Des Roms ? Pardon, des Roumains.

Tribune libre de Robert Ménard*

Ainsi donc, pour régler le problème rom – et oui, il y a un problème rom, n’en déplaise à nos Tartuffe – il suffirait d’ouvrir le marché du travail aux ressortissants roumains et bulgares, puisque c’est ainsi qu’il est convenu de nommer les Roms au pays des faux-culs.

Aujourd’hui en effet – et jusqu’à la fin 2013 – ils ne sont autorisés à n’exercer que 150 métiers dits « en tension », après la délivrance d’un permis de travail et le versement par leur employeur d’une taxe à l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Le gouvernement vient de promettre d’assouplir ces conditions d’embauche.

Qui peut affirmer, sans pouffer de rire, qu’un tel assouplissement règlera le problème ? Qui peut faire preuve d’une telle naïveté ? Qui peut croire que les Roms vont chercher et encore moins trouver du travail quand on recense presque trois millions de chômeurs en France ?

Qui peut prendre au sérieux un collectif d’associations comme Romeurope quand il explique qu’il n’y a aucune raison d’aborder la question des Roms différemment de celle des Italiens ou des Allemands résidants dans notre pays ? Qui peut se laisser berner par ce genre de propos qui nient jusqu’à l’évidence même ?

Vous me direz que les mêmes zigotos nous expliquent, sans sourciller, que la délinquance rom n’existe pas, non plus que l’exploitation des enfants et des femmes roms en vue de les contraindre à mendier, à voler ou à se prostituer. Pourtant les chiffres sont là, têtus, accablants. Selon Le Parisien, le nombre de « Roumains » appréhendés a augmenté de… 69% entre 2009 et 2011 ! L’année dernière, un étranger sur dix mis en cause était « roumain ». Et s’il s’agit essentiellement, pour l’instant, d’affaires de cambriolages, d’escroqueries ou de vols à l’étalage, les responsables de la police craignent que cette délinquance « explose, se diversifie et devienne violente à l’égard des forces de l’ordre ».

Continuons à repeindre en rose le réel. Comme si parler de « voleurs de poules » n’était qu’un cliché éculé. Comme s’il ne s’agissait pas d’une société clanique (Rom ne signifie-t-il pas « homme accompli et marié au sein de la communauté » ?). Comme si l’on pouvait toujours tout ramener à des questions de pauvreté. Comme si les plus talentueux propagandistes de la culture tzigane – je pense au merveilleux poète et homme de cirque Alexandre Romanès – n’avaient pas dit l’essentiel à leur sujet. Sans pathos, sans faux-semblants, sans cette hypocrisie qui tient lieu si souvent de ligne de conduite à nos dirigeants.

Encore une remarque : et si la France cessait de battre sa coulpe sous la pression des prêchi-prêcheurs de service et se retournait vers les gouvernements roumains et bulgares ? Je me garderai d’imputer à ces derniers l’entière responsabilité de la situation, mais quand même…

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières.

> Son blog : robertmenard.fr

Autres articles

22 Commentaires

  • Bucarestois , 28 Août 2012 à 15:34 @ 15 h 34 min

    C’est amusant, votre courroux anti-tzigane.

    Il est rare de rencontrer autant d’ignorance, arrogance et stupidité que chez les français, lorsqu’il s’agit des roumains. Vous en êtes l’exception, ce dont je vous félicite.

    Sachez quand même, que le problème tzigane c’est justement avant tout un problème social et pas un nebuleux problème racialo-culturel, comme vous semblez l’insinuer : ceci le témoigne les million de tziganes admirablement intégrés, partout en Europe.

    Quant au soit disant “problème tzigane”, c’est le bon viux truc de l’incédiaire-pompier.: une construction médiatico-politique exclusivement française, une inique manoeuvre politicienne du feu régime Sarkozy, qui perdure sous Hollande.

    C’est honteux de toujours ventiler cette infame instrumentalisation politicienne des plus démunis des pauvres: les quelques milliers de tziganes que les gouvernements francais encourage financierement à revenir régulierement en France pour justement avoir un probleme à combattre, là où il suffirait d’appliquer la loi et interdire les campements sauvages. En Roumanie il y en a pas.

    Donc c’est vos politiques qui ont crée le problème tzigane, pendant que le public avale la propagande. Donc, mieux serait que chacun s’occupe de ses propres affaires, sans généralisations ineptes. Et s’il y a des gens en France qui brisent la loi, qu’ils soient punis selon la loi, la France étant un état de droit, que je sache.

    En marge de tout ça, si un sujet français moyen n’est pas du tout choqué par la seule idée de « délit national », alors c’est très, mais très grave. Il y a dix ans, cela aurait été impensable en France. Cela, pour mesurer où vous en êtes arrivés, vous autres, français, après l’ère Sarkozy …

    Je crois que le régime Hollande agite à nouveau le thème « rom » pour des raisons politiciennes, mais aussi pour capter des fonds européens que la Roumanie n’a pas su se les approprier. (En outre, due à l’incapacité administrative, la Roumanie est contributeur net de l’UE, elle verse plus des fonds qu’elle ne reçoit).

    Pour conclure, si les tziganes vous dérangent, appliquez la loi. C’est si simple. Pourquoi en Allemagne y a t’il pas tout ce cirque immonde autour les tziganes ?

