A quand des évêques noirs ?

En France, ce n’est pas une grande découverte, il y a des clochers qui n’ont pas vu de prêtre depuis des années. Dans d’autres, s’il n’y avait pas des prêtres africains ou asiatiques en renfort, la situation ne serait guère meilleure. Avec la rotation, ce sont désormais des milliers de prêtres étrangers qui ont séjourné en France depuis les deux dernières décennies, officiellement pour parfaire des cycles d’étude ou pour un soutien ponctuel, en réalité pour servir comme missionnaires dans un pays dont on peut dire qu’il est presque tout à fait déchristianisé.

Dans des villes entières l’écrasante majorité de la population ignore à peu près tout du contenu de la foi catholique et entretient sur l’Eglise des a priori équivalents à ceux que les païens de la Rome antique portaient contre les premiers chrétiens, adorateurs d’une tête d’âne et mangeurs d’enfants. Après tout, quand on entend les conversations de café sur la pédophilie des prêtres, l’homosexualité des évêques, les trésors des cardinaux et les réseaux mafieux des ordres religieux, on est pas très loin des racontars de l’Urbs.

Face à cette désaffection généralisée, à cette ignorance, la France est presque entièrement redevenue terre de mission. Il semble normal d’y envoyer des missionnaires étrangers pour remplacer un clergé indigène numériquement défaillant. Mais c’est ici qu’il conviendrait d’aller jusqu’au bout de la logique missionnaire et de rompre avec les derniers restes de catholicisme installé des siècles précédents.

Il apparaît d’une part que les évêques en place considèrent leurs missionnaires africains ou asiatiques comme des jeunes prêtres sympathiques à former avant qu’ils ne retournent dans leur pays, et d’utiles supplétifs en attendant, sur le sol français. On leur confie une paroisse, un vicariat, une aumônerie de jeunes, mais pas de responsabilités diocésaines importantes.

Il apparaît d’autre part que les sociétés missionnaires françaises tournées vers l’évangélisation intérieure, comme la Communauté Saint-Martin, les Frères de Saint-Jean, la Communauté de l’Emmanuel, l’Institut du Christ Roi, la Fraternité Saint-Pierre, etc. Même avec des séminaires plein à craquer, ne suffisent pas à combler les pertes. Cela semble une évidence. Comment 500, 600 voire 1000 prêtres peuvent-ils combler un manque de 15 000 voire 20 000 prêtres ? Comment si peu de volontaires peuvent-ils évangéliser 66 000 000 de Français ? Bien sûr, de tels écarts de chiffres sont avant tout un motif pour intensifier l’effort. Mais justement. Dans ces conditions, il faut sans doute faire feu de tout bois et admettre que la situation française de 2014 est comparable à celle de l’Afrique du XIXe siècle en termes de pénétration de la foi. A ceci près que les monuments, les fonds d’archives, les réseaux de maisons religieuses sont encore assez en place pour faciliter une reprise rapide, pour peu que l’Eglise s’en donne la peine.

Mais dans ces conditions, il apparaît, troisièmement, que la multiplication des regroupements paroissiaux et des regroupements de diocèses, en créant des territoires immenses à couvrir pour un clergé peu nombreux constituent des défis impossibles, humainement, à relever.

Il est difficile de ne pas procéder aux regroupements paroissiaux, car même le Vietnam, la Corée du Sud ou l’Afrique francophone, qui doivent eux-mêmes approfondir leur propre évangélisation, ne pourraient pas fournir des effectifs suffisants pour couvrir le territoire paroissial français.

Mais sur la question des diocèses le problème peut être traité différemment. La carte des diocèses a été conçue sur celle des départements, en 1801, dans une France de 28 000 000 d’habitants. Elle en compte aujourd’hui 66 000 000. Il est évident qu’un évêque, même accompagné d’une armée de vicaires épiscopaux et de coadjuteurs ne peut pas visiter de telles populations et les connaître toutes ou leur donner à toutes le sacrement de confirmation.

Bien sûr, la population catholique étant maintenant fort réduite, le problème du nombre de fidèles ne se pose pas. Mais celui du nombre de non catholiques à évangéliser, et de la taille du territoire à couvrir, eux, se posent avec d’autant plus d’importance.

Tout au contraire de la démarche actuelle, il faudrait songer à augmenter le nombre de diocèses, au moins à en maintenir le nombre, et à en pourvoir certains sièges exclusivement avec des missionnaires. Il s’agirait de missionnaires étrangers, c’est à dire débarrassés des préventions et des frilosités du clergé indigène, nommés avec la mission de former un clergé autochtone pour répandre la mission dans le pays. Un clergé français formé par un évêque n’ayant peur de rien parce que non français serait sans doute désinhibé.

C’est exactement ce que fit Monseigneur Lefebvre lorsqu’il était archevêque de Dakar et délégué apostolique pour l’Afrique francophone. Son ambition et la mission qui lui fut confiée par Pie XII était l’africanisation du clergé africain. En somme, si après la décolonisation l’Afrique francophone a pu non seulement demeurer catholique mais approfondir son catholicisme, c’est grâce à Monseigneur Lefebvre.

Au lieu de faire venir des missionnaires étrangers subalternes comme des rustines sur un pneu crevé au service d’évêques dont une partie gère un syndicat de faillite, il serait temps, certainement, de penser à confier des postes épiscopaux à des prélats africains ou vietnamiens envoyés en mission, avec pour but de recréer un clergé local.

