Critique de la France bien élevée, réponse à Gabrielle Cluzel

Récemment, la blogueuse Gabrielle Cluzel, qui a brossé avec talent au cours des derniers mois le portrait de ce qu’elle appelle la “France bien élevée”, a publié une réponse à ceux qui en critiquent les méthodes d’action. Bien qu’étant d’accord avec elle sur l’essentiel, je tiens à faire quelques remarques que j’espère constructives afin d’éviter qu’ à l’avenir ne soient reproduites certaines erreurs du passé.

La France bien élevée se lève : ENFIN !

Au cours des derniers mois, la France bien élevée s’est massivement mobilisée pour la défense du mariage hétérosexuel monogame. Mieux vaut tard que jamais, pourrait-on objecter. Après avoir laissé passer l’avortement, le PaCS et la pilule contraceptive dans les lycées, pour ne parler que des sujets sociétaux, il était grand temps. Pour chacun de ces enjeux et suivant un processus devenu tristement habituel, après une mobilisation réactive et épidermique, la France bien élevée avait baissé pavillon et était retournée reprendre ses discussions passionnantes sur le fait de savoir si la branche capétienne des Orléans serait aussi légitime à remonter sur le trône de France que celle des Bourbons, problématique tout aussi fondamentale que celle qui agitait les sénateurs byzantins sur la question du sexe des anges lors de l’invasion de Constantinople en 1453. On peut par ailleurs honnêtement se demander si la France bien élevée se serait enfin levée comme elle l’a fait si elle ne s’était pas faite gazée par familles entières le 24 mars avec femmes, enfants et personnes âgées. Sans cela, la France bien élevée se serait-elle enfin décidée à sortir de ses paroisses, de ses kermesses et de ses bonnes œuvres, et à engager le rapport de force dans la rue pour défendre son univers ? Se serait-elle enfin décidée à assumer la transgression, suivant l’exemple de sa porte-étendard catholique Béatrice Bourges, au lieu de retourner gentiment piauler dans ses maisons de famille sur la “pauvre France où tout fout le camp, si c’est pas malheureux ma bonne dame à qui le dites-vous,…”, avec pour seul objectif de décharger sa rancœur et sa frustration les uns sur les épaules des autres, comme à son habitude en pareil cas ? Il est permit d’en douter.

ÊTRE ne dispense pas d’AGIR

Dans cette tendance à ne savoir se mobiliser que par réaction épidermique, on retrouve ce fameux caractère “impolitique” de l’homme de droite mis en lumière par Alain de Benoist, lui-même citant Julien Freund. Sujette à l’une de ces “idées chrétiennes devenues folles” dénoncées par Chesterton, la France bien élevée souffre d’une tendance à imaginer qu’il lui suffit d’exhiber la moralité de son Être pour fasciner autrui. Considérant souvent que la munificence de ce qu’elle EST la dispense d’AGIR, à l’image d’un Denis Tillinac se vantant de “n’être jamais du côté du manche”, elle se condamne par avance à toujours subir celui-ci. Jouant systématiquement en défense, n’anticipant pas, ne conceptualisant pas, trompée par sa confiance innocente en la capacité de ses vénérables maisons de famille à encaisser éternellement les coups de boutoir gouvernementaux, elle s’obstine à appliquer scrupuleusement la formule de Jean Anouilh pour qui “il faut tenir l’intelligence (opérationnelle) pour peu car c’est la richesse des pauvres”. La France bien élevée serait bien inspirée de se souvenir, comme l’a rappelé le journaliste Éric Zemmour dans son livre Le premier sexe, que Louis XVI, seul roi de France à ne pas avoir eu de maîtresses, est également le seul à avoir fini guillotiné. Il n’est absolument pas question de faire l’éloge de l’adultère, mais de rappeler à ceux qui mettent un point d’honneur à arborer un sourire niais en toutes circonstances qu’un bon garçon n’a jamais fait un chef politique. Il n’y a aucune honte à se trouver en position de faiblesse, mais par contre il est honteux de ne pas chercher à se trouver en position de force lorsque l’on prétend défendre des valeurs et des idéaux élevés.

Être chrétien n’est pas être gentil

« On se tromperait en faisant du Christ un doux missionnaire ou un débonnaire professeur de morale. C’est au contraire un prophète authentique, qui hurle, qui invective, qui lance de cinglantes diatribes. Il ne craint ni la violence, ni la provocation », rappelle le journaliste Ivan Rioufol, citant l’ouvrage de l’historien Jean-Christian PetitfilsLa vie de Jésus .
La Vérité, incarnée par le Christ, est le principe central du christianisme. Être chrétien n’est pas être gentil, c’est être bienveillant, ce qui n’est pas du tout la même chose. Être bienveillant signifie, à l’image du Christ, dire la Vérité à autrui dans son intérêt, selon le proverbe “Qui aime bien châtie bien”. Concrètement : dans la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui, être un bon chrétien signifie heurter, choquer, cliver, déraper et même stigmatiser.

