La (petite) marche sur la tête…

Tribune libre de Christian Vanneste*

Malgré les appels à la mobilisation relayés « consciencieusement » par les médias, les partisans du « mariage et de l’adoption pour n’importe qui » ont rassemblé, selon l’estimation la plus favorable, trois fois moins de personnes que les partisans de la vraie famille. La connivence habituelle des médias a fait comparer non pas les chiffres des deux manifestations mais ceux des deux défilés en faveur du « mariage », afin de souligner le plus grand nombre des participants à celui d’hier qu’à celui de décembre. On a pu voir sur les écrans deux députés socialistes munis de leur écharpe s’embrasser sur la bouche et bénéficier pour ce d’une interview complice d’une journaliste de LCI. On a également eu droit à la soirée people du Théâtre du Rond-Point, avec les Bergé, Bachelot, Lang et Cie. Il est intéressant de constater l’absolue nullité intellectuelle de nos élites prétendument culturelles. Toujours les mêmes poncifs prétentieux et ignorants sur l’opposition entre le Moyen Âge et le XXIe siècle, sur la « croisade » contre le mariage gay… qui montrent simplement que le directeur de ce théâtre n’élève sa réflexion qu’au niveau du réflexe à la mode. Évidemment, la concubine présidentielle est intervenue avec une légitimité doublement douteuse sur un sujet qui divise profondément les Français.

Sa présence au premier plan dans cette entreprise de destruction de la famille traditionnelle, logique par rapport à ce qu’elle est, mais choquante pour le rôle que certains lui attribuent, rejoint son implication dans l’accueil médiatico-politique délirant dont a bénéficié Florence Cassez. La France subit aujourd’hui une fracture extrêmement dangereuse. Il y a la France réelle des provinces et des familles, de ceux ou de celles qui travaillent, ou qui ont travaillé ou, encore, qui cherchent du travail, de ceux ou de celles qui élèvent ou ont élevé leurs enfants, ou, encore font face aux conséquences de l’éclatement des couples, et puis, il y a la France people, parisienne, qui vit bien et se croit tout permis parce qu’elle en a les moyens. Cette France voudrait faire partager à l’autre sa soif de « libération », sans penser un instant que sa manière de voir est fondée sur une manière de vivre hors de portée de l’immense majorité des Français, sans prendre conscience que ce qu’elle appelle progrès est en fait déconstruction d’un tissu social indispensable au bonheur de la plupart des gens. De ce point de vue, la frontière ne passe pas entre la gauche et la droite, encore moins entre les riches et les pauvres. Elle passe entre la France du bon sens et la France médiatico-mondaine, au sein de laquelle vous trouverez aussi bien Hollande que Sarkozy, prête à excuser DSK, accueillant Florence Cassez comme Ingrid Betancourt, plus ou moins favorable au « mariage » unisexe et qui se trahit lorsqu’elle désigne l’horreur politique par le mot « populisme ».

“Il y a la France réelle des provinces et des familles, de ceux ou de celles qui travaillent, ou qui ont travaillé ou, encore, qui cherchent du travail, de ceux ou de celles qui élèvent ou ont élevé leurs enfants, ou, encore font face aux conséquences de l’éclatement des couples, et puis, il y a la France people, parisienne, qui vit bien et se croit tout permis parce qu’elle en a les moyens.”

L’effet le plus pernicieux de la domination de la France méditico-mondaine réside dans le nivellement puis dans l’inversion des valeurs. La libération ou le retour d’un compatriote retenu à l’étranger seront évalués en fonction de leur retentissement médiatique et non d’après une hiérarchie morale et politique considérée comme rétrograde voire réactionnaire. On mettra sur le même plan celle qui a vécu avec l’auteur d’enlèvements, qui a ensuite été condamnée par la justice d’un grand pays qui l’a, non pas innocentée, mais élargie pour vice de forme et celle qui a été enlevée par un groupe terroriste oscillant entre communisme et narco-trafic, et qui a été libérée par l’armée colombienne. Aucun rapport, sinon la joie des familles, qui ne devrait en rien concerner l’État. « C dans l’air », émission dont j’avais pu expérimenter la partialité, n’a, ainsi, pas jugé inconvenant de mettre au même niveau Florence Cassez et Ingrid Betancourt. R. Coutenceau a pu, sans complexe, y évoquer l’héroïne revenue du Mexique. Elle verra les deux Présidents de la République successifs. L’actuel lui accordera même un meilleur traitement qu’à la délégation de la « Manif pour Tous » qui avait rassemblé un million de Français. L’ancien la rencontrera. Sous sa présidence, un ministre s’était déplacé pour récupérer deux jeunes femmes accusées de trafic de drogue en République Dominicaine. Tout le monde, en revanche, a oublié les deux jeunes Linsellois , Antoine et Vincent, morts au Mali il y a deux ans, pour raison d’État, après intervention de l’armée parce qu’il ne fallait pas de nouveaux otages. Denis Allex, prisonnier depuis plus de trois ans en Somalie et tué ainsi que deux agents français, qui en parle ? Le corps d’Yann Desjeux, mort lors de l’intervention de l’armée algérienne sur le site gazier d’In Ameinas, est revenu en France avec un service minimum.

