Quand donc s’indignera-t-on contre Stéphane Hessel ?

Tribune libre de François Préval*

Rien, il ne se passe toujours rien. Je veux parler de la dernière esclandre du roi de l’indignation sur commande, papy Stéphane Hessel. Voici maintenant plus d’un an que le vieil homme a accordé une interview à un journal allemand dans laquelle il minimisait la dureté de l’occupation allemande et près d’un mois que l’affaire a été rendu publique (et pas par les grands médias !), et pourtant, toujours rien, pas une condamnation, pas une seule… indignation !

Il y avait pourtant de quoi. Le monsieur affirme d’abord que sous l’occupation allemande, il était possible d’écouter chanter Juliette Gréco et d’aller voir des pièces de Jean-Paul Sartre. On aurait pu lui faire remarquer que Gréco n’a démarré sa carrière qu’après-guerre, que sa mère et sa sœur ont été déportées et que le théâtre de Sartre n’est pas précisément ce qui s’est fait de mieux pour le patrimoine culturel français. Mais le bonhomme va plus loin : “L’occupation allemande, dis-tu, était si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’oeuvres d’art.” Rien de moins ! Il est tout de même étonnant que pas une condamnation n’ait été exprimée quand de tels propos, quasi-similaires, mais dit par un autre homme, en l’occurrence Jean-Marie Le Pen, ont été en leur temps unanimement condamnés. Deux poids, deux mesures encore en vigueur ? Selon que vous serez de gauche ou d’extrême-droite ? Je n’ose y croire. En tous les cas, ces propos sont assez extraordinaires venant d’un homme qui serait un ancien grand résistant et patriote, surtout si l’on y ajoute les propos anti-israéliens flirtant avec l’antisémitisme pur. Voilà qui rappelle beaucoup l’épisode de l’Abbé Pierre en son temps. Notre époque serait-elle à ce point décatie que l’ensemble des grandes icônes reconnues se laisse happer par la tentation nocive de la démagogie et de l’inversion des valeurs ?

*François Préval est docteur en Histoire.

Autres articles

39 Commentaires

  • Gérard , 27 Juil 2012 à 16:17 @ 16 h 17 min

    Je critique l’occupation des territoires palestiniens par Israël et je considère que j’en ai le droit qui m’est octroyé par la Constitution. C’est une expression politique. Ce n’est pas de l’antisémitisme qui lui … est interdit par la Loi. A moins que l’on considère que critiquer la France soit du racisme.

  • Aaron , 27 Juil 2012 à 16:19 @ 16 h 19 min

    Peut-être que le Mossad pourrait le …???
    Oeuvre de salut public.

  • feeloo , 27 Juil 2012 à 17:41 @ 17 h 41 min

    Tout à fait d’accord. Merci. 1 ils sont nombreux les posts de ce genre sur ce site!

  • Robert , 27 Juil 2012 à 21:21 @ 21 h 21 min

    AAron,
    Le Mossad qui s’occuperait du salut public?
    On ne parle pas des mêmes ou ils ont vraiment beaucoup changé.
    C’est une bande de magouilleurs, trafics en tous genre, et d’assassins qui se cachent derrière la “légitimité” de l’intérêt d’Israël.

  • fauvette , 28 Juil 2012 à 9:09 @ 9 h 09 min

    D’accord avec vous .,j’ai lu S.Hessel et ce sont ses propos qui m’ont indignee ?Par contre avez vous lu :j’y crois pas d’Orimont Bolacre .? c’est beaucoup plus intelligent et dynamique!

  • blh , 28 Juil 2012 à 19:31 @ 19 h 31 min

    Ne mélangez pas anti-sémitisme et anti-sionisme. Jusqu’à preuve du contraire, le second n’est pas interdit, même à l’ONU.
    Si les chantres du premier ne disent quasiment rien, la raison en est bien simple. L’Europe est tellement sidérée par cette minorité des plus agissantes, en particulier la France, menacée sans cesse par des lois mémorielles dont l’expression la plus connue est l’archant et la prison, culpabilisée et montrée du doigt que, finalement, le peuple élu ne fiche comme de l’an 40 de certaines revendications, qu’elles proviennent d’un Hessel ou d’un Zemmour, ou d’une Lévy..A quelques nuances près évidemment. Pour eux, les goys aboient, mais la caravane passe et repasse..

  • LECONTE DE PARIS , 29 Juil 2012 à 11:54 @ 11 h 54 min

    Je dirais même plus: le Chancelier n’était pas foncièrement méchant, mais …il avait la bière mauvaise !

Les commentaires sont fermés.