Mariage gay : le marché, c’est plus fort que toi

La nouvelle n’a fait à peu près aucun bruit dans les monuments de la presse française. Un timide article du Figaro évoque cependant l’affaire, avec un titre factuel : le salon du mariage gay tourne au fiasco. Et même si l’information de base est sans grand intérêt, ce qu’elle implique mérite mieux qu’un entrefilet dans un canard subventionné.

Avant d’analyser pourquoi, revenons en quelques lignes sur le désastre.

Je parle désastre car c’est bien d’un désastre qu’il s’agit : le salon du mariage gay, qui se tenait à Paris le samedi 22 juin, a eu toutes les peines du monde à intéresser la population, malgré une publicité d’enfer, une promotion de la part de célébrités plus ou moins en vue (dont Pulvar, la frétillante journaliste de la gauche riche qui aime les pauvres), malgré des montagnes de petits-fours, de champagne et de bons sentiments. Le salon n’a compté, au mieux, que 150 visiteurs. Les exposants, qui avaient payé fort cher (plusieurs dizaines de milliers d’euros) leur emplacement pour un stand sur place, en seront pour leurs frais. Un bijoutier, sur place, pète festivement un câble :

« Il n’y a toujours pas un chat. En quarante ans de métier, je n’ai jamais vu ça. J’ai investi 30.000 euros et je n’ai vendu qu’une seule paire d’alliances… à des hétéros! »

C’est effectivement un peu rageant d’avoir fait tout ce battage et de n’en tirer qu’une attention minimale. Voire inexistante : l’organisatrice du salon, Sandra Bibas, pour expliquer le fiasco de fréquentation de son salon, évoque « des soucis avec les homophobes » ; elle a probablement raison, du reste : elle s’attendait à avoir la visite d’une trentaine d’opposants qui, en pénétrant dans le salon, aurait probablement tout saccagé et fait parler de l’événement (je vous le rappelle : les opposants au mariage homosexuel sont tous homophobes, et sont tous violemment opposés au point de se munir de battes de base-ball et de casser des vitrines) ; manque de bol, ou d’intérêt (ou emploi du temps trop chargé ?), les casseurs homophobes tueurs de chatons conservateurs anti-mariage homosexuel méchants n’étaient probablement pas au courant et ne sont pas venus. Il n’y a donc eu aucun débordement, de nulle part : aucun débordement de haine homophobe, aucun débordement de journaliste, aucun débordement de client, aucun débordement d’amour homosexuel, rien. Le seul débordement constaté fut celui d’ennui des vigiles et des exposants.

En fait, l’événement est passé totalement inaperçu. Ce qui devrait ravir Marie, 48 ans, qui explique justement au journaliste du Figaro que son espoir, en tant que lesbienne, « c’est de devenir transparente, considérée comme les autres. Ce jour-là, on pourra vraiment parler de mariage pour tous. » Eh bien cet espoir s’est réalisé sur toute la ligne, vu le fiasco du salon, devenu à ce point transparent que la déroute n’est presque plus évoquée dans un article du Monde qui frise l’inutile.

Il faut avouer, cependant, que toute l’opération ne pouvait aboutir qu’à ce résultat.

En effet, si l’on se reporte simplement à quelques statistiques de base, on comprend que le mariage homosexuel ne peut intéresser, directement, qu’une population extrêmement restreinte. Ainsi, en 2010, il y a eu 250 000 mariages constatés, et sur les 200 000 PaCS formés, 9 143 furent homosexuel (soit 4,5% du total et 2% des unions civiles). D’autre part, le salon annuel du mariage (mariage traditionnel, dirons-nous), à Paris, rassemble 10.000 personnes environ. Un simple ratio amène donc à penser que la catégorie du mariage homosexuel devrait drainer environ 10 000 x 2% , soit 200 personnes, disons 300 et n’en parlons plus. Les 150 personnes constatées lors du premier salon sont, finalement, un bon démarrage pour un événement bien médiatisé et capable de toucher, selon cette statistique, à peu près le double de personne en rythme de croisière.

