Droite : quelle majorité électorale pour 2017 ?

Dans deux ans et demi, aura lieu l’élection présidentielle de 2017. A la mi-temps du quinquennat de François Hollande, se pose la question de savoir sur quelles thématiques et quel socle électoral elle se jouera à droite.

L’identité : cœur du nouveau bloc historique

« Le clivage gauche/droite a disparu. Demain, le clivage sera identitaire » prophétise Eric Zemmour, se basant notamment sur les travaux du géographe Christophe Guilluy et son dernier livre, La France périphérique. Comme l’analyse très bien la blogueuse Gabrielle Cluzel, cette défense de l’identité se déploie selon deux thématiques : la famille et la nation. A chacune d’entre elle correspond une sociologie et un positionnement politico-historique distinct.

Comme le montre le politologue Gaël Brustier dans son dernier livre Le Mai 68 conservateur, le thème de l’identité est au cœur du phénomène de La Manif pour Tous à travers la défense de la filiation. Apparue politiquement en 2013, la mouvance LMPT est assise sur « la France la plus catholique », sociologiquement localisée dans la petite et moyenne bourgeoisie, votant majoritairement jusqu’à maintenant pour l’UMP et ses satellites (Parti Chrétien-démocrate, UDI, MPF). Pour reprendre la classification de René Rémond, ainsi que son postulat selon lequel la droite légitimiste est électoralement marginale depuis la fin du XIXe siècle, cette mouvance est essentiellement une émanation de la droite orléaniste, catholique et bourgeoise.

“En nous incitant à prendre les décisions de bon sens trop longtemps repoussées, la crise actuelle nous donne une chance de ne pas avoir honte plus tard devant nos enfants.”

Le thème de l’identité nationale est présent de manière significative dans le débat publique depuis son usage par Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2007. Sociologiquement localisés dans les couches populaires dont Jaurès disait que « n’ayant plus rien, la Patrie est leur seul bien », c’est au Front National que se trouvent ses soutiens les plus fervents. Toujours selon Rémond, ceux qui en font un sujet prioritaire constituent la droite bonapartiste, populaire et patriote.

La question de l’attractivité électorale

Comme rappelé par le politologue Patrick Buisson, « la question n’est pas celle des alliances, mais celle de l’attractivité électorale ». Concrètement : au vu de l’impossibilité structurelle d’alliance entre l’UMP et le FN, la problématique pour chacune de ces composantes de la droite est de se positionner sur une ligne idéologique permettant d’attirer l’essentiel des électeurs de sa concurrente. Comme vu au paragraphe précédent, c’est le thème l’identité qui constitue le point de pivot entre les deux électorats.

De manière schématique, l’UMP promeut une ligne européiste et la protection de la famille via la mouvance LMPT, tandis que le Front National défend une ligne souverainiste et de protection de l’identité nationale. Dans les deux cas, le second thème est compatible avec le concurrent, tandis que le premier y est opposé. Une stratégie “d’attractivité électorale” consiste donc à mettre en avant le second thème du concurrent dans son programme, et a contrario d’ignorer le premier. Cette stratégie est celle mise en œuvre par Nicolas Sarkozy lors des campagnes présidentielles de 2007 et 2012, effectuées sur une ligne conservatrice et pro-européenne, assortie du thème de l’identité nationale destiné à faire basculer l’électorat FN. Cette stratégie a été gagnante en 2007 et a échouée de peu en 2012, après que l’électorat FN rallié eût compris qu’il n’était pas possible de traiter les conséquences des problèmes dénoncés sans traiter la cause européenne, les plus mauvais reports de voix à cette élection venant logiquement de la frange souverainiste du parti.

De manière symétrique, une stratégie d’attractivité électorale visant à constituer un bloc majoritaire autour du Front National consisterait pour lui à mettre en avant au coté des thèmes souverainistes et d’identité nationale celui de la défense de la famille vu sous l’angle identitaire. Ceci afin de permettre le basculement de l’électorat libéral-conservateur de l’UMP tendance LMPT, tout du moins de la partie prête à privilégier le conservatisme sur le libéralisme. C’est tout le sens du positionnement d’un parti comme le SIEL, dont le président Karim Ouchikh vient de réaffirmer l’alliance avec le FN au sein du Rassemblement Bleu Marine, et dont la majeure partie des candidats aux élections départementales de Mars prochain seront issues de la mouvance LMPT.

Crédibilité dans la détermination

Comme analysé par Eric Zemmour, le spectre politique français est en voie de reconfiguration. L’opportunité pour le FN de devenir le pivot d’une majorité à droite au détriment de l’UMP est d’autant plus forte qu’au sein de l’électorat de droite global, la tendance souverainiste progresse (l’électorat populaire vote de plus en plus à droite), tandis que la tendance européiste régresse (les cadres votent de plus en plus à gauche).

