis que les clients devront se contenter de ce que leur offre le réseau qui aura su se faire connaître d’eux : hygiène dégradée, absence de préservatifs… Il est inutile, je crois, de pousser plus avant la description de l’abjecte cloaque que vous vous apprêtez à créer.

Les politiques de prohibition – de l’alcool, de la drogue comme de la prostitution – n’ont jamais eut d’autres conséquences que de nourrir le crime organisé au dépens du reste de la société. C’est le gouvernement des États-Unis qui a fait la fortune d’Al Capone plus que n’importe qui d’autre. Si, comme j’en suis sincèrement convaincu, votre objectif est d’aider ces jeunes femmes, c’est précisément la politique inverse qu’il vous faut mettre en œuvre : légalisez la prostitution et abrogez la loi de 1946 qui interdit les maisons closes. Vous porterez ainsi un coup fatal aux réseaux de proxénétisme clandestins et vous permettrez aux prostituées de travailler de leur plein grès et dans conditions d’hygiène acceptables.

Au-delà des partis-pris idéologiques et des impératifs de la communication gouvernementale, les décisions que vous vous apprêtez à prendre seront lourdes de conséquences pour la vie de milliers d’anonymes. Souvenez-vous, de grâce, que les bonnes intentions ne suffisent pas – l’enfer, dit-on, en est pavé – et que, comme l’écrivait Karl Popper, « nos plus grands problèmes trouvent leur source dans quelque chose d’aussi admirable et sensé que dangereux : dans notre impatience à améliorer le sort de nos semblables » (1).

> le blog de Georges Kaplan

1. Karl Popper, La Société ouverte et ses ennemis (1945), préface de la deuxième édition.

Autres articles

8 Commentaires

  • bouvard paule née di Malta (à bizerte tunisie) , 27 Juin 2012 à 7:11 @ 7 h 11 min

    il faut compter aussi que des femmes aiment çà et ne veulent absolument pas s’en passer mais dans ce cas pour ne pas rouvrir les bordels où l’on pourrait examiner ces dames médicalement et le spectacle dans la rue aboli, elles gagneraient leur argent en faisant ce qu’elles aiment et il ne faut pas sous-estimer ce désir et les mafieux DEHORS

  • Jean louis prime , 27 Juin 2012 à 8:29 @ 8 h 29 min

    Monsieur Kaplan

    Je partage en tout point vôtre analyse, et la critique que vous faites de la mesure envisagée par Mme Vallaud-Belkacem. Je vous remercie néanmoins d’avoir mis en exergue la sincérité qui anime la ministre dans sa démarche. Il y a d’ailleurs une réussite que l’on peut mettre d’ors et déjà à son crédit qui est d’avoir ouvert le débat. Il faut maintenant que ce débat alimente la reflexion sur ce qu’ il convient de faire.
    Sincères salutations
    JLP

  • Paul-Emic , 27 Juin 2012 à 10:21 @ 10 h 21 min

    C’est un peu le drame éternel de la gauche, créer des systèmes coercitifs voire carrément dictatoriaux au nom du “Bien” et des bonnes intentions qui ne font que masquer un manque total de réalisme et de maturité tant personnels que politiques

  • pat61 , 27 Juin 2012 à 11:15 @ 11 h 15 min

    la gauche veut supprimer les prostitués, mais elle n’a pas autre chose à faire, comme le chômage, enfin tout ce qu’il avait promis………

  • Nasanboy , 27 Juin 2012 à 11:45 @ 11 h 45 min

    D’accord avec vous pat61,il semble que la gauche nous amusent avec des hochets qui ne rentrent pas dans nos GROS problèmes actuels,bien sûr il y a, et il y aura toujours la prostitution mais de grâce,parlez-nous de la misère de beaucoup de foyer,des taxes qui nous étouffent etc…Vos “Résolutions” sont fantoches et le début de ce quinquennat, déjà bien triste,oui, nous allons droit dans le mur !…

  • Logissime , 27 Juin 2012 à 12:07 @ 12 h 07 min

    Kaplan a entièrement raison.

    Je suggere à Mme Belkacem de s’attaquer plutôt à la Pédophilie.

    Tous nous avons un devoir de protéger les enfants et d’autant plus les Gouvernements.
    Les enfants en souffrent terriblement et cette souffrance d’avoir été abusé par des adultes les suivent toute leur vie….

  • gérard , 27 Juin 2012 à 13:12 @ 13 h 12 min

    A la suite de cet article je me permets de soumettre deux réflexions : La première est philosophique : ” Je préfère le désordre à l’ordre car l’ordre risque de créer un désordre encore plus grand” Ensuite je me souviens d’une réflexion de Monsieur Pompidou quand on lui soumettait des décrets à signer : “Mais quand donc va t-on arrêter d’emmerder les français ? ” Lui, avait tout compris. Et je gage que la Gauche, non seulement va emmerder les français mais qu’elle récoltera le désordre en jouant à l’apprenti sorcier.

Les commentaires sont fermés.