Eram exclut et stigmatise les familles

Comme beaucoup de chrétiens, l’abbé Pierre Hervé Grosjean ne digère pas la nouvelle campagne de publicité de la marque Eram, qui prend position pour « la famille homoparentale ». Contacté par Rue89, le prêtre blogueur, responsable des questions politiques, de bioéthique et d’éthique du diocèse de Versailles, s’interroge : « est-ce bien le rôle d’une entreprise de promouvoir « la maman qui a un petit copain de l’âge de mon frère » ou celle qui collectionne les maris ? Je ne suis pas certain que les enfants concernés trouvent cela si amusant. J’en connais même beaucoup qui en souffrent ». « Si jeunes et déjà réacs », doit penser avec mépris Benoit Devarrieux, le pubeux à l’origine de la campagne publicitaire… 

« Oui au respect de chacun, et de chaque situation personnelle. Non à la provocation, et au dénigrement de la famille et du couple, alors qu’on mesure chaque jour l’importance de ce tissu familial pour le bien-être de l’enfant, et le coût social du délitement de la structure familiale ! » continue l’abbé qui a bien compris l’unique objectif de l’entreprise : « se faire du fric ». Et pour cela « choquer, provoquer, dénigrer ». « Eram devrait juste commencer par respecter ses clients, et ne pas s’amuser avec les situations familiales,  quelqu’elles soient ». Vos parents divorcent ? Votre père trompe votre mère ? Eram se marre !

« Dernière question », continue l’abbé : « quand on a une maman qui n’a pas de « petits copains », ou qui n’a qu’un seul mari et non trois, ou qui aime un homme, est-on encore le bienvenu chez Eram ? » Il faut croire que non. « Eram est pris à son propre piège : à vouloir faire de la transgression, on finit malgré tout par de l’exclusion et de la stigmatisation… »

Articles liés