Manif Pour Tous du 24 mars : Des Champs à l’Élysée

Tribune libre de Samuel Lafont*

Pour moi c’était les Champs ou rien. Je vous avouerai même que je n’ai pas vu l’avenue de la Grande Armée de toute la journée, et que je me suis rendu directement Place de l’Etoile avant de rejoindre les ChampsÉlysées. L’avenue de la Grande Armée sonnait comme un aveu de défaite, de soumission à ce gouvernement qui nous insulte depuis le début de la mobilisation. Hollande se moquait du million. Ne pourrait-il pas encaisser un million et demi, voire deux millions de manifestants ? Il fallait évoluer sur la forme, prendre en compte la réalité du combat politique, établir un rapport de forces.

“Dureté inhabituelle” des forces de l’ordre. Voilà ce qu’en dit Der Spiegel, magazine allemand de gauche. « Violence gratuite » des CRS, d’après ce partisan du « mariage » gay, descendu de son bureau pour prendre des photos une fois qu’il a assisté à la première charge de la police. Et gazé gratuitement comme tous les autres autour de lui. Élus, journalistes, personnes âgées, femmes, enfants, personne n’a pu y échapper : ce dimanche, c’était « gazage pour tous » !

Faut-il qu’il y ait des blessés graves ? Un mort ? Hollande et ses sbires ne nous écoutent pas, ils nous endorment. Ils s’imaginaient peut-être que ceux qui ont manifesté sur l’avenue de la Grande Armée n’auraient pas connaissance de la manifestation des Champs-Élysées, ou qu’ils considéreraient ceux-ci comme des membres de « groupuscules extrémistes » ; l’exécutif pensait certainement qu’ils ne nous rejoindraient pas sur les Champs-Élysées. Ce que Hollande n’a visiblement pas compris, c’est qu’il n’y avait qu’une seule et même manifestation, de la Grande Armée aux Champs-Élysées, qu’il n’y avait qu’une seule et même volonté : le retrait du projet de loi Taubira.

Devrons-nous supporter ce Président à l’impopularité record jusqu’au bout ?Au-delà du projet de loi Taubira, les Français prennent de plus en plus conscience que François Hollande est un mal pour la France. Afin de maintenir la pression, participons aux nouvelles actions qui sont organisées contre le prétendu « Mariage Pour Tous », comme ce Camping Pour Tous. Si nous ne pouvons changer de Président, nous devons au moins le forcer à changer de politique. Et de gouvernement. Après de telles mobilisations, la dissolution n’est pas loin. Ne lâchons rien !

*Samuel Lafont est conseiller National de l’UMP et ancien membre du Bureau national de l’UNI. Il a co-fondé l’agence de communication digitale e-fluence.fr.

Autres articles

71 Commentaires

Les commentaires sont fermés.