Droite : quelle majorité électorale pour 2017 ?

Dans deux ans et demi, aura lieu l’élection présidentielle de 2017. A la mi-temps du quinquennat de François Hollande, se pose la question de savoir sur quelles thématiques et quel socle électoral elle se jouera à droite.

L’identité : cœur du nouveau bloc historique

« Le clivage gauche/droite a disparu. Demain, le clivage sera identitaire » prophétise Eric Zemmour, se basant notamment sur les travaux du géographe Christophe Guilluy et son dernier livre, La France périphérique. Comme l’analyse très bien la blogueuse Gabrielle Cluzel, cette défense de l’identité se déploie selon deux thématiques : la famille et la nation. A chacune d’entre elle correspond une sociologie et un positionnement politico-historique distinct.

Comme le montre le politologue Gaël Brustier dans son dernier livre Le Mai 68 conservateur, le thème de l’identité est au cœur du phénomène de La Manif pour Tous à travers la défense de la filiation. Apparue politiquement en 2013, la mouvance LMPT est assise sur « la France la plus catholique », sociologiquement localisée dans la petite et moyenne bourgeoisie, votant majoritairement jusqu’à maintenant pour l’UMP et ses satellites (Parti Chrétien-démocrate, UDI, MPF). Pour reprendre la classification de René Rémond, ainsi que son postulat selon lequel la droite légitimiste est électoralement marginale depuis la fin du XIXe siècle, cette mouvance est essentiellement une émanation de la droite orléaniste, catholique et bourgeoise.

“En nous incitant à prendre les décisions de bon sens trop longtemps repoussées, la crise actuelle nous donne une chance de ne pas avoir honte plus tard devant nos enfants.”

Le thème de l’identité nationale est présent de manière significative dans le débat publique depuis son usage par Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2007. Sociologiquement localisés dans les couches populaires dont Jaurès disait que « n’ayant plus rien, la Patrie est leur seul bien », c’est au Front National que se trouvent ses soutiens les plus fervents. Toujours selon Rémond, ceux qui en font un sujet prioritaire constituent la droite bonapartiste, populaire et patriote.

La question de l’attractivité électorale

Comme rappelé par le politologue Patrick Buisson, « la question n’est pas celle des alliances, mais celle de l’attractivité électorale ». Concrètement : au vu de l’impossibilité structurelle d’alliance entre l’UMP et le FN, la problématique pour chacune de ces composantes de la droite est de se positionner sur une ligne idéologique permettant d’attirer l’essentiel des électeurs de sa concurrente. Comme vu au paragraphe précédent, c’est le thème l’identité qui constitue le point de pivot entre les deux électorats.

De manière schématique, l’UMP promeut une ligne européiste et la protection de la famille via la mouvance LMPT, tandis que le Front National défend une ligne souverainiste et de protection de l’identité nationale. Dans les deux cas, le second thème est compatible avec le concurrent, tandis que le premier y est opposé. Une stratégie “d’attractivité électorale” consiste donc à mettre en avant le second thème du concurrent dans son programme, et a contrario d’ignorer le premier. Cette stratégie est celle mise en œuvre par Nicolas Sarkozy lors des campagnes présidentielles de 2007 et 2012, effectuées sur une ligne conservatrice et pro-européenne, assortie du thème de l’identité nationale destiné à faire basculer l’électorat FN. Cette stratégie a été gagnante en 2007 et a échouée de peu en 2012, après que l’électorat FN rallié eût compris qu’il n’était pas possible de traiter les conséquences des problèmes dénoncés sans traiter la cause européenne, les plus mauvais reports de voix à cette élection venant logiquement de la frange souverainiste du parti.

De manière symétrique, une stratégie d’attractivité électorale visant à constituer un bloc majoritaire autour du Front National consisterait pour lui à mettre en avant au coté des thèmes souverainistes et d’identité nationale celui de la défense de la famille vu sous l’angle identitaire. Ceci afin de permettre le basculement de l’électorat libéral-conservateur de l’UMP tendance LMPT, tout du moins de la partie prête à privilégier le conservatisme sur le libéralisme. C’est tout le sens du positionnement d’un parti comme le SIEL, dont le président Karim Ouchikh vient de réaffirmer l’alliance avec le FN au sein du Rassemblement Bleu Marine, et dont la majeure partie des candidats aux élections départementales de Mars prochain seront issues de la mouvance LMPT.

Crédibilité dans la détermination

Comme analysé par Eric Zemmour, le spectre politique français est en voie de reconfiguration. L’opportunité pour le FN de devenir le pivot d’une majorité à droite au détriment de l’UMP est d’autant plus forte qu’au sein de l’électorat de droite global, la tendance souverainiste progresse (l’électorat populaire vote de plus en plus à droite), tandis que la tendance européiste régresse (les cadres votent de plus en plus à gauche).