Il y a urgence. Pour donner un exemple, Monseigneur Brac de La Perrière, évêque de Nevers, gouverne un diocèse où il ne reste plus qu’une vingtaine de prêtres en activité, une cinquantaine en ajoutant les retraités et les réguliers. Il est encore jeune. Le fringant quinquagénaire, lorsqu’il atteindra ses 75 ans et quittera son diocèse, s’il n’a pas pu inverser la vapeur d’ici là, sera le dernier évêque de Nevers… Pas de prêtres, pas de diocèse. Alors il faut sans doute oser non pas seulement faire venir des étrangers comme vicaires de paroisse, mais des étrangers comme recteurs de séminaires et vicaires épiscopaux ou comme évêques. La France est terre de mission. Assumons-le !

Bien-sûr, ça fera grincer dans les chaumières, parce que les moeurs sont différentes, que les pratiques pastorales peuvent surprendre parfois. Mais tout comme les Pères blancs s’adaptèrent à leur milieu en y restant vingt, trente ou quarante ans, ces “pères noirs” s’adapteront à leur bocage en y demeurant vingt, trente ou quarante ans.

De toute manière, avons-nous vraiment le choix ?

> Gabriel Privat anime un blog.

Autres articles

61 Commentaires

  • Gisèle , 28 Juil 2014 à 16:01 @ 16 h 01 min

    Notre évêque à nous , a visité notre doyenné , paroisse après paroisse et a participé à des rencontres et y a célébré de Saintes Messes et a prouvé qu’ il était vraiment près de ses ouailles quoique certains en disent ! Régulièrement , il écrit une lettre mise à la disposition de tous à l’entrée des églises . Encore faudrait il y rentrer ……
    Avant d’écrire certains commentaires , il serait bon de se renseigner !

  • marie france , 28 Juil 2014 à 16:36 @ 16 h 36 min

    je ne savais pas qu’il y avait un évangile écrit selon Bernard Lukan,je connaissais ,Luc,Marc,Matthieu et Jean,c’est pour celà que “la vieille ne voulait pas mourir , car elle en apprenait tous les jours !

  • marie france , 28 Juil 2014 à 16:45 @ 16 h 45 min

    @Giséle ,notre évêque aussi a écrit une lettre avec témoignages ,mais le’ clergé en général s’occupe de ramener les brebis égarées ,c’est leur devoir ,mais surtout s’occupe “des étrangers tel le “rapprochement “avec les musulmans ,mais ou est leur charité chrétienne avec les” intégristes” qu’ils ne veulent pas admettre dans leurs églises !!!je crois en Dieu mais pas à ses hommes qui transforment les chrétiens en béni_ ouiouiprogrssiste et depuis fort longtemps

  • anonyme , 28 Juil 2014 à 16:52 @ 16 h 52 min

    Je ne vois pas bien le rapport : si le clergé local dispose de prêtres en nombre suffisant pour pouvoir en faire bénéficier une France déchristianisée, où est le problème ?

    De plus, je ne comprends pas bien la position de M. Dutreuil selon laquelle l’ordination d’hommes mariés et le retour à un rite plus cérémonieux (les deux propositions étant assez contradictoires) suffiraient à redonner foi à des personnes dont la culture-même est en phase avancée de déchristianisation.

    Que l’élévation à la dignité d’évêque de France s’ouvre aux extra européens n’a en revanche rien d’empêchant une stimulation du clergé en place, bien au contraire.

  • Luc Ruy , 28 Juil 2014 à 17:10 @ 17 h 10 min

    Vous n’avez pas lu assez. Une rapide recherche google donne la réponse :

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1908_num_52_2_72196
    (article intéressant au demeurant)

  • Xav , 28 Juil 2014 à 17:30 @ 17 h 30 min

    On ne touche pas aux bisous du Saint Esprit, c’est comme les mamans !

  • PG , 28 Juil 2014 à 17:50 @ 17 h 50 min

    Les Pères Blancs ont modifié le sstructures traditionnelles du RWANDA ? Et bien oui, et figurez-vous que César et la romanisation ont également modifié nos structures tribales et ethniques, par unification et donc uniformisation.
    Ce qui a créé le conflit inter ethnique c’est ce que LUGAN démontrait mais que vous sur interprétaez : à partir des idées de décolonisation les Pères Blancs ont plaque un modèle marxisant de dominés -dominants, résistants-occupants, exploiteurs expoités, etc….. sur le Rwanda, et ceci après 1945. avant comme parout le christianisme abolit les fausses différences : la dignité de l’homme nécessite de refuser les différences qui abaissent.
    Ce n”est donc pas l’évangélisation que dénonce B. LUGAN, mais la vision de gauche des Pères Blancs vers la fin de la période coloniale.
    Quant à l’âne un commentraire vous en fournit une documentation.
    Le mythe des païens décimés par les chrétiens n’aura jamais la consistance historique des vagues de martyrs chrétiens, sorte de massacres de masse décidés par les pouvoirs romains centraux et locaux.
    Vous allez bientôt nous ressortir la vieille lune des chrétiens ouvrant les portes de Rome aux Barbares….. oubliant que ce sont les empereurs romains païens qui ont engagés dans les armées romaines des détachements de mercenaires barbares, les choyant souvent pour assassiner leurs prédécesseurs, afins d’être une fois sur deux assassinés à leur tour.
    <les paîens ont eu leur courant de pensée immigrationniste……..

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France