En plus de cette évolution sociologique, le Front National et ses satellites sont portés par la radicalisation de la droite française, en particulier au sein de la « France la plus catholique » à l’origine du mouvement du printemps 2013. L’échec des listes Forces Vie portées par l’ex-ministre chiraquienne Christine Boutin aux élections européennes de Mai dernier aura montré que sur un plan électoral, cette sociologie est davantage en demande de radicalité que d’un programme purement centré sur les questions de mœurs. En présence d’une gauche n’ayant plus de projet hors des droits individuels, et n’en déplaise à un Henri Guaino parfaitement lucide, le clivage politique français sera de plus en plus entre ceux qui sont prêts à trancher les nœuds gordiens et les autres, entre ceux qui sont prêts à payer le prix du changement et les partisans de facto du statu quo.

Conclusion : l’opportunité d’une rédemption

« Ce n’est pas le modèle économique de la France, c’est son âme qui est atteinte » rappelait Eric Zemmour, exprimant cette vérité que la crainte de la dérision incite trop souvent à garder pour soi. Comme montré par le psychiatre Guy Corneau dans son livre Victime des autres, bourreau de soi-même, l’effet positif d’une dépression est de permettre à l’individu qui en est victime de “lâcher prise” et de renouer avec son essence profonde. En nous incitant à prendre les décisions de bon sens trop longtemps repoussées, la crise actuelle nous donne une chance de ne pas avoir honte plus tard devant nos enfants.

Articles liés

24Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • charles-de , 26 novembre 2014 @ 17 h 45 min

    Ce sera donc quand les poules auront des dents, ou aux calendes grecques !

  • jejomau , 26 novembre 2014 @ 19 h 25 min

    Au fait la Droite, c’est quoi ? La Droite, c’est ce qui rassemble tous ceux qui sont fiers de leur Patrie :

    https://www.youtube.com/watch?v=zVhpT9tZa9A

  • hermeneias , 26 novembre 2014 @ 19 h 41 min

    Ni FN ni UMP

    LIBERTEEEEEE gueulait W.Wallace . Et la Vérité vous rendra LIBRES ….disait quelqu’un

    Marine lepen et le fn ? Faut voir !
    En tout cas pas les social-natio-républicains , pas de démocratie “autoritaire” à défaut d’autorité

    Les cireurs de pompes du fn , les larbins et astiqueurs de godasses lamentables , bien souples de l’échine ….seront les éternels laquais et refaits . Plutot crever les “armes” à la main

  • PG , 26 novembre 2014 @ 20 h 08 min

    Non cet article contredit le vôtre totalement.
    Car il reconnait au FN un rôle de pivot, alors que vous annonciez sa défaite pour mauvais stratégie présidentielle en 2017, AVANT même que l’élection n’ait eu lieu.
    Cet article contient un aveu : UMP et LMPT ont partie liée, et l’une est l’émanation de l’autre, la MPT bien sûr. Cela explique son échec pour incapacité de répondre à une nécessité de rupture avec l’UMp comme parti culturellement de gauche.
    Là se trouve l’erreur majeure de cette analyse : l’UMp ne défend pas la famille et ses valeurs, mais elle rallie un électorat bourgeois et de valeurs catholiques, l’UMP étant une figure de la modération et de l’esprit bourgeois orléaniste, selon la théorie de R. Rémond. La France catholique pratiquant et suivant encore l’enseignement de Rome, est essentiellement composée de classes moyennes et moyennes supérieures des centres villes ou quartiers aisés, statistiquement parlant, la moyenne des chiffres n’excluant pas d’autres sociologies. Mais cette partie orléaniste de la droite procède plus électoralement par identification sociale que par idées : car depuis la loi Veil, ce segment de la droite eut du la quitter, et les palinodies de l’UMP, que seul le Salon Beige et cette droite plus bourgeoise que profondément catholique, ne voient pas devraient entamer cette habitude de vote.
    La théorie du second thème comme point d’accroche de concurrent à concurrent explique pourquoi le Salon Beige et certains blogs connexes, par omission sur les prises de position du FN, ou par mise en évidence de faits mineurs présentés comme faits majeurs, font tout pour créer une image d’un FN de gauche favorable à l’Islam et pro homosexualiste, et indifférent aux familles.
    Le problème que ne résout pas cet article est celui du messager : sur les 4 thèmes, aujourd’hui, me FN et Marine Le Pen sont nettement plus crédibles que leurs concurrents. Et la seule loi TAUBIRA n’explique pas cet aspect fondamental, que cet article néglige dans le cas de la présidentielle. Autant en 2007 un J-m Le Pen vieilissant face à un Sarkozy ayant fait de sa trémulation une illusion d’action, a pu perdre une partie de son électorat, autant en 2012 un Sarkozy allié de la gauche a t il eu du mal à faire croire que l’outrance verbale relative et buisssonisée, compenserait la jeunesse et la pugnacité de Marine Le Pen.
    Pour jouer le style commando, il y a une image indispensable à la crédibilité. Marine Le Pen incarnait une autre image de force, mais dans un registre authentique;
    Et encore n’avons nous pas tout vu : lorsque X. Bertrand aura été élu Président de la Région Nord Pas de Calais-Picardie avec le soutien et les voix des conseillers régionaux PS et Verts pour empêcher Steeve Briois ou Marine Le Pen qui auront le premier groupe d’élus de cette région avec près de 40 % des voix d’en prendre la Présidence, la réponse à la question de savoir qui est de droite et qui est de gauche, et quels thèmes de droite sont encore crédibles pour l’UMP s’imposera de soi-même.