En plus de cette évolution sociologique, le Front National et ses satellites sont portés par la radicalisation de la droite française, en particulier au sein de la « France la plus catholique » à l’origine du mouvement du printemps 2013. L’échec des listes Forces Vie portées par l’ex-ministre chiraquienne Christine Boutin aux élections européennes de Mai dernier aura montré que sur un plan électoral, cette sociologie est davantage en demande de radicalité que d’un programme purement centré sur les questions de mœurs. En présence d’une gauche n’ayant plus de projet hors des droits individuels, et n’en déplaise à un Henri Guaino parfaitement lucide, le clivage politique français sera de plus en plus entre ceux qui sont prêts à trancher les nœuds gordiens et les autres, entre ceux qui sont prêts à payer le prix du changement et les partisans de facto du statu quo.

Conclusion : l’opportunité d’une rédemption

« Ce n’est pas le modèle économique de la France, c’est son âme qui est atteinte » rappelait Eric Zemmour, exprimant cette vérité que la crainte de la dérision incite trop souvent à garder pour soi. Comme montré par le psychiatre Guy Corneau dans son livre Victime des autres, bourreau de soi-même, l’effet positif d’une dépression est de permettre à l’individu qui en est victime de “lâcher prise” et de renouer avec son essence profonde. En nous incitant à prendre les décisions de bon sens trop longtemps repoussées, la crise actuelle nous donne une chance de ne pas avoir honte plus tard devant nos enfants.

Autres articles

24 Commentaires

  • Cap2006 , 26 Nov 2014 à 11:19 @ 11 h 19 min

    Vous résumez parfaitement le prochain éclatement de l’UMP.

    Il n’y a pas d’écart entre les électeurs ump pro mariton et ceux du FN.
    il y a un gouffre entre les electeurs ump pro lemaire et ceux pro mariton.

    30 à 35 % des electeurs sont en phase avec le repli identitaire et culturel porté par le FN.

    Mais les 25 à 30 % des electeurs sympatisant de droite restants, seront plus tenté par une “gauche” très recentrée ( plus encore que la gauche recentrée de Hollande, candidat par defection du champion ) que par :
    – famille reduite à la forme traditionnelle
    – patrie reduite à un pays jacobin qui ne reponds plus aux aspirations regionalistes d’une part et à la réalité continentale d’autres part.

  • Charles , 26 Nov 2014 à 11:43 @ 11 h 43 min

    1.Le pseudo “Jean Louis de Morcourt”
    est celui de Patrick Buisson lui même.

    2.Ceci mis à part, sa synthèse de l’état des lieux est pertinente.
    Il faut donc en tenir compte pour comprendre les années 2015/2017 qui arrivent sur nous.

    3.Nous avons donc bien 2 pôles qui se mettent en place sous nos yeux( UMP & FN).
    Ces 2 pôles, pour 36 raisons ne peuvent en aucun cas se rapprocher en T 2. (Tour no 2).

    4. L’UMP est en phase de décomposition du fait de sa guerre civile interne.
    Narkozy finira par prendre le contrôle de ce parti du seul fait de ses moyens financiers.
    Moyens financiers visibles et invisibles (surtout invisibles).

    Nous en avons vu la démonstration par le transport de Versailles à Bordeaux
    de ses affidés, dont le voyage et séjour fut offert pour venir huer Juju dans son fief.

    Nous en avons une autre preuve par le retournement de veste d’une dizaine de poids lourds de l’UMP qui avaient émis des réserves sur le retour de Narkozy en Juin 2014
    et qui avaient tous fait demi tour entre juillet et septembre 2014.
    Ceci y compris Villepin qui était parvenu à se défaire de son croc de boucher.

    5.Dans LMPT, il semble que Ludovine de la Ronchère ait de sérieux doute
    sur la sincérité et l’intérêt d’une jonction explicite avec l’UMP dont elle est issue.
    LMPT est entre 2 eaux, puisque présente dans la rue mais absente dans les urnes.

    6. Pour le SIEL, je crains que ce ne soit un autre pétard mouillé, un peu comme le RBM.
    Le RBM a permis quelques apports mais ne décolle pas pour autant (1.000 adhérents).
    Il faudra donc autre chose pour conforter le FN entre les T1 et les T2 de 2015/2017.

    Ce quelque chose devra être une extension élective,soit de LMPT, soit des manifestants
    de LMPT complétés par les veilleurs déjà actifs dans 150 villes de Fronce.

    7. De toutes manières , quelque chose de neuf devra émerger d’ici 2017
    et si possible en 2015 afin de sortir du blocage actuel.

    On sait déjà que d’un point de vue culturel et sociétal, la résistance a le vent en poupe,
    que ce soit sur l’euroscepticisme face à l’UERSS, ou sur le viol du droit adoptif des enfants.
    Cette résistance est partagée sur les 3 pays de référence que sont le RU,la RFA et la RF.
    Dans chacun de ses 3 pays nous voyons émerger une prise de conscience
    et un bloc électif opposé au pendule Goooche/Droaaaate de l’UERSS.
    Au RU, nous avons UKIP de Nigel Farage qui va gagner des députés en nombre en 2015.
    En RFA, nous avons AfD qui émerge de zéro en Juin 2013 pour atteindre les 15% en 2014
    En RF, nous avons le FN qui dépasse le seuil des 25 % en moyenne nationale des T1.
    Ceci n’est pas un hasard et ceci ne pourra pas s’arrêter dans les années à venir.

    Aux EUA, nous avons une tendance équivalente de contestation organisée (Tea Party).
    Les élections américaines de 2016 auront un impact sur nos présidentielles de 2017.
    Accrochez vos ceintures….

  • Tolosan , 26 Nov 2014 à 12:13 @ 12 h 13 min

    La conclusion me semble assez juste : “En présence d’une gauche n’ayant plus de projet hors des droits individuels … le clivage politique français sera de plus en plus … entre ceux qui sont prêts à payer le prix du changement et les partisans de facto du statu quo”. On pourrait aussi ajouter en complément : Le clivage politique sera de plus entre ceux qui, lassés par 30 années de mensonges et de trahisons, d’échecs économiques, de destruction de l’identité nationale, de montée du chômage et de l’insécurité ne croiront plus dans les promesses déjà mille fois répétées par les hommes politiques responsables de cette situation, et ceux qui résignés accepteront que le futur soit inexorablement la poursuite d’une trajectoire de déclin conduisant à l’effondrement.

  • trahi , 26 Nov 2014 à 13:41 @ 13 h 41 min

    A la vitesse ou vont les évènements politiques et économiques, il est un peu tôt pour faire des prévisionnels sur deux années et demies!!!C’est notre grande maladie moderne, faire des prévisons sur de nouveaux marchés, de nouvelles embauches, de nouvelles stratégies, de futur entrées d’argent! Si vous avez regardé Poujadas hier soir avec les entreprises aidées par Montebourg, FAILLITE et FERMETURE………………..nous verrons au mieux un an avant et pas “avant”!!!!

  • jejomau , 26 Nov 2014 à 15:07 @ 15 h 07 min

    SUS aux LGBT ! Nous sommes entrés en Résistance . Les seuls mots d’ordre qui circulent aujourd’hui , c’est :

    – L’Europe, ca suffit !
    – l’immigration : on n’en veut plus !
    – la théorie du Genre : stop !
    – Abrogation de la Loi Taubira qui ne sera pas ré-écrite !
    – les LGBT : dehors !

    Vive la France Souveraine chez Elle ! RE-SIS-TAN-CE !

    https://www.youtube.com/watch?v=6s8V1VfkbS4

  • Jean Dutrueil , 26 Nov 2014 à 16:40 @ 16 h 40 min

    @ Jean-Louis de Morcourt,

    Superbe article qui complète mon analyse sur Marine Le Pen!

  • Alainpsy , 26 Nov 2014 à 16:43 @ 16 h 43 min

    -Quand les “bobos hédonistes” auront compris que leur liberté est moins menacée dans une démocratie autoritaire que dans une société laxiste umps, que la transgression modérée est bien plus subtile que l’absence maladive de règles et de structures, alors ils voteront pour le FN.
    -Quand les homosexuels auront compris que la grande tolérance complice avec l’islam de la gauche décadente et d’une partie de la droite modérée est bien plus menaçante et liberticide pour eux qu’une simple suppression de la loi scélérate taubira sur le mariage, alors ils voteront pour le FN.
    -Quand les écolos auront compris que les duflot et autres mamère (l’ancien chanteur en peignoir) ne sont rien d’autres que des pantins attirés par les projecteurs, et des fossoyeurs-destructeurs de tout socle identitaire et de toute culture structurante, des gourous salivant le suicide de tout un peuple, alors ils voteront pour le FN.
    -Quand les abonnés au vote PS et UMP reprendront les analyses, les promesses, les lois, les magouilles, les mensonges et toutes les saloperies qu’ils ont commises depuis 40 ans, du plus petit échelon jusqu’au plus haut, alors ils voteront FN.
    C’est la France pragmatique, réaliste, volontaire, identitaire, fière et ambitieuse, contre une France figée dans le misérabilisme, le compassionnel, le vote tiède et le pillage du contribuable.

Les commentaires sont fermés.