Défense de la famille : vers une extension du domaine de la lutte ?

Ces derniers mois, le gouvernement, la bulle politico-médiatique, les grands partis ont cantonné la mobilisation contre le « mariage homosexuel » dans un rôle secondaire. Il se résumerait à une affaire de principe, d’ordre symbolique, limitée à une dimension « sociétale ». Une querelle entre anciens et modernes. Un sujet accessoire au regard des grands enjeux nationaux ; dont les opposants n’ont pas d’accès à l’agora. Une cause défendue par quelques élus marginaux entourés d’une poignée d’énergumènes hors du sérail.

Il n’en est rien.

Dans tous les sondages, la préoccupation de 80% des Français, c’est leur famille. Loin devant l’emploi, la sécurité ou toute autre question. Le sujet est primordial. Pour 6 millions de foyers, la famille c’est papa, maman et leurs enfants. Et, hélas, pour un million de français, la famille c’est aussi papa ou maman seul(e) avec les enfants, et la pauvreté qui s’invite chaque soir.

En France 80% des emplois sont crées dans les PME. L’essentiel de l’investissement dans ces PME pourvoyeuses d’emploi provient de capitaux familiaux. Donc de ces 6 millions de familles « traditionnelles » papa – maman.

Il est également à faire connaître que les entreprises cotées en bourse dont l’actionnariat est resté familial sont les plus profitables, pérennes et appréciées par leurs salariés.

Dans la continuité de notre analyse ; nous remarquons que les « ménages » français (les familles) disposent d’un épargne très importante, sanctuarisée dans des produits à faible fiscalité ; peu investie dans le tissu des PME. Ce sont ainsi plus de 4 000 milliards d’euros de patrimoine des familles qui, pour échapper à une fiscalité confiscatoire, sont sous-investis dans des placements sans risque et inutiles à l’économie réelle ; celle des PME, créatrice d’emplois. La puissance publique contrôle indirectement ce patrimoine par le régime fiscal dérogatoire créé pour attirer les économies des braves gens. Cette épargne constitue en fait une sorte de nantissement du patrimoine des familles, au profit du train de vie de l’État : les 1 900 milliards de « dette » publique. Une politique de déficit annuelle défendue par d’éminents et distingués économistes qui nous expliquent qu’elle serait vertueuse. Au demeurant, cette appellation de « dette » est un abus de langage, voire un grossier mensonge car elle ne finance pas des actifs qui seraient valorisés au bilan de la maison France, mais le train de vie de l’État ; au détriment des ménages. Il ne s’agit pas d’une « dette » mais d’un capital dilapidé. Cette politique pourrait se poursuivre encore pendant une ou deux décennies, puisqu’il y a encore 2 000 milliards à consommer… De telles pratiques vaudraient à n’importe quel dirigeant d’entreprise ou d’association l’opprobre général, assortie de sévères sanctions civiles et pénales. Ces mêmes économistes primés expliquent que les règles de l’équilibre budgétaire pourraient ne pas s’appliquer aux comptes de la nation… Un peu comme si les lois de la pesanteur ne s’appliquaient pas à tous !

“Sans famille, point d’entreprises, ni d’emploi, nulle création de richesses ; et plus rien à partager avec les plus démunis. Il est encore temps !”

Ainsi, il apparaît que la question de la famille n’est pas « sociétale ». Elle est la clé de la vie économique et sociale.
Face à cette réalité, des idéologues voudraient « changer » la « société » et la famille pour maintenir debout un système ruineux. Ils adoptent une stratégie sophistiquée pour accomplir leur œuvre. L’idée de manœuvre des officines était d’ouvrir le chantier en utilisant « les homosexuels » comme une sorte de bouclier humain pour neutraliser toute réaction d’ampleur. Car cette loi Taubira n’est que la première d’une sombre série ; guidée par une idéologie qui n’a jamais démontré ni son efficacité économique, ni son utilité sociale, ni sa nécessité sociétale. Par ailleurs, le lien entre familles désunies, insécurité, chômage est démontré dans tous les rapports d’experts qui s’empilent depuis des décennies. Mais qu’importe ; le propre d’une idéologie est de systématiser des idées en les dotant d’un jargon, d’une logique intrinsèque qui s’affranchit de toute réflexion rationnelle. En ouvrant ce premier front, le pouvoir recherchait un succès politique facile, par le clivage, la désunion et le dénigrement d’une réaction qu’il attendait limité à celui d’une ligue de vertu allant de Boutin à Civitas. À l’Élysée et place Beauvau, on aurait adoré avoir un gros pélé de Chartres contre les homos, avec étendards croisés, oriflammes médiévales, imprécations et malédictions éternelles pour les sodomites. Qu’il eût été bon de mobiliser toutes les forces républicaines, d’en référer aux lumières, aux pères fondateurs de la laïcité, à la chanson de geste révolutionnaire ! Quel coup de force politique que de s’affirmer en rempart face à une nouvelle chouannerie obscurantiste ! Las, des centaines de milliers de français ont défilé sous leurs trois couleurs pastel, dans leurs capitales, à plusieurs reprises, dans le calme, en chantant la Marseillaise. La rencontre entre le peuple de France, l’organisation rigoureuse des manifs et l’intelligence émotionnelle de « Frige » (Virgine Tellenne) ; ont pris le contrepied d’une partition jouée d’avance. Elle n’était pas totalement frigide ni complètement barjot…