    La droite UMP a déjà perdu la présidentielle : JUPPE ne tiendra pas lorsque la dissolution et des élections législatives à la proportionnelle début 2016 auront définitivement fait exploser l’UMP.
    Faute de majorité, si ce n’est pas Marine Le pen, ce sera F. HOLLANDE ou Ségolène Royal qui ségeront à l’Elysées fin mai 2017.

  • PG , 26 novembre 2014 @ 20 h 11 min

    Non cet article contredit le vôtre totalement.
    Car il reconnait au FN un rôle de pivot, alors que vous annonciez sa défaite pour mauvais stratégie présidentielle en 2017, AVANT même que l’élection n’ait eu lieu.
    Cet article contient un aveu : UMP et LMPT ont partie liée, et l’une est l’émanation de l’autre, la MPT bien sûr. Cela explique son échec pour incapacité de répondre à une nécessité de rupture avec l’UMp comme parti culturellement de gauche.
    Là se trouve l’erreur majeure de cette analyse : l’UMp ne défend pas la famille et ses valeurs, mais elle rallie un électorat bourgeois et de valeurs catholiques, l’UMP étant une figure de la modération et de l’esprit bourgeois orléaniste, selon la théorie de R. Rémond. La France catholique pratiquant et suivant encore l’enseignement de Rome, est essentiellement composée de classes moyennes et moyennes supérieures des centres villes ou quartiers aisés, statistiquement parlant, la moyenne des chiffres n’excluant pas d’autres sociologies. Mais cette partie orléaniste de la droite procède plus électoralement par identification sociale que par idées : car depuis la loi Veil, ce segment de la droite eut du la quitter, et les palinodies de l’UMP, que seul le Salon Beige et cette droite plus bourgeoise que profondément catholique, ne voient pas devraient entamer cette habitude de vote.
    La théorie du second thème comme point d’accroche de concurrent à concurrent explique pourquoi le Salon Beige et certains blogs connexes, par omission sur les prises de position du FN, ou par mise en évidence de faits mineurs présentés comme faits majeurs, font tout pour créer une image d’un FN de gauche favorable à l’Islam et pro homosexualiste, et indifférent aux familles.
    Le problème que ne résout pas cet article est celui du messager : sur les 4 thèmes, aujourd’hui, me FN et Marine Le Pen sont nettement plus crédibles que leurs concurrents. Et la seule loi TAUBIRA n’explique pas cet aspect fondamental, que cet article néglige dans le cas de la présidentielle. Autant en 2007 un J-m Le Pen vieilissant face à un Sarkozy ayant fait de sa trémulation une illusion d’action, a pu perdre une partie de son électorat, autant en 2012 un Sarkozy allié de la gauche a t il eu du mal à faire croire que l’outrance verbale relative et buisssonisée, compenserait la jeunesse et la pugnacité de Marine Le Pen.
    Pour jouer le style commando, il y a une image indispensable à la crédibilité. Marine Le Pen incarnait une autre image de force, mais dans un registre authentique;
    Et encore n’avons nous pas tout vu : lorsque X. Bertrand aura été élu Président de la Région Nord Pas de Calais-Picardie avec le soutien et les voix des conseillers régionaux PS et Verts pour empêcher Steeve Briois ou Marine Le Pen qui auront le premier groupe d’élus de cette région avec près de 40 % des voix d’en prendre la Présidence, la réponse à la question de savoir qui est de droite et qui est de gauche, et quels thèmes de droite sont encore crédibles pour l’UMP s’imposera de soi-même.

    La droite UMP a déjà perdu la présidentielle : JUPPE ne tiendra pas lorsque la dissolution et des élections législatives à la proportionnelle début 2016 auront définitivement fait exploser l’UMP. Et Sarkozy aura succombé dans les marécages et trous d’eau judiciaires de l’UMP et son quinquennat.
    Faute de majorité, si ce n’est pas Marine Le Pen, ce sera F. HOLLANDE ou Ségolène Royal qui siégeront à l’Elysées fin mai 2017.
    Mais l’équation du rassemblement à droite se situe bien dans le tryptique : libertés, valeurs, souveraineté.

  • Alainpsy , 26 novembre 2014 @ 20 h 38 min

    Rien n’est jamais certain ni définitif, il y a de plus en plus de gens qui prennent conscience, et quand les djihadistes seront de retour, ou quand leurs soutiens passeront à l’action,des questions supplémentaires se poseront, les masques tombent régulièrement mais on ne peut pas imposer aux gens de réfléchir plus vite que leur endoctrinement leur permette, je garde confiance au regard de ces dernieres années, le chemin parcouru est déjà conséquent, la suite de l’aventure est éclairée par cette expérience positive et prometteuse.

  • Jean Dutrueil , 27 novembre 2014 @ 7 h 24 min

    @PG,

    Je vous invite à relire la conclusion de mon article intitulé “du FN à l’union des droites.” 🙂

Les commentaires sont clôturés.