En pratique, on comprend que le marché, c’est plus que fort que la publicité brute et les mouvements de mode éphémères. Le constat est indubitable: aller dans une manifestation de soutien pour le mariage homosexuel ne coûte à peu près rien et n’engage pas de frais conséquents. Envisager sérieusement son mariage s’inscrit dans une démarche financière coûteuse. Il ne peut y avoir équivalence entre les groupes qui participent aux premières et les groupes qui sont susceptibles d’aller au second.

Ce fiasco mémorable (et assez rigolo devant l’impéritie de l’organisatrice) montre aussi que la population homosexuelle n’est pas, en moyenne, différente des autres populations : quelques associations qui disent les représenter sont particulièrement vocales et visibles, mais la réalité de terrain est qu’assez peu de couples veulent s’afficher aussi clairement que lors d’un mariage, et encore moins sont prêts à aller dans un salon dédié.

En outre, par effet de bord, cela montre qu’avec 150 personnes vaguement intéressées par le mariage homosexuel et prêtes à mettre de l’argent en jeu sur cet intérêt, on est assez loin de la déferlante sociétale qui balaierait tout sur son passage. Plus probablement, dans les grandes villes françaises, il y aura quelques mariages homosexuels de temps en temps, et c’est tout. L’impact social effectif de ce changement-ci risque d’être faible ou anecdotique (les conséquences indirectes que sont l’adoption ou la gestation assistées, souvent rappelées par les opposants, sont encore très hypothétiques).

Il reste donc un décalage particulièrement puissant entre les manifestations populaires nombreuses et très larges qui occupèrent les opposants au mariage homosexuel, et la réalité de terrain qui semble n’intéresser qu’une partie microscopique des Français. Et ce décalage n’aura quasiment pas été exploité par une droite officielle complètement larguée, en rase campagne, par des Manifs Pour Tous dans lesquelles elle avait un mal de chien à seulement exister. Cela montre d’ailleurs à quel point cette droite française n’est pas conservatrice, ou en tout cas pas beaucoup plus que la gauche. Sur ces questions sociétales, elle apparaît marginalement différente du PS, à tel point qu’elle n’arrive plus à rassembler. De ce point de vue, l’équivalence règne entre les deux grands partis politiques qui nous offrent une guéguerre Pepsi/Coca-Cola sans intérêt.

Pendant ce temps, à l’évidence, une partie du peuple réclame des alcools forts (quels qu’en soient les goûts, les bords et les raisons). Et lorsque la demande est totalement insatisfaite, elle finit tôt ou tard par changer, brutalement, de crèmerie.

J’ai du mal à imaginer que ce sera pour le meilleur.

> h16 anime le blog hashtable. Il est l’auteur de Égalité taxes bisous.

Autres articles

35 Commentaires

  • JSG , 28 juin 2013 @ 11 h 59 min

    Si on organisait un salon de la Hollandie, il n’y aurait pas plus de monde !
    Ça prouve tout simplement que cette loi inique était une abomination sans intérêt, dont le seul résultat fut de faire monter l’homophobie qui, avant n’était qu’un fait marginal.
    De plus, ça a permis à nos très, mais vraiment très chers députés d’aller fouiner dans le Code Civil, pour se donner de l’importance.
    Moralité dans cette affaire tout le monde est perdant sauf la haine de l’autre qui y a gagné !
    Bravo les intellos !
    Serviteur.

  • mariedefrance , 28 juin 2013 @ 12 h 05 min

    Je ne vois pas la nécessité d’ouvrir un tel salon dans la mesure où un pantalon est un pantalon.
    Quel genre ?
    çà dépend de quel côté vous tanguez.

    FIASCO ?
    Bien fait !

    quand on leur dit que c’est une mode et qu’elle passera comme les autres, ils ne nous croient pas.

    C’est vrai que bientôt il leur sera ouvert le marché des ventres à acheter !!!
    Quelle misère….

  • Gisèle , 28 juin 2013 @ 12 h 55 min

    Le mariage des homosexuels n’était en réalité pas le but , mais le moyen .
    Le moyen de casser , détruire les bases de l’humanité qui viennent d’en haut , pour en imposer d’autres qui viennent d’en bas .
    En haut et en bas étant bien sûre une image ….
    Oui … seule la misère humaine a gagné . La haine sûrement parfois , mais ce mot est extrême . Je parlerai d’exaspération qui mène au rejet ou plutôt de rejet , fruit de l’exaspération .

  • dudesert , 28 juin 2013 @ 12 h 59 min

    Comme on l’a denonce a la manif pour tous,cette loi se fiche des homo qui ne sont que des appâts destinés a instaurer la dictature socialiste, la”nouvelle religion”voulue par peillon le franc-macon et tous ses comparses.
    La loi est votée, on a moins de liberté qu’avant ,liberté de conscience entre autre avant celles qui vont suivre.
    Désormais la porte est ouverte pour un etat socialiste totalitaire ou tout doit venir de l’etat. On le voit avec l’agriculture qui ne vit que de l’etat par subvention,
    on le voit par la destruction de l’industrie et des autoentrepreneur, Ces gens sont des ennemis car ils ne vivent pas par l’etat,De même que tous les salariés du privé
    On le voit avec les politiques de toujours plus d’hlm au lieu de devellopper les propriétaires,
    on le voit avec les fonctionnaires qui eux sont proteges car du bon coté, ils vivent de l’etat
    et dernière étape que la loi taubira amene,on devra notre existence,notre naissance a l’etat et même notre santé puisque ne devra naître que des humains vérifié purifies de toute tare type myopatie, trisomie,hémophilie, etc…
    Cela s’appelle le socialisme sauf que partout il a mené a la famine…
    Oui, cette loi a utilise les pauvres homos et ne leur veut aucun bien,c’est pourquoi la manif pour tous est tellement reprimee.
    Les homophobes,c’est pas nous, c’est taubira qui ment aux homo sur ses intentions

  • Gisèle , 28 juin 2013 @ 13 h 01 min

    Imaginez 200.000 pacsés dans la foule du million 400.000 personnes marchant dans les rues de Paris en mars …… Une goutte d’eau .
    Alors dans la totalité de la population Française ….. était ce vraiment la peine d’en faire tout un fromage , que de leur octroyer un soit disant droit égalitaire ?
    Un moyen , non un but … flagrant !

  • Gisèle , 28 juin 2013 @ 13 h 04 min

    Et en plus maintenant , tout ce qui touche à la différence entre un homme ou une femme sera appelé genre … le mot sexe est banni .
    Ah si seulement on parlait moins de sexe et plus d’amour …..

  • monhugo , 28 juin 2013 @ 13 h 12 min

    Le marché du sperme et des ovocytes, cela existe déjà (voir internet), et, en complément du précédent, aussi celui des incubateurs sur pieds pour invertis mâles en mal de progéniture, pour que la chaîne des prestations de services soit cohérente. Ce sont effectivement les homos qui sont demandeurs massivement, et enfreignent ce faisant allégrement la loi française (doit-on rappeler qu’en l’état des lois positives sur la bioéthique même la PMA est contingentée et réservée aux couples à stérilité médiale avérée ?) pour se donner les moyens d’un droit à l’enfant coulant de source pour eux (les hétéros peuvent, donc nous aussi : “égalité, égalité” – on connaît la chanson). Mais quand les PMA, puis GPA, seront légalisées en France (bientôt, puisque les excellences qui nous “gouvernent” ont dit que non – menteurs comme des arracheurs de dents, sous la houlette du culbuto aux cheveux teints, on sait à quoi s’en tenir !), rien n’interdira aux hétéros de se servir aussi des dispositions, généralisées (“égalité, égalité” – dans l’autre sens). Un marché “porteur”, par exemple pour les célibataires voulant le bébé sans le géniteur normalement livré avec (PMA = anonymat), voire pour les “carriéristes”, même en couple, mais ne voulant pas subir 9 mois durant les désagréments de la grossesse (dont les kilos en trop), les douleurs de l’accouchement (la péridurale ne se pose pas aux toutes premières contractions) etc. – une mère porteuse” pour un enfant 100 % à soi et à son partenaire (né, l’enfant pourra être confié à une “nounou” – mais cela, c’est déjà permis !). Gageons alors que le futur “Salon de la procréation” sera, comme celui du mariage (et du PaCS) “généraliste”, et qu’homos et hétéros s’y croiseront dans les allées, pour le plus grand agrément, commercial, des exposants.

Les commentaires sont fermés.