Cohn-Bendit, ce héraut

On l’avait presque oublié, l’ami Dany ! Mais ce n’est pas son genre de se faire discret. Alors il s’est rappelé à notre bon souvenir en multipliant les saillis au parlement européen ce mercredi 26 février. Après avoir traité Bruno Gollnisch et les parlementaires FN de « crétins finis » et menacé les Suisses de sanctions, il n’a pas hésité – se souvenant sans doute du sort des Irlandais après leur refus du traité de Lisbonne – à prophétiser que ce lamentable peuple aux prétentions démocratiques « reviendraient à genoux » vers l’UE. Il est extraordinaire cet homme : de ce mois de mai 1968 où le photographe Gilles Caron l’immortalisa à l’instant où il toisait un CRS d’un air goguenard jusqu’à ce discours morveux du 26 février 2014, il n’a changé ni dans le fond ni dans la forme.

Dans le fond, on pourrait objecter que bien au contraire tout a changé puisque « Dany le rouge », le hippy anticapitaliste et anticonsumériste est devenu l’un des plus fiers hérauts d’un européisme et d’un mondialisme financiarisé et utilitariste jusqu’à l’horreur, horreur de la GPA aussi bien que celle de la classe ouvrière française sacrifiée. Cette contradiction n’est cependant qu’apparente car la générosité du mouvement de 68 n’était que du théâtre : c’était déjà la fausse générosité de celui qui veut accueillir et soigner le monde entier mais qui abandonne ses enfants. Non, Soixante-huit n’a jamais été une révolution collectiviste et altruiste. La plupart des étudiants rebelles étaient des « fils de » et leurs revendications étaient à l’image de leurs slogans puérils, c’est-à-dire purement égoïstes. Par la suite, le sort que ces enfants gâtés ont réservé à leurs descendants – à savoir le saccage de leur héritage culturel et économique –  n’a fait que confirmer cet égocentrisme foncier. In fine, ils n’auront transmis aucune des riches traditions qu’ils avaient reçues et ils ne légueront en guise d’héritage que des dettes abyssales et des germes de guerres civiles. Oui, dès le début ce mouvement fut un caprice de nantis irresponsables et le parcours de Daniel Cohn-Bendit n’en est que la parfaite illustration.

Dans la forme, la permanence est encore plus manifeste. Certes les cheveux et la largeur des pattes du pantalon ont un peu raccourcis par rapport aux années soixante-dix mais le costume sans cravate est quasiment le même que sur la photographie de Gilles Caron : le baba n’aura duré qu’un temps ; le faux cool est resté identique à lui-même. Le langage lui non plus n’a pas changé : toujours ce mélange de verve brillante et de registre familier ou grossier soigneusement pesé. L’insulte facile, le mépris de son contradicteur, l’arrogance des bienpensants, la superbe du bien-né, la superficialité des préoccupations, le culte du moi … tout cela a magnifiquement résisté à l’épreuve du temps. Que les opposants de la première heure me pardonnent, eux qui plus encore que leurs descendants ont eu à supporter la morgue agressive de l’oligarchie post-soixante-huitarde – mais tout cela fait bien de Daniel Cohn-Bendit le digne héraut de la génération 68 !

Autres articles

23 Commentaires

  • FIGAROCB , 28 Fév 2014 à 9:36 @ 9 h 36 min

    Ce pauvre type, gauchiste à bloc et perverti veut se permettre de donner des leçons ! Il ferait mieux d’en recevoir ! L’avenir donnera raison à l’Irlande qui fait du libéralisme ce que déteste, bien entendu, notre farceur vedette !

  • eric-p , 28 Fév 2014 à 10:20 @ 10 h 20 min

    Il a tout de même été rappelé à l’ordre par le président du parlement.
    Ceci étant dit, il bénéficie d’une relative mansuétude par rapport à d’autres ce qui est anormal.

  • monhugo , 28 Fév 2014 à 10:31 @ 10 h 31 min

    CB le Zéro : “héros” de 68, alors que faisant de vagues études de “sociologie” (déjà à l’époque un cursus en forme d’impasse). 0 diplôme. Se retrouve “aide-éducateur” en crèche outre-Rhin (avec l’enthousiasme que l’on ne rappelle plus pour le tripotage de gamines de 4/5 ans) quand, allemand, il est expulsé de France. Puis “journaliste” dans une feuille anar. Apatride jusqu’à l’âge de 14 ans, avait opté pour la nationalité allemande pour échapper au service militaire.
    Gollnisch : lui aussi était à Nanterre en 68 (4 ans plus jeune que CB, qui a 69 ans cette année). Brillant diplômé en droit, ancien avocat (barreau de Paris), et plus jeune directeur d’UFR de France (Lyon) : langue et civilisation japonaises, en 1982. Capitaine de frégate honoraire.

  • Alainpsy , 28 Fév 2014 à 11:03 @ 11 h 03 min

    Comme chacun sait, cohn-bendit est un pédophile. Ainsi, en tant que tel,c’est un pervers, un manipulateur, il a donc un besoin vital de ces discours où il manipule l’opinion pour exister. Il était même prêt à commenter des matchs de foot, c’est dire à quel point il est dépendant de son image, il faut qu’il soit vu ou entendu, peu importe le fond, tout est bon pour survivre, il peut épouser n’importe quel mensonge si cela lui permet de faire croire qu’il est ce qu’il n’est pas. Le seul but ? Manipuler l’opinion, toute son existence, ses discours, ses causes opportunistes, sont basés sur ce seul but. Un exemple ? Sarkozy, alors président, part en Chine. L’occasion idéale pour cohn-bendit au parlement Européen d’endosser le costume de généreux combattant et défenseur des droits de l’homme. Résultat: des envolées vertueuses en faveur des opprimées comme s’il en pleuvait, il faut revoir la prestation, cohn-bendit jouit de sa farce théâtrale à laquelle il ne croit pas une seconde. Il manipule son monde et s’en délecte d’autant qu’il passe pour un défenseur de causes nobles. Par contre, en ce qui concerne l’arabie saoudite ou le qatar, hauts lieux de l’horreur en tout point, pas un mot du bouffon, les droits des opprimés n’existent plus. Chaque jour ce type remet son masque, chaque matin il lui faut élaborer une stratégie pour dissimuler son vrai visage. Cet individu est en profonde souffrance, n’en doutez pas un seul instant, et plus le temps passe plus son costume sent mauvais, lui-même ne se supporte pas.

  • Eric , 28 Fév 2014 à 12:54 @ 12 h 54 min

    C’est Bandit le Con

  • montecristo , 28 Fév 2014 à 14:34 @ 14 h 34 min

    Si nous revivions un 1789 … plutôt un 1792 … j’espère qu’il serait le premier à monter dans la charrette …
    … pour un tas de raisons … y compris symboliques !
    Ce serait la fin d’un demi siècle de perversions.

  • Pokendre , 28 Fév 2014 à 17:12 @ 17 h 12 min

    Il n’a aucune crédibilité cet homme qui se déclare ouvertement pédophile ( comme son ami Jack Lang) avec les détails de ses “aventures”… c’est vomitif ! Et il n’a aucune condamnation pour ses actes et propos. Voilà où ils veulent en venir; la légalisation de toutes les déviances imaginables.

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France