Du fait des réalités soulignées en préambule, le sous-jacent de cette contestation pourrait bien être d’essence économique et sociale. Elle enclenche un cycle vertueux, celui de la protection de la famille, de la défense des entreprises et de l’emploi, contre des idéologies inutiles et obscures, dressées face à eux depuis des décennies. C’est bien un combat social, pour interrompre un cercle vicieux qui détruit et sape les bases du corps social ; de la solidarité, et crée un chômage de masse.

C’est pour cela que notre lutte sera longue, que nous ne devons pas douter, ni céder à la violence, poursuivre nos actions, nos mobilisations, promouvoir notre vision « sociétale », équilibrée, unie, épanouie. Ce qui est en jeu, c’est bien ce fameux « modèle social » dont chacun s’accorde à dire qu’il est en péril car financièrement failli. Sans famille, point d’entreprises, ni d’emploi, nulle création de richesses ; et plus rien à partager avec les plus démunis. Il est encore temps !

Articles liés

25Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • mariedefrance , 28 septembre 2013 @ 8 h 01 min

    Très bon article mais si vous leur envoyez, je doute qu’ils comprennent !!

    Je pensais qu’il y avait 12000 milliards d’épargne en France…. tentant, n’est-ce pas ?
    Mais j’ai cru comprendre que vous parliez de 4000 milliards mal placés voire non rémunérés.

    La révolution pourrait passer par le boycott des banques !
    Salaires, honoraires, retraites aussitôt virés, aussitôt retirés.
    Rémunérés à 1% (livrets) avec les risques encourus, autant avoir son argent sous le matelas ou converti en franc suisse and co… !

    Oui le combat a commencé l’an passé et il est loin d’être terminé.
    Dur et difficile.
    Il nous faudra tenir bon donc nous devons nous y préparer.

    PS : j’ai peur que certains ici viennent modifier la définition du mot “famille”.
    comme ils ont modifier celle de “mariage”.

  • Charles , 28 septembre 2013 @ 8 h 49 min

    Chez les ennemis de la Francité bi milenaire,ce que nous croyons être
    un pur raisonnement logique qui se serait orienté sur une fausse piste
    se révèle en réalité une justification de comportements personnels non assumés.

    Ces “choix” sont principalement “sensoriels” et reliés à un processus “anorgasmique”.

    Ces “gens” sont à la poursuite de nouvelles sensations liées a leurs névroses.
    certains sont dans la pédo-perversion,d’autres dans la scatologie anale (Pipi-Popo)
    avec des variantes multiples et illimitées (telles que le fist fucking),tous dans
    la poly-sexualité,dont le mode mineur se situe dans la bisexualité masquée .
    (On devrait plutôt parler de “pluri-orgasmie” vue comme pathologie)

    Cette bisexualité masquée étant le signe commun “a minima” des zelites UMPS.
    Aucun élu ne peut approcher le “soleil” républicain ,si il n’a pas donné des gages d’ouverture personnelle à cette poly-sexualité.

    Autrement dit si vous établissez la liste des 40 personnalités politiques
    UMPS les plus souvent montrées sur l’agora médiatique,vous ne trouverez
    aucune personne vivant une vie de famille “normale/référente/transparente”.

    Dans ces conditions de logique post-justificatrice d’une perversion personnelle
    masquée,il est inutile d’entreprendre un simple argumentaire logique,
    il faut aborder les fondements cachés de ses “raisonnements sensoriels”.
    Il nous faut revenir à l’orientation immémoriale de notre espace sensoriel.

    Pour y parvenir,nous sommes obligés de reprendre le fil principal d’Ariane ,
    délaissé progressivement par les uns puis les autres depuis 1958.

    Ce fil d’Ariane nous relie a l’événement historique initial,celui de la mort
    d’un personnage historique qui dérange au plus haut point les ennemis de la Francité.

    Nous en voulons pour preuve flagrante l’hystérie provoquée par toute mention
    du document preuve constitué par une pièce de lin ayant servi de linceul.

    La valeur de cette preuve n’étant accessible a nous progressivement au fil du temps,
    du simple fait de la succession des moyens technologiques à notre portée
    depuis 1898 (première photographie faite-Date ?)) et de la première autopsie
    scientifique en 1902 (Professeur Delage).

    Quant a ceux qui balayent ce sujet comme accessoire,je recommande simplement de consulter les fiches wikipedia en français, en anglais et autres langues
    pour constater le verrouillage et caviardage systématiques du sujet par nos ennemis.
    Les modifications contributives sont interdites pour les premiers paragraphes de présentation et des faits précis mais embarrassant sont systématiquement occultés.
    Donc certaines pièces ne sont pas versées au débat qui donc n’est plus un débat.

    On ajoutera que le nouveau pape,habilement,a exprimé son indifférence
    pour l’authentification du Linceul réduit à la valeur de simple symbole
    de la souffrance humaine.

    Pour toute personne de bonne foi ,échappant à la naiveté dominante,
    la “messe” de ce pape est dite.
    La famille constitue donc le premier échelon de l’église christo-catholique.
    Il est donc logique et naturel que ses ennemis s’attaquent à elle.

  • mariedefrance , 28 septembre 2013 @ 10 h 20 min

    J’ai cherché le “fil d’ariane” et ne l’ai pas trouvé sur le net.

    Peut être que ….

  • Charles , 28 septembre 2013 @ 11 h 06 min

    http://www.linceul-turin.com/maj-saint-suaire-linceul-turin/maj-saint-suaire-linceul-turin.html

    Il y a de tres nombreux liens vers des sites informatifs assez complets.

    Les dernières découvertes publiées datent de Mars 2013.
    le chercheur italien,Giulo Fanti,a présenté ses conclusions,
    en particulier liées a la présence de 2 types de fibres sur le linceul.
    Les fibres de lin qui datent bien du 1 er siècle
    et les fibres de coton qui datent du 14/15 eme.
    Il a utilisé un residu de tissu prélevé en 1988 par Giovanni di Numana
    da

  • Charles , 28 septembre 2013 @ 11 h 13 min

    http://www.thepopeinred.com/thesis.htm

    Pour MdeF,lien vers un des fils d’Ariane.

    L’année 1958 est une années à valeur pivot,
    dont les prémices sont apparus en 1957 (affaire de Suez).

    Tout comme l’année 1968 est à valeur pivot
    dont les prémices sont apparus en 1967 (frégates etc)

  • Daniel PIGNARD , 28 septembre 2013 @ 11 h 14 min

    l’équilibre du budget des familles est actuellement largement attaqué :
    Par la diminution du quotient familiale
    Par l’imposition des suppléments de retraite dus aux nombres d’enfants.
    La décote appliquée à la totalité de l’impôt.
    Certains disent que les retraites payées par les familles nombreuses à ceux qui n’ont pas d’enfants compensent le débours de ces personnes pour l’instruction de ces enfants. Il n’en est rien, une famille avec des enfants a besoin :
    D’une plus grande maison donc paie plus cher sa maison taxé à 20%, plus cher les taxes locales, plus cher le chauffage taxé à 100 %, plus cher l’assurance taxé à 32 %.
    D’une plus grande voiture taxée à 20 %, plus d’assurance taxée à 32 %, plus de carburant taxé à 235 %.
    Toute sa paie passe en achats taxés à 20 %.
    On peut compter un prof ou une paie pour 20 enfants pendant 15 ans soit 0,05 paie par enfant à payer.
    On peut compter 2,1 enfants pour 2 parents à retraiter pendant 15 ans soit 0,95 paie par enfant à payer.
    Vous voyez donc que les proportions sont très en faveur des personnes sans enfants.
    Revenons au code civil bâti à partir de la bible :
    ” L’enfant, à tout âge, doit honneur et respect à ses père et mère.” (art. 371)
    ” Les enfants doivent les aliments à leur père et mère et autres ascendants qui sont dans le besoin.” (art. 205)
    ” Les gendres et belles-filles doivent également, et dans les mêmes circonstances, des aliments à leur beau-père et belle-mère, mais cette obligation cesse lorsque celui des époux qui produisait l’affinité et les enfants issus de son union avec l’autre époux sont décédés.” (art. 206)

  • Laurhenne , 28 septembre 2013 @ 14 h 26 min

    Article excellentissime !!
    Bravo, et merci

Les commentaires sont clôturés.