    Sans rancune, Messieurs les Français, mais c’est un problème fait maison.

  • Anthénor , 29 Août 2012 à 9:24 @ 9 h 24 min

    La dernière phrase de l’article ci-dessus me parait la plus intéressante : Pourquoi ne pas implquer plus avant les gouvernements Bulgare et Roumain ? C’est leur problème avant que d’être le nôtre. A quoi sert de chercher des solutions ici alors que rien n’est fait la bas : Au contraire, ils sont bien content d’en être débarassé à si bon compte !

  • Julien , 29 Août 2012 à 10:06 @ 10 h 06 min

    Marié à une rrom (roumaine tsigane), je comprend votre haine de l’hypocrisie.
    Oui des rroms sont voleurs. Oui des rroms sont menteurs.

    Je suis tout à fait d’accord avec Bucarestois. C’est votre ignorance et votre bêtise qui crée ce problème.
    Mon beau-père (rrom) était embauché en CDI en tant qu’ouvrier maraîcher. Malheureusement sans autorisation de travail. Lors du renouvellement de sa carte de séjour (carte de séjour profession libérale et non travailleur salarié) on l’a envoyé vers la Direccte (ancienne ddtefp) pour régulariser tout ça.
    Métier dans la liste des 150 corps de métier, employeur acceptant de payer la taxe de l’ofii.
    Autorisation refusée car inspecteur raciste (oui oui, première question à l’employeur : pourquoi prenez vous un roumain et pas un français ? Il a ensuite fait un maximum de problème, fait durer la procédure jusqu’à plus de 2 mois pour refuser l’autorisation de travail au prétexte que mon beau père n’a pas de diplôme ni d’attestation de ses précédents employeurs roumains et n’est donc pas qualifié pour ce poste alors qu’il travaillait déjà dans ce poste depuis plus de 12 mois !!!)

    Et comble de la bêtise : mon beau père ne travaille plus, il touche tranquillement les allocs, le rsa et son loyer et payé par la caf. Tout compte fait, c’est peut-être mieux comme ça, l’état préfère engraisser des fainéants que faire bosser des courageux.
    Ou préfère transformer des courageux en fainéants.

    Quelle honte !

    Donc oui, il y a des rroms qui veulent travailler.
    Il y a des rroms qui veulent aller à l’école (pour preuve ma femme qui regrette énormément de n’avoir pas eu sa chance à l’école parce qu’elle devait s’occuper des ses frères et soeurs pendant que ses parents allaient faire la manche).

    Alors arrêtez vous aussi votre hypocrisie. Laissons travailler ceux qui veulent travailler.
    Arrêtons de généraliser (des rroms volent mais des français aussi, des français travaillent mais des rroms aussi. Les proportions ne sont peut-être pas les mêmes, les cultures non plus mais notre comportement – laxisme de la justice – est peut-être aussi à l’origine de tout ça).
    Arrêtons de créer ou d’autoriser des situations aberrantes et tout ira mieux en France et ailleurs.

  • olrik , 29 Août 2012 à 10:14 @ 10 h 14 min

    J’avoue en avoir par-dessus la tête de lire encore les divagations moralisatrices d’un polichinelle qui vient nous expliquer que si quelque chose va mal, c’est de la faute de la France et des Français.
    Ce comportement s’explique à mon sens par la jalousie que notre patrie suscite chez les médiocres et les minables. On se venge comme on peut.
    Vive la France et mort aux c..s !!!!

  • marie france , 29 Août 2012 à 14:52 @ 14 h 52 min

    houlàlà!!!!!!comme vous les défendaient!!!!!moi, je vois ces gens toujours sals,assis à même le sol,faisant des histoires et les difficiles au resto du coeur!!virulents agressifs lorsque vous refusez de nettoyer votre pare brise,voilà l’image que donne ces gens.Julien votre beau pére vit à nos crochets et de quel droit?? Là les employés de préfecture et mairie apparemment n’ont pas fait de difficultés pour que ce monsieur encaisse tout ce que la France donne aux étrangers!!!!!!les gouvernements de ces pays de l’est doivent les reprendre et leur donner logements ,instructions et travail,ce n’est pas à nous encore de s’en occuper!!!!!!

  • Baba , 29 Août 2012 à 16:34 @ 16 h 34 min

    @olrik : voue etes plus que ridicule! ça fait honte de vous lire

  • DESABUSE , 29 Août 2012 à 17:35 @ 17 h 35 min

    Bien d’accord avec votre conclusion JULIEN. Arrêtons de créer ou d’autoriser des situations aberrantes et tout ira mieux en FRANCE et Ailleurs.
    Pour éviter ces situations, cessons d’apâter ces parasites avec nos largesses en allocations diverses. Parasites qui, non contents de bouffer à notre ratelier, foutent le bordel sur notre sol.

    Au fait JULIEN, vous payez combien d’impots sur le revenu?? (en% de vos revenus), parceque la générosité avec les biens des autres, c’est facile et ca donne bonne conscience.

    Pour mémoire je vous rapelle la définition du parasite (petit larousse): -“Personne qui vit dans l’oisivete aux dépens de la société”, c’est bien le cas n’est-ce pas!!!

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen