Que Barilla ne confonde pas Facebook et Twitter avec la réalité !

Soyons honnêtes et constatons que sur Facebook comme sur Twitter, la réprobation est majoritaire suite aux déclarations de bon sens de Guido Barilla. Paniqué par les réactions hystériques haineuses et menaçantes (au choix) du lobby gay et de tout ce qu’Internet compte de progressistes suiveurs et d’idiots utiles comme sait en produire à la chaîne l’Éducation nationale, le petit-fils du fondateur a commencé à reculer même s’il n’est pas revenu sur le fond de ses propos. Ce dont, aux Nouvelles de France, nous nous félicitons, deux hommes ou deux femmes ne formant de facto pas une famille. La loi pourrait dire que le ciel est rouge, cela ne changerait rien au fait qu’il ne l’est pas et qu’il ne le sera jamais. On ne le répètera donc jamais assez : le “mariage” ou la famille homosexuel(le) n’existe pas, n’existera jamais et la loi ne peut rien – heureusement ou malheureusement selon les points de vue – y changer.

Outre l’importance de défendre la vérité contre une illusion même en vogue, nous prévenons la direction communication de Barilla : le militant d’Act Up-Paris malade du SIDA qui ne travaille pas depuis dix ans, pris en charge qu’il est par la société et qui a tout son temps pour se mobiliser en ligne et cracher sur la marque, le pubeux toujours connecté sur les réseaux sociaux qui croit avoir un rythme pas possible mon cheeeeer (le pauvre, il commence à 10h le matin), le sociologue-anthropologue au chômage qui milite au NPA d’Olivier Besancenot, etc., c’est du monde, c’est bruyant, mais cela reste une minorité de Français. Si le pays va mal, c’est parce que cette minorité d’assistés, de nuisibles et de frustrés n’a pas tendance à décroître. Et le jour où elle deviendra majorité, si cela arrive, la France coulera.

“Résumons l’équation : Pour un homo de perdu, dix conservateurs d’acquis, pour zéro virgule cinq homo de regagné en cas d’excuses publiques sur le fond, dix conservateurs de perdus !!!”

Mais en attendant, le reste des Français, la majorité silencieuse, est indifférente à la sortie de Guido Barilla quand elle ne le soutient pas. Certes, cette France, ce pays réel n’a pas accès aux médias et n’a pas le temps de le perdre sur Twitter. Reste que la pire erreur du service communication de Barilla serait de faire comme si elle n’existait pas ! Que l’entreprise n’oublie pas que le lobby homo n’a jamais réussi à mettre dans la rue plus de 50 000 personnes, contre plus d’un million pour les défenseurs de la famille. Enfin, qu’elle comprenne que, même en annonçant pendant un an dans Têtu ou en produisant des pâtes en forme de sexe masculin, une partie non-négligeable de ces ennemis de la famille ne lui pardonnera pas (ce n’est d’ailleurs pas dans leur culture). La pire chose à faire serait de se mettre à dos, en plus des twittos hystériques, tous les conservateurs du pays. Comme dit le proverbe, on ne peut pas plaire à tout le monde. Ou, dans la même veine, qui trop embrasse mal étreint. Frigide Barjot, qui souhaitait plaire à la fois au lobby homo (en nous saoulant avec la lutte contre “l’homophobie” et l’union civile) et aux conservateurs (constitutionnalisation du mariage) l’a appris à ses dépens : elle fait aujourd’hui l’unanimité contre elle. Si Barilla ne souhaite pas partager son triste sort, elle doit tenir bon et ignorer un lobby aujourd’hui minoritaire, sauf peut-être en gueule. Résumons l’équation : Pour un homo de perdu, dix conservateurs d’acquis, pour zéro virgule cinq homo de regagné en cas d’excuses publiques sur le fond, dix conservateurs de perdus !!!

Autres articles

77 Commentaires

  • moi , 27 Sep 2013 à 2:04 @ 2 h 04 min

    Beurk votre article donne envie de vomir tellement il est empli de haine.
    Le rageux c’est vous!
    Depuis quand un journaliste digne de ce nom prend position et remet en question les lois et les droits de la nation?

  • YARTALAM , 27 Sep 2013 à 2:05 @ 2 h 05 min

    Mr Guido Barilla devrait apprendre à rester droit dans ses bottes et ne pas plier sous la bourrasque. Il devrait savoir que les cons c’est toujours beaucoup de vent…
    Ce serait bien d’avoir la possibilité de lui apporter notre soutien moral.

