Jeu de mots, jeu de vilains ?

Tribune libre de Lionnel Luca*

Une polémique dérisoire… Une instrumentalisation édifiante.

« Donnez-moi une phrase tirée de son contexte et je vous ferai guillotiner » (Fouquier-Tinville, accusateur public pendant la Révolution).

Pour un jeu de mots, et rien d’autre qu’un jeu de mots, qui écorche le nom de la concubine du candidat socialiste, la gauche médiatico-politique s’est livrée à une instrumentalisation digne des régimes staliniens d’après guerre. Et comme si cela ne pouvait ne pas suffire elle a rajouté les personnalités féminines uniquement citées dans l’article de Nice-Matin pour évoquer une misogynie supposée. Ce qui n’était que des propos de campagne devient une affaire politique !

Que l’on insulte depuis 5 ans le Président de la république en évoquant son physique, ses origines, sa famille, son comportement, et ses turpitudes supposées, rien de plus normal et convenu. Que l’on compare le président candidat à Pétain ou Hitler le plus sérieusement du monde est de fait une évidence qui ne saurait outrager ou choquer.

Mais que l’on écorche le nom, comme le fait l’humoriste Nicolas Canteloup (à la radio ou à la télévision), de Madame la future… est insupportable ; c’est un crime de lèse-majesté qu’il faut condamner avec virulence.

Cela laisse bien augurer du prochain quinquennat si le candidat socialiste devait l’emporter, lui qui n’a plus l’humour qu’on lui supposait. Surtout, et c’est réellement inquiétant, cela révèle une véritable dérive totalitaire de la part d’une gauche médiatico-politique qui s’érige en procureur et en moraliste, dictant à l’opinion ce qu’il convient d’apprécier ou de flétrir.

La liberté d’expression est chaque jour un peu plus menacée dans notre pays par ceux-là même qui la revendiquent mais uniquement pour eux et qui se sont organisé en groupes de pression multiples et variés.

Cette polémique puérile et dérisoire est devenue une opération politicienne qui occupe l’espace médiatique, juste le temps de discréditer et de déconsidérer l’adversaire politique, quand on est incapable de le combattre sur le plan des idées.

C’est cela le fascisme !

*Lionnel Luca est député UMP de la sixième circonscription des Alpes-Maritimes. Il est membre du Collectif parlementaire de la droite populaire.

Autres articles

4 Commentaires

  • Gualtiero , 27 avril 2012 @ 16 h 58 min

    En même temps, M. Luca, il y a une saine et noble tradition française qui s’appelle la COURTOISIE, vertu que vous n’avez guère honorée ce me semble…
    M. Hollande n’a-t-il pas suffisamment de défauts pour qu’on épargne ses proches en se concentrant sur son projet pour la France ?!

  • petitjean , 27 avril 2012 @ 17 h 06 min

    la liberté d’expression est muselée en France !

    qu’ont fait Sarkozy et l’ump pour la libérer ?

    les lois liberticides , dont la fameuse loi PLEVEN, n’ont pas été abrogées !

    Sarkozy aurait pu faire inscrire dans la Constitution, comme c’est le cas dans la Constitution américaine, un article spécifiant que : “la liberté d’expression est totale et personne ne peut être poursuivi…..”

    ils n’en ont rien fait

    donc ils veulent museler le peuple

    réinformation sur http://ripostelaique.com

  • diego , 27 avril 2012 @ 18 h 03 min

    D’accord avec petitjean. De toutes façon il y a longtemps que la France est sous la dictature de la pensée unique “bobo/salonnarde”. Quand coupera t on le robinet des subventions à toutes ces associations liberticides qui ne représentent qu’elles mêmes comme SOS racisme, le MRAP et autres.
    Je n’ai pas ouï dire que la droite populaire ait fait quelque chose en ce sens, ni pesé pour abroger toutes les lois mémorielles, qui nous dictent ce que nous devons penser. En France comme dans l’ex URSS il y a une vérité et une histoire officielle.

  • polo , 28 avril 2012 @ 13 h 54 min

    D’accord avec diego.

Les commentaires sont fermés.