Conclusion : assumer moralement la transgression

“En ces temps de tromperie universelle, dire la Vérité est un acte révolutionnaire”, disait George Orwell.
La révolte de la France bien élevée au cours des derniers mois a été une réaction épidermique, plus que conceptuelle, de populations qui comme leur nom l’indique a-priori évitent la transgression. Or, comme l’a rappelé le politologue Patrick Buisson, la base politique de la doctrine chrétienne est le devoir de désobéir à César lorsque celui-ci prétend se substituer à Dieu. Devenir capable d’assumer au quotidien la transgression de l’antimorale bien-pensante, non seulement ponctuellement sous le coup de la colère qui désinhibe, mais durablement et avec bonne conscience, est la condition nécessaire à la pérennité du mouvement engagé au printemps dernier. C’est en combattant par fidélité aux valeurs qui sont les siennes que la France bien élevée sera vraiment digne de ce nom.

Autres articles

82 Commentaires

  • Cerf , 27 août 2013 @ 16 h 42 min

    Et que faites vous de Saint Louis ?

  • patrhaut , 27 août 2013 @ 16 h 49 min

    Très juste !
    NB. On remarquera avec étonnement aussi que Louis XVI, non seulement n’eut pas de maîtresse, mais aussi fut le seul roi qui n’a pas porté l’armure et n’a participé à aucune bataille…

  • Gisèle , 27 août 2013 @ 17 h 23 min

    Je n’ai pas osé en parler sur un autre sujet , celui de la vraie liberté et des libertariens .
    Alors puisque la perche est tendue ….. celui qui a le plus parlé EN VERITE de la vraie liberté , c’est Jésus .

  • Diex Aïe ! , 27 août 2013 @ 17 h 37 min

    Quel bon sens ! Vive le Christ qui est La Vérité et la seule liberté ! ! !

  • Jack , 27 août 2013 @ 17 h 42 min

    Louis XVI fut le roi qui aida les colonies américaines à s’émanciper de l’Angleterre. On voit le résultat !
    http://ahrf.revues.org/871

  • François Desvignes , 27 août 2013 @ 17 h 45 min

    Je vois que notre auteur fait partie de la France bien élevée (…)

    La France bien élevée est chrétienne.

    Elle est pacifique parce qu’elle veut la paix, consciente de sa force, craignant sa colère.

    Elle prendra le temps de mûrir sa guerre, offrant la paix,pour éviter à ses ennemis la mort, n’espérant que leur repentir, redoutant leur extermination.

    La France bien élevée, comme telle, ne confond pas la charité qui est un acte de courage avec la mièvrerie qui est une posture de lacheté.

    Parce qu’elle cultive au plus haut point la Foi, l’Espérance et la Charité, ses trois vertus théologales, elle possède mieux que ses ennemis les quatre vertus (cardinales) : la Justice, la Force , la Tempérance, la Prudence.

    Parce qu’elle possède mieux que ses ennemis les vertus cardinales, mieux que ses ennemis qui ne comprenennt ni ne voient rien du haut d eleur athéisme, elle sait que la Foi sans les actes est morte (Stjacques 2) mais que l’action sans reflexion n’est qu’un brouillon, et que la Foi dans les actes lui permettra de déplacer ses montagnes.

    La France bien élevée, qui n’est que la France en son entier, celle de toujours, toujours victorieuse, prend le temps de se rassembler, de se compter, de désigner et jauger ceux qui ont juré sa mort.

    Que ceux qui sont contre elle, prient pour leur salut : car lorsqu’elle en aura fini de se compter et d’espérer le repentir de ses ennemis, le temps de sa miséricorde fera place au temps de son jugement, et alors :

    Malheur aux vaincus !

  • patrhaut , 27 août 2013 @ 17 h 49 min

    on sait : ce n’est pas ça que je dis ! Il n’a réellement, physiquement jamais porté l’armure et ne s’est jamais porté sur un champ de bataille à la différence de ses aïeux (Louis XIV et XV, pour ne citer que ces deux là). Et c’est le seul (puisqu’on ne peut pas dire le premier…)
    Voilà, c’est tout…

Les commentaires sont fermés.