Tsunami en Belgique

210 000. C’est le nombre de citoyens issus des quatre continents qui ont signé la pétition demandant au Roi des Belges de ne pas promulguer la loi autorisant l’euthanasie des enfants (cf. ici, et ). La fondation espagnole « Hazte Oir » (« fais-toi entendre ! ») a permis cette incroyable mobilisation via la plate-forme en ligne CitizenGo. L’événement est porteur de leçons qui dépassent largement le Plat pays :

  1. Le prestige inégalé de la Monarchie. Si les pétitions ont afflué du monde entier c’est parce qu’elles étaient adressées à un Roi. Dans l’imaginaire collectif – à Madrid comme à Montréal – le monarque demeure le protecteur de son Peuple. L’ultime rempart. Le père qui ne peut abandonner ses enfants. Jamais une pétition adressée au Premier ministre Elio di Rupo n’aurait rencontré un tel échos. Philippe est donc bien plus que le notaire de son gouvernement, comme certains s’obstinent à le répéter. Il est un des rares homme d’État à susciter respect, confiance et espoir aux quatre coins de la planète. Le seul dont on ose croire spontanément qu’il renoncera à ses intérêts personnels plutôt que trahir sa conscience. Ni Obama, ni Merkel et encore moins Hollande ne bénéficient d’un tel préjugé favorable.

  2. La révolution Internet. On le savait déjà, mais cet événement le confirme de manière spectaculaire : Internet bouleverse la sphère publique. Sans cet outil, jamais le cri des signataires de CitizenGo n’aurait ébranlé les murs de Laeken. En permettant aux citoyens de s’adresser directement aux dirigeants, Internet fait exploser toutes les officines qui étouffent ou affaiblissent la vox populi. La toile révèle ainsi la terrible coupure entre les aspirations de la base et ceux qui prétendent la représenter. Le succès de l’appel au Roi des Belges est une véritable claque pour tous ceux qui, en Belgique, ont appelé à boycotter la pétition, s’appuyant sur leur pseudo légitimité d’acteurs incontournables du monde « catho ». Tous les « leaders » de ces organisations et autres « médias de réinformation » ont été dépassés par leur base et se retrouvent aujourd’hui KO debout. Pour la première fois depuis (très) longtemps l’insupportable consensus qui étouffe la Belgique a été mis en échec.

  3. La naissance d’une internationale conservatrice. Réactionnaires de tout pays, unissez-vous ! Les citoyens ne sont plus dupes. Ce qui se passe aujourd’hui en Belgique viendra en France demain et au Pérou après-demain. Avec ses lois inhumaines, La Belgique n’est pas une terrible exception mais le laboratoire de la culture de mort. Pour stopper le processus infernal, il faut donc être présent sur tous les fronts. Ecraser la tête du serpent dès qu’elle franchit le seuil de la maison commune. Avec CitizenGo, les citoyens du monde entier prennent conscience que le combat qu’on leur impose dépasse les frontières des États. Ce n’est pas la Belgique, la France ou le Pérou que visent ceux qui détruisent méthodiquement la famille. Ce sont les bases de notre civilisation occidentale. Laquelle est fondée sur le christianisme, faut-il le rappeler…

Autres articles

30 Commentaires

  • Daniel , 28 Fév 2014 à 16:00 @ 16 h 00 min

    “Réactionnaires de tout pays, unissez-vous !”

    Flamands et wallons devraient déjà se mettre d’accord pour mettre les fran-macs à la porte !

  • Manuel Atréide , 28 Fév 2014 à 19:19 @ 19 h 19 min

    @ l’auteur

    Il y a plus de 7 milliards d’êtres humains sur terre. La Belgique compte plus de 11 millions de citoyens. Et pour vous, 210 000 personnes représentent un tsunami ? Parler d’exagération est même un euphémisme …

  • Eric Martin , 28 Fév 2014 à 19:31 @ 19 h 31 min

    Des pétitions réunissant plus de 210 000 personnes contre l’euthanasie dans un pays petit comme la Belgique, vous en avez croisé beaucoup, vous ?

  • la Mésange , 28 Fév 2014 à 19:49 @ 19 h 49 min

    Sur Dune, peut-être ? :))

  • Un Belge , 28 Fév 2014 à 20:53 @ 20 h 53 min

    210 000 ? un tsunami ? est-ce une blague ?
    Cela ne représente même pas 2% de notre population… 2% vous réalisez ?
    Autant le sujet me paraît à débat autant votre exagération vous fait perdre tout crédit

    D’autant que ce débat est une tempête dans un verre d’eau, vous réalisez le nombre de cas que cela représente par an ? sur une population telle que celle de la Belgique cela représente au pire ( selon vos critères, pour moi je dirais au mieux vu les souffrances familiales visées ) 2 à 5 cas par An. Pour des enfants qui souffrent et demandent juste la solution la plus humaine…

    … qui êtes vous pour les juger ? pour leur refuser le droit me mettre fin à une souffrance ?

  • gerard57 , 28 Fév 2014 à 22:17 @ 22 h 17 min

    Euthanasiez-vous, vous verrez si c’est une solution à votre bêtise.

  • monhugo , 28 Fév 2014 à 23:18 @ 23 h 18 min

    La loi sur l’extension de l’euthanasie aux Belges mineurs entrera de toute façon en vigueur.
    Il existe un précédent, avec le roi Baudoin, l’oncle du roi actuel.
    En 1990, Baudoin refuse de sanctionner la loi portant dépénalisation conditionnelle de l’avortement, eu égard à ses convictions de catholique (rappelons aussi qu’il n’a jamais eu la joie d’être père, la reine Fabiola ayant multiplié les fausses couches et accouché d’un enfant mort-né – en 1962). Le souverain invitait ” le gouvernement et le Parlement à trouver une solution juridique qui concilie le droit du roi de ne pas être forcé d’agir contre sa conscience et la nécessité du bon fonctionnement de la démocratie parlementaire”.
    Une parade juridique est alors trouvée sur le fondement de l’article 93 de la Constitution belge. Le Conseil des ministres constate que le roi est “dans l’impossibilité de régner”, et sanctionne à sa place la loi sur l’IVG le 3 avril 1990. Deux jours plus tard, les Chambres réunies constatent que l’impossibilité qui frappait le roi a cessé.
    Une astuce que certains jugent inconstitutionnelle, puisque les seuls cas d’empêchement royal sont la maladie et l’éloignement physique…
    Il est à penser cependant que si le nouveau monarque belge (en fonctions depuis moins d’un an) marchait sur les traces de son oncle, la même solution serait utilisée.

Les commentaires sont fermés.