Le discours de Marion Maréchal-Le Pen contre le délit d’entrave à l’IVG

Le discours de Marion Maréchal-Le Pen contre le délit d’entrave à l’IVG

Source : LCP, 26 janvier 2017.

Articles liés

6Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Richard , 27 janvier 2017 @ 16 h 58 min

    Une belle voix vient de se lever.

  • eric-p , 28 janvier 2017 @ 2 h 58 min

    Excellent discours de MMLP qui met une fois de plus cette idéologue tarée
    face à ses propres contradictions…

  • eric-p , 28 janvier 2017 @ 3 h 00 min

    Le problème dans ce débat est que la droite fait semblant (une fois de plus !)
    de s’opposer à ce texte avec quelques gesticulations…mais le sénat accompagne malgré tout globalement la gauche !
    Trahison !!!

  • Charles , 28 janvier 2017 @ 10 h 01 min

    Tout à fait Eric P, le sénat en majorité LR-UMP votera cette loi perverse.
    Le pire c’est que leurs électeurs qui se référent au christianisme votent pour eux.

    Sinon, je remarque quelles tendances significatives sur les médias de l’empire.

    1. Les journalistes les moins bêtes ont disparu des écrans parce que ils ne savent plus comment argumenter face à MFGM (MarineFlorianGilbertMarion). Parfois même ils reconnaissent la qualité des arguments, ce qui est inaceptable pour leur direction.
    Donc ils préfèrent éviter. Il ne reste plus que des Zozos débiles ou des poupées barbies.

    2. Les forces de l’empire UMPS ne savent plus qui opposer à MFGP. On ne voit plus les gros chats, type Daubresse et autres. Ils ont disparu parce que ils se cachent. C’est ce que dit Bourdin qui les invite sans recevoir de réponse positive.

    3.Il semble bien que MFGP ont convenu entre eux de ne plus se laisser emballer par les zournalistes zozo qui disent n’importe quoi et ne travaillent pas leurs dossiers.
    On a vu depuis 3 semaines une série de claques données par les 3 mousquetaires (donc 4)
    aux Zozos qui dépassaient les bornes. Du jamais vu en fronce occupée, puisque les réponses sont devenues cinglantes. “Vous n’avez rien compris”. “Vous ne faites pas votre travail”
    les français pauvres ne veulent plus ni vous voir ni vous écouter, etc

    4. Marion a enfin pris une position proche de celle que je recommande depuis 4 ans ici même sur NDF. A savoir ne pas attaquer la loi Veil de front mais par le côté en abordant la question des moyens d’un vrai choix en plan B comme bébé.
    Pour autant, certains mots devraient être encore plus durs.On est dans le tout ou rien. Marion se trouve au milieu du gué, soit elle pousse en avant soit elle recule.
    Exemple; Elle parle d’avortement “subi” alors qu’il faut parler d’avortement “forcé”.
    Elle n’est pas assez spécifique en ne listant pas les 3 groupes de femmes piégèes.

    Groupe no 1: Les JF entre 15 et 25 ans.
    Celles ci sont sous astreinte scolaire (bac) ou universitaire.
    Ce groupe représente près de 50 % des avortements en fronce occupée.
    Les féministes ont toujours refusé d’aborder le sujet par l’aspect du droit à la continuité scolaire & universitaire (aménagement des dates d’examen pour les JF enceintes et accès à des locaux adaptés aux jeunes enfants, cursus scolaire adaptés aux JF enceintes, accès possible (et non obligé) à des lycées résidentiels dédiés aux JF & bébé).

    Groupe 2: Les femmes seules (de plus en plus nombreuses) entre 25 et 45 ans
    Celles ci sont sous astreinte économique (ne pas perdre son emploi) sachant que les allocations familiales ne sont accessibles que dés le deuxième enfant (AF-2). Ceci alors que les dites AF-2 sont rendues possibles par les cotisations des entreprises ou travaillent les dites femmes seules. In fine ,les AF-2 sont en réalité “payées” par des salariés qui ne peuvent pas avoir d’enfant parce que elles en peuvent avoir accès aux AF-2 au premier enfant.
    Une solution consiste à capitaliser les cotisations (comme pour les droits au chômage) donc ouvrir un budget spécifique pour les JF avec antériorité cotisante cumulée (donc y compris les chômeuses). Le principe étant de réserver cette prestation AF-1 aux personnes ayant un capital “cotisant” y compris par reversion des parents ou grand parents cotisants.
    Donc exclure les personnes n’ayant aucune antériorité cotisante, ni directe, ni indirecte.
    Celles ayant une antériorité cotisante marginale (quelques mois ) et zéro antériorité générationnelle, ne touchant que un montant minimal afin d’éviter des dérives (emplois fictifs).
    Groupe no 3; La totalité de la population féminine.
    Les forces de l’empire font des rapports sur tous les sujets de société sauf sur l’essentiel, à savoir les effets secondaires de l’avortement, tels que vécus et décrits sur les blogs de type anti IVG. Il existe bien une désinformation sur le sujet en particulier par l’absence de statistiques publiques sur les segments abortifs (régions, ages etc)

    Conclusion
    Nous vivons dans un monde très différent d’il y a 50 ans.
    Le fait d’élever un enfant pour devenir un adulte actif/cotisant,est bien plus complexe et plus coûteux. Il faut donc un filet de soutien spécifique aux parents “cotisants”.
    Ceci par opposition à un enfant futur adulte assisté qui se promènera en pyjamas toute la journée…pour faire des enfants avec le travail des autres au travers des allocations diverses (AF2 et APL etc)

  • Tonio , 28 janvier 2017 @ 11 h 14 min

    A part MMLP qui protège vraiment les petits Français-Françaises à naître ?
    Personne: on roupille dans la routine; tant que le bon peuple n’est pas dans la rue, les élus restent sous leur couette.

  • frannot , 31 janvier 2017 @ 8 h 19 min

    Excellent, clair, complet, rien à ajouter…
    met en évidence l’absolue contradiction et la mauvaise foi de ce pouvoir.

Les commentaires sont clôturés.