Tsunami en Belgique

210 000. C’est le nombre de citoyens issus des quatre continents qui ont signé la pétition demandant au Roi des Belges de ne pas promulguer la loi autorisant l’euthanasie des enfants (cf. ici, et ). La fondation espagnole « Hazte Oir » (« fais-toi entendre ! ») a permis cette incroyable mobilisation via la plate-forme en ligne CitizenGo. L’événement est porteur de leçons qui dépassent largement le Plat pays :

  1. Le prestige inégalé de la Monarchie. Si les pétitions ont afflué du monde entier c’est parce qu’elles étaient adressées à un Roi. Dans l’imaginaire collectif – à Madrid comme à Montréal – le monarque demeure le protecteur de son Peuple. L’ultime rempart. Le père qui ne peut abandonner ses enfants. Jamais une pétition adressée au Premier ministre Elio di Rupo n’aurait rencontré un tel échos. Philippe est donc bien plus que le notaire de son gouvernement, comme certains s’obstinent à le répéter. Il est un des rares homme d’État à susciter respect, confiance et espoir aux quatre coins de la planète. Le seul dont on ose croire spontanément qu’il renoncera à ses intérêts personnels plutôt que trahir sa conscience. Ni Obama, ni Merkel et encore moins Hollande ne bénéficient d’un tel préjugé favorable.

  2. La révolution Internet. On le savait déjà, mais cet événement le confirme de manière spectaculaire : Internet bouleverse la sphère publique. Sans cet outil, jamais le cri des signataires de CitizenGo n’aurait ébranlé les murs de Laeken. En permettant aux citoyens de s’adresser directement aux dirigeants, Internet fait exploser toutes les officines qui étouffent ou affaiblissent la vox populi. La toile révèle ainsi la terrible coupure entre les aspirations de la base et ceux qui prétendent la représenter. Le succès de l’appel au Roi des Belges est une véritable claque pour tous ceux qui, en Belgique, ont appelé à boycotter la pétition, s’appuyant sur leur pseudo légitimité d’acteurs incontournables du monde « catho ». Tous les « leaders » de ces organisations et autres « médias de réinformation » ont été dépassés par leur base et se retrouvent aujourd’hui KO debout. Pour la première fois depuis (très) longtemps l’insupportable consensus qui étouffe la Belgique a été mis en échec.

  3. La naissance d’une internationale conservatrice. Réactionnaires de tout pays, unissez-vous ! Les citoyens ne sont plus dupes. Ce qui se passe aujourd’hui en Belgique viendra en France demain et au Pérou après-demain. Avec ses lois inhumaines, La Belgique n’est pas une terrible exception mais le laboratoire de la culture de mort. Pour stopper le processus infernal, il faut donc être présent sur tous les fronts. Ecraser la tête du serpent dès qu’elle franchit le seuil de la maison commune. Avec CitizenGo, les citoyens du monde entier prennent conscience que le combat qu’on leur impose dépasse les frontières des États. Ce n’est pas la Belgique, la France ou le Pérou que visent ceux qui détruisent méthodiquement la famille. Ce sont les bases de notre civilisation occidentale. Laquelle est fondée sur le christianisme, faut-il le rappeler…

Autres articles

30 Commentaires

  • monhugo , 3 Mar 2014 à 22:37 @ 22 h 37 min

    Comme prévu, le roi des Belges a sanctionné – hier dimanche 2 Mars.
    L’euthanasie est étendue aux mineurs outre-Quiévrain.
    http://www.lalibre.be/actu/belgique/le-roi-a-signe-la-loi-sur-l-extension-de-l-euthanasie-531057e535708d729d84c1ab
    L’article indique en conclusion ce que j’ai moi-même rappelé plus haut :
    ” Et où on a visiblement oublié aussi que si, au nom de sa conscience, le roi Baudouin n’avait pas voulu signer la loi sur la dépénalisation de l’avortement, il avait en même temps demandé au gouvernement de l’époque de tout mettre en œuvre pour qu’elle soit sanctionnée et promulguée”.

  • Blague à part , 4 Mar 2014 à 16:09 @ 16 h 09 min

    Il serait intéressant d’avoir une réflexion approfondie sur la frontière existant (ou pas) entre l’homme d’Etat qui est le Roi et le droit à suivre sa conscience dans un tel cas au risque de bafouer une démocratie ?

    Je suis bien entendu contre cette loi mais la virulence de certains cathos mentionnant la démocratie et le rôle obligé du roi à signer me laisse perplexe.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen