Théorie du genre à l’école : Vincent Peillon est une menteuse

Tandis que, selon la ministre des Droits de la femme Najat Vallaud Belkacem, “la théorie du genre n’existe pas », Vincent Peillon a osé déclarer ce mardi à l’Assemblée nationale que l’Éducation nationale “refuse totalement la théorie du genre”. Il l’a fait comme Cahuzac, “les yeux dans les yeux”. Mais s’il refuse la théorie du genre, c’est déjà qu’elle existe. Il va falloir qu’ils accordent leurs violons, au Gouvernement. Peillon s’en prend au passage à “l’extrême-droite négationniste” qu’il accuse de faire peur aux parents d’élèves. “Ce que nous faisons, ce n’est pas la théorie du genre, je la refuse”, continue le ministre de l’Éducation nationale, sans nous dire ce qu’est la théorie du genre et ce qu’elle n’est pas :

Mais, ainsi que le relève l’Observatoire de la théorie du genre,

on ne peut que constater que Najat Vallaud Belkacem, ministre déléguée aux droits des femmes, Christiane Taubira, ministre de la justice et Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, ont commandé des études et des rapports à des « militants » qui s’inspirent des théoriciens les plus radicaux de la théorie du genre.

Dans la diffusion de cette « théorie », l’Education nationale joue un rôle moteur avec plusieurs dispositifs, comme :

- Le dispositif « ABCD égalité » qui de façon insidieuse s’inspire des théories de « l’éducation neutre » telle qu’elle se pratique en Suède.

- L’expérimentation, soutenue par Najat Vallaud Belkacem, de crèches neutres s’inspirant de la crèche Égalia à Stockolhm.

- La généralisation de l’éducation sexuelle à l’école pour tous les élèves à partir de 6 ans. Le ministère allant jusqu’à recommander la participation en classe d’intervenants issus d’associations clairement militantes.

- La promotion faite par Vincent Peillon, dans une circulaire adressée à l’ensemble des recteurs le 4 janvier dernier, de l’association « Ligne Azur » qui intervient auprès des enfants notamment sur la question de l’identité sexuelle et l’identité de genre en affirmant sur ses supports pédagogiques : «  que l’identité de genre c’est le sentiment d’être un homme ou une femme. Pour certains, le sexe biologique coïncide avec ce ressenti ». Sic !

- La diffusion dans le cadre du programme « Ecole et cinéma » du film militant « Tomboy », où l’on invite des enfants de CE2, CM1, CM2 à s’identifier à une petite fille qui se fait passer pour un petit garçons.

- Les recommandations du principal syndicat d’enseignants du primaire d’utiliser en classe des livres “non-genrés” comme “Papa porte une robe”.

Autant dire que les parents ont raison de s’inquiéter de la propagande pro-théorie du genre de l’Éducation nationale et de participer à la Journée de retrait de l’école.

Lire aussi :
> Le stéréotype, une notion des idéologues du genre, par Alexis Aguettant

Articles liés

127Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Bernie , 29 janvier 2014 @ 8 h 42 min

    Quand on pense qu’un gamin sur trois arrive au collège sans maitriser la lecture et l’orthographe, il y a de quoi être inquiet (ou cf le dernier rapport de l’OCDE)…

  • Catoneo , 29 janvier 2014 @ 9 h 03 min

    Les syndicats enseignants sont aux cent coups.
    Un ‘grand leader’ déclarait ce matin que l’école est au coeur du “projet républicain” et que s’attaquer au pilier de l’école c’est attaquer la République. Ben oui ! L’école est au centre du dispositif d’intoxication promu ouvertement par M. Peillon. L’affronter, c’est aller sur le terrain de l’école fatalement !
    L’école devrait assurer aux enfants l’instruction publique et oublier l’éducation nationale qui est une supercherie quand les classes d’âge sont aussi mal classées à l’international.
    Lire, écrire, compter ? C’est quoi ça ?

    Mais on ne doit pas oublier de saluer Mme Farida Belghoul qui a activé ce “jour de retrait” pour combattre efficacement la procédure insidieuse de conversion des genres injectée par le couple Belkacem-Peillon dans les programmes et comportements.
    Pour mémoire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Farida_Belghoul

  • Nif , 29 janvier 2014 @ 9 h 53 min

    Je remarque que vous maîtrisez bien la réforme de l’orthographe de 1990, félicitations!

  • hermeneias , 29 janvier 2014 @ 9 h 53 min

    Cette troupe de menteurs et teuses avance masquée .

    Comme tout bons menteurs de haut vol , cyniques et roués , cupides et pervers . Ce sont des professionnels !
    Ils ont mis Belkacem , Taubira , Valls ou Peillon en première ligne tour à tour , chacun jouant sa partition dans leur concert discordant de mensonge .
    La porte parole , elle , est chargée des sourires enjoleurs , Peillon du blabla pseudo intello , Valls des sourcils froncés….

  • Eric , 29 janvier 2014 @ 9 h 59 min

    j’aime bien le titre : c’est une menteuse.
    et j’approuve 100 % ceux qui boycottent ces cours de tordus.

  • hermeneias , 29 janvier 2014 @ 10 h 02 min

    Peillon-Belcassos un couople infernal sous l’égide du parrain mhollande

  • charles-de , 29 janvier 2014 @ 10 h 11 min

    Oui, la République (3ème du nom) est passée à “l’Education nationale” dans les années 1920. Ca montrait la voie : ces fonctionnaires n’arrivent aujourd’hui même plus à INSTRUIRE et encore moins à EDUQUER les enfants qu’on leur confie, en imaginant encore qu’ils vont progresser.
    La Suisse, pays fasciste bien connu, en est restée, elle, à l’INSTRUCTION PUBLIQUE.

Les commentaires sont clôturés.