L’indifférenciation du Bien et du mal, des coupables et des victimes, se croise avec une sélection opérée par des « chébrans » comme avait dit un jour Mitterrand, les Romero, les Trierweiller, toujours à l’affût d’une présence médiatique sur fond de transgression de la morale conservatrice. C’est ainsi qu’un certain nombre de « têtes vides » vont imposer leurs « héros » et leurs « valeurs », vont faire croire que le mariage est la reconnaissance sociale d’un sentiment, alors qu’il est avant tout la fondation d’une famille. Le droit français est la transcription d’un pilier anthropologique qui est la nécessité de l’échange matrimonial, de la réunion d’un homme et d’une femme en vue de procréer et d’élever des enfants. La confusion entre la sexualité et l’affectivité les conduit à vouloir les mêmes droits pour des situations sans rapport. Cette imitation absurde au nom d’une égalité dévoyée conduira à la procréation médicale assistée pour des couples stériles par nature et aux mères porteuses par souci d’égalité entre les deux sexes. Le sentiment individuel plutôt que l’institution sociale, la minorité choyée au détriment de la majorité, car tout cela aura un coût moral et financier, le court terme de la médiatisation people préféré à la sauvegarde de la société témoignent de l’inversion des valeurs qui progresse derrière la corruption des mots et donnent une fois de plus raison à Orwell : « Il y en a qui sont plus égaux que les autres. »

La semaine dernière, j’étais à Nice pour participer à une réunion organisée par l’ancien maire Jacques Peyrat. Alors que je passais près du marché aux fleurs en quittant ce vieux Nice que j’aime tant, un fleuriste m’a interpellé pour me soutenir en me parlant du sexe des fleurs, des étamines et du pistil. Il a aussi évoqué le Yin et le Yang des Chinois. Voilà la France réelle : un Français qui possède un vrai métier qui lui apporte de vraies connaissances et qui, en plus, est vraiment cultivé, bien plus que les directeurs de théâtre parisiens et autres concubines.

*Christian Vanneste est un ancien député UMP du Nord.

Autres articles

24 Commentaires

  • FR , 28 Jan 2013 à 16:15 @ 16 h 15 min

    Merci Mr Vanneste : c’est grâce à des hommes (et des femmes) comme vous que les Français peuvent ne pas désespérer du politique !

  • Marek , 28 Jan 2013 à 18:18 @ 18 h 18 min

    Merci M. Vanneste, vous dites le vrai !
    Le 13 janvier nous a montré que nous sommes heureusement plus nombreux
    que les branchouilles.
    Reste à confirmer et amplifier ce mouvement, politique au sens le plus noble du terme.
    Haut les coeurs !
    Amitiés (si je peux me le permettre…)
    Marek

  • Robert , 28 Jan 2013 à 18:29 @ 18 h 29 min

    Moi, j’aurais plutôt dit qu’ils marchent sur les fesses, vu le niveau de leurs arguments et l’omniprésence du sexe dans leurs centres d’intérêt.
    Monsieur Vanneste fait honneur au monde politique et à l’Eglise dont il défend la philosophie réaliste.

  • Goupille , 28 Jan 2013 à 18:59 @ 18 h 59 min

    Que ceux qui ont des doutes sur la valeur intrinsèque de Frigide Barjot et ses compétences pour défendre cette cause, aillent écouter le Podcast de “On refait le Monde”, ce jour, lundi 28, à 18h30…
    Caquetoire animée par Marc-Olivier Fogiel, créature médiatique et militant LGBT, en présence du directeur du théâtre du Rond-Point, où a eu lieu le raout mondain d’hier…

    Je ne ferai aucun commentaire désagréable…
    Je participerai aux manifs.
    Je n’en penserai pas moins.

    Et nous préparerons la suite.

  • Robert , 28 Jan 2013 à 20:08 @ 20 h 08 min

    Goupille,
    Vous avez malheureusement raison en partie. Ceci étant dit, elle a réussi à faire passer Ribes pour un excité intolérant avec des arguments douteux.
    Malheureusement, le manque de finesse de certains slogans de Civitas ont servi à cautionner, injustement, certaines accusations. Elle a réussi à éviter cela dans la manif pour tous.
    C’est toujours à deux faces, il ne faut pas être manichéen.

  • Goupille , 28 Jan 2013 à 21:54 @ 21 h 54 min

    Soit, mais ce que j’ai entendu ce soir est au-delà du flou : aqueux…
    Il n’importe : nous irons faire nombre.

  • Isabelle , 28 Jan 2013 à 22:20 @ 22 h 20 min

    N’en demandez pas trop à J. M. RIbes ! : “le raisonnement tue la pensée et la filiation c’est la pensée” juste après “le papa et la maman ça a quand même donné Hitler” tout ça en quelques minutes c’est quand même magnifique de la part de notre Superbobo national ! Il était temps qu’il arrive pour nous libérer de vingt siècles d’obsurantisme !

Les commentaires sont fermés.