  • correctiz , 27 Sep 2013 à 2:52 @ 2 h 52 min

    Vous ne regardez pas le ciel rougoyer car vous avez peur du noir ! Allons bon comme votre monde se rétrécit vous semblez tout renfermé… Mais non, il y a de la vie dans les bois et les animaux se régalent en grognant de plaisir… Vous : qu’allez vous devenir ? vous ne saurez plus faire la bête ! Vous serez mangés dans la bolognaise.

  • Cedric , 27 Sep 2013 à 3:30 @ 3 h 30 min

    Il est surtout tres bete. Manger des pates n’a rien a voir avec une preference sexuelle ou une autre. Pourquoi provoquer si on n’a rien a y gagner ??

  • joebarqc , 27 Sep 2013 à 4:35 @ 4 h 35 min

    Mais bien sur que Guido Barilla a raison.
    Une loi ne fera pas d’un couple homosexuel une famille.
    Il ne l’ont jamais été, ne le sont pas et ne le seront jamais.
    Cette loi n’est passée que par l’appui des médias, ou l’on retrouve beaucoup d’homosexuels (qui se ressemble s’assemble, sans second degré).
    Il est facile d’orienter une opinion lorsque l’on dispose de l’appareil de communication.
    Cette loi ne demande qu’a être abrogée.
    Qu’ils aillent donc se ……………marier ailleurs. Nous ne les retenons pas.

    Il est d’ailleurs remarquable que dès qu’un scientifique creuse un peu le sujet des causes de l’homosexualité, il soit systématiquement traité d’homophobe (le point de godwin du sujet).
    Des études scandinaves, menées sur les parents d’homophobes, ont mis en évidence la corrélation entre homosexualité et un trouble hormonale de la mère durant la grossesse. Mais le lobby homo a immédiatement réagit en disant que l’étude portait sur un trop faible échantillon.
    Le problème reste que même sur un très faible échantillon, quand 97% des résultats confirment l’analyse, il faudrait se poser des questions !!!

    L’acharnement du lobby gai sur Jacques Balthazart est un autre exemple de leur refus d’admettre que l’homosexualité est une anormalité !!!

    Bon vent aux homos.
    Immigrez donc à San Fransciso au lieu de nous pourrir la société.

  • François Desvignes , 27 Sep 2013 à 6:11 @ 6 h 11 min

    Ah, je n’aurais pas dit cela ….

    Parce que ce que Barilla a gagné c’est qu’on parle lui et de ses pates …

    Non, moi j’urais dit :

    Barilla adoré, c’est bien de leur foutre une quenelle à tous ces cons homosexualistes.

    Non seulement ça te fait une pub gratos, mais en plus très goupille : les pates Barilla, pates familiales par excellence, sont pour la famille, comme toutes les familles…

    …qui donc maintenant ne mangeront plus que des pates barilla quand elles mangeront des pates….

    …c’est-à-dire de plus en plus souvent compte tenu de la crise…

    …pendant que tes concurrents se partageant le lobby homosexualiste qui lui ne mange pas ou peu d epates (pour ne pas grossir)…

    Donc t’es con Barilla : faut pas mollir, faire marche arrière.

    Au contraire remets en une petite couche, à la façon Dieudo.

    Sois odieux envers les homosexualistes : un prêté pour un rendu.

    Arrête d’être charitable avec le diable : massacre les.

    Florilège en cadeau :

    “Les pates Barilla sont pour les enfants, pas pour ceux qui les violent !”

    ” Les pates Barilla sont pour la famille, pas pour l’esclavage des ventres”

    ” Barilla lutte contre la merchandisation de la famille et des enfants”

    Etc. etc….

    En un mot, comme le dit l’article, c’est toujours plus rentable et satisfaisant de prendre le parti (majoritaire) de la vérité (éternelle) que de vouloir concilier les revendications de quelques criminels avec les droits acquis du plus grand nombre.

    En réponse à cette inutile querelle, je propose de faire rajouter sur les paquets Barilla :

    “marchandise vivement déconseillée aux LGBT”
    “jouet bonux à l’intérieur pour les enfants”

    Et une couche de plus, une !

  • GV , 27 Sep 2013 à 7:10 @ 7 h 10 min

    Tiens, pour soutenir autrement que par des mots , aujourd ‘hui j’ achéterai des pâtes mais des BARILLA !

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen