Les libéraux et la «liberté» de l’inceste

Tribune libre de Roman Bernard*

La republication de mon article « Sexe : de la “libération” à l’addiction » a suscité une intéressante discussion en commentaires, que je tiens à prolonger dans le présent article.Vers la fin, je m’interrogeais :

« Chloé est majeure et donc juridiquement responsable de ses actes, mais seul un doctrinaire, un sadique ou un inconscient pourrait affirmer qu’elle est “libre” de ses non-choix, et qu’elle n’a donc à s’en prendre qu’à elle-même si elle a le sentiment, comme le dit le psychanalyste, d’être devenue une “poubelle à sperme”. Il faudrait être singulièrement dogmatique pour prétendre que Chloé, par l’“expérimentation”, va apprendre de ses erreurs et adopter un meilleur comportement à force d’accumuler les humiliations. À partir de combien de “coups d’un soir” les fanatiques de la “liberté ” pensent-ils que Chloé se sera responsabilisée ? »

Au cas où ce n’aurait pas été clair, ce sont bien entendu les libéraux et libertariens que je visais en évoquant les « fanatiques de la “liberté” ». Certes, j’ai été leur « compagnon de route », grosso modo entre 2008 et 2011, année du clash raconté dans cette nouvelle.

Et avant qu’on me pose la question, oui, il y a bien « quelque chose de personnel » dans mon rejet du libéralisme. Car le type de personne qu’attire une doctrine ou une idéologie est révélateur de la nature de cette doctrine ou de cette idéologie. Les conflits que j’ai eus avec des libéraux en 2011, pour personnels qu’ils fussent, révélaient quelque chose de plus profond. Au cours des trois ou quatre années de mon compagnonnage, les doutes s’étaient accumulés, jusqu’à arriver au point de non-retour.

L’inceste prohibé partout, même chez les gorilles

Il est toujours artificiel de parler d’une « goutte d’eau », mais je crois que la question de l’inceste et de sa prohibition a joué un rôle important. L’inceste est l’un des tabous fondamentaux de la civilisation, avec, entre autres, la coprophagie ou le cannibalisme. Il dépasse même le genre humain, puisque sa prohibition existe également chez certains grands singes. Chez les gorilles, les filles du mâle alpha doivent partir en quête d’un nouveau mâle, afin d’éviter toute relation sexuelle avec leur père. L’inceste était certes pratiqué par les Pharaons d’Égypte, mais cet écart par rapport à la norme soulignait justement la divinité de Pharaon. Ses sujets étaient, eux, soumis à ce tabou primordial.

Je ne fais pas de procès d’intention aux libéraux en parlant de leur refus de la prohibition de l’inceste. L’un d’eux, Sean Gabb, un Britannique, l’a récemment écrit dans des termes sans ambiguïté, au détour d’un article consacré pour le reste au mariage gay :

If two consenting adults want to live together in close union and can find a consenting minister of religion to bless their union, who are we to object? The same applies to polygamy, polyandry, incest, or any other kind of union between consenting adults.

(Si deux adultes consentants veulent s’unir l’un à l’autre et trouvent un prêtre volontaire pour bénir leur union, qui sommes-nous pour nous y opposer ? Il en va de même pour la polygamie, la polyandrie, l’inceste, ou toute autre forme d’union entre adultes consentants.)

Et cela va bien au-delà de la théorie, pour descendre au niveau de la pratique. Il y a quelque temps, on apprenait qu’à Tampa, Floride, une mère et sa fille avaient décidé de tourner ensemble dans un film porno. Rien d’illégal ni de contraire au principe libéral de consentement entre individus responsables, puisque la fille est majeure. Il n’y a donc, dans la doctrine libérale autant que dans la loi, aucun garde-fou à ce qu’une mère et sa fille participent ensemble à une activité sexuelle, vu que leur inceste est ici indirect.

Le libéralisme, une doctrine incomplète

Je suis certain que la plupart des libéraux trouveront qu’effectivement, cela est choquant et doit être interdit (les autres sont des morts-vivants, ou des porcs, au choix). La question est plutôt : dans quel principe de la doctrine libérale trouveront-ils la justification à la prohibition de l’inceste dès lors que l’enfant est responsable de ses actes ?

Ils n’en trouveront tout simplement pas, puisque la pensée libérale a été élaborée, de John Locke à Friedrich Hayek, dans une Europe chrétienne, où la prohibition de l’inceste allait de soi, comme la nécessité de s’emplir les poumons d’air pour vivre. Nous sommes à présent dans une société déchristianisée, où les seules normes sont fixées par le législateur. Si ce dernier n’interdit pas à une mère et une fille de jouer ensemble dans un porno, alors rien ne peut les en empêcher. Et si le mari de la première et le père de la seconde faisait ce qu’un homme doit faire en pareille circonstance, c’est-à-dire empêcher, de gré ou de force, sa femme et sa fille de tourner dans ce porno, c’est lui qui serait coupable aux yeux de la loi. S’il levait la main sur son épouse et sa fille, il pourrait même aller en prison, alors que son acte serait justifié au regard de la morale.

Maintenant qu’il n’y a plus d’Églises, catholique ou protestantes, pour imposer la prohibition de l’inceste, et que le législateur est trop occupé à promouvoir des formes déviantes de sexualité pour se consacrer à cette nécessaire prohibition effective, il n’y a donc plus de moyen d’empêcher cette mère et cette fille de se vautrer dans le déshonneur. Et si la foule, en accord avec la morale autant qu’avec la nature, décidait de se munir de pelles et de fourches pour empêcher, sous la menace, que cela arrive, les principes du libéralisme protégeraient les deux femmes indignes : en effet, en vertu du principe de non-agression, aucun individu ne peut en empêcher un autre de faire ce qu’il veut, la réciprocité de ce principe étant censée garantir le bon fonctionnement de la société. Il y a même fort à parier que les libéraux se mettraient, ironiquement, du côté de l’État qu’ils disent tant haïr (sauf quand il s’agit de travailler pour des entreprises qui vivent pour l’essentiel des marchés publics…) pour empêcher toute « coercition ».

Inceste et détérioration génétique

En réalité, l’inceste, lorsqu’il donne lieu à la procréation (comme c’est arrivé en France, récemment), propage les maladies génétiques, et conduit donc au dysgénisme, c’est-à-dire à l’appauvrissement du pool génétique de la population. C’est un domaine parmi d’autres dans lequel l’individualisme radical du libéralisme révèle les lacunes de cette doctrine. Un individu n’est pas que le fils de ses deux parents. Il est aussi le petit-fils de ses quatre grands-parents, l’arrière-petit-fils de ses huit arrière-grands-parents, et ainsi de suite. Dans une population relativement homogène, tous les individus sont cousins.

Toute naissance issue d’une relation incestueuse polluera donc le pool génétique de la population, qui est un bien commun, et non individuel. Beaucoup de libéraux se croient rationalistes et évolutionnistes, mais l’inceste va précisément à l’encontre de l’évolution, ce qui explique pourquoi il a été prohibé universellement dans des cultures qui n’ont été en contact qu’à l’ère moderne, ainsi que chez certains spécimens évolués de singes.

Les libéraux conscients que la doctrine qu’ils professent est incomplète gagneront soit à l’abjurer, soit à la compléter (mais s’il est possible d’empêcher deux individus responsables de faire ce qu’ils veulent de leur corps, que restera-t-il du libéralisme ?). Les autres continueront à la professer sans l’amender, et devront donc, au nom de la défense de la civilisation qui est la nôtre, être tenus pour ce qu’ils sont : des ennemis.

*Roman Bernard est l’ancien rédacteur en chef du Cri du contribuable. Il anime le blog Criticus. Vous pouvez retrouvez ses contributions aux Nouvelles de France ici.

Autres articles

94 Commentaires

  • Lucas Ht , 29 Mar 2013 à 18:44 @ 18 h 44 min

    “C’est un domaine parmi d’autres dans lequel l’individualisme radical du libéralisme révèle les lacunes de cette doctrine”

    C’est surtout un domaine dans lequel la nature révèle sa perfection, et donc l’application éventuelle du libéralisme sans aucun problème. En effet, il parait évident que si l’inceste est prohibé partout depuis des siècles, c’est justement parce qu’il y a un instinct naturel de l’humain à ne pas recourir à celui-ci (pour procréer), et donc à avoir un soutien populaire dans sa prohibition. Pourquoi? Car c’est dans notre nature, comme dans celle de beaucoup de mammifères, d’être attiré par ce qui nous oppose génétiquement. Interdiction où pas donc, l’humain n’aura pas recours à la procréation par l’inceste, car il n’en éprouve tout simplement pas le désire. Et il n’a pas non plus envie d’avoir un enfant handicapé. Le libéralisme s’applique donc parfaitement ici, et cette donnée est même une justification du libéralisme : le législateur n’a pas à se mêler de tout dans la vie des gens et n’a pas à construire lui-même ce qui est déjà présent dans la nature. Pour ce qui est de l’inceste sans procréation, ici la loi est totalement obsolète voire même contre-productive, nombre d’individus étant attirés par l’interdit, et le législateur ne pouvant pas observer ce qui se passe dans chaque chambre du pays 24h/24. Vous semblez utiliser ce prétexte pour justifier votre conservatisme aveugle, qui est plus la traduction de vos peurs et dégouts personnels qu’une volonté réelle d’avoir une réflexion sur l’amélioration de la société pour l’individu.

  • Lucas Ht , 29 Mar 2013 à 18:48 @ 18 h 48 min

    Application de l’interdiction de la procréation par l’inceste : oui, car il en revient de la protection de l’enfant (qui n’a pas de responsabilité ni de consentement).
    Interdiction de l’inceste tout court : non car contre-productif et obsolète, pour ne pas dire immoral (aussi dégoutant soit-elles, aucune pratique sexuelle entre deux individus n’a à être prohibée tant qu’il y a consentement mutuel).

  • Roman Bernard , 29 Mar 2013 à 19:21 @ 19 h 21 min

    J’ai justement évoqué un cas d’inceste avec procréation : http://www.lepoint.fr/societe/un-inceste-consenti-entre-pere-et-filles-juge-en-appel-a-huis-clos-14-11-2012-1528982_23.php .

    Et à juger de votre commentaire ci-dessous, on ne peut donc pas interdire à la mère et la fille de tourner dans un porno ensemble. Je vous repose donc la question : si le mari et père empêche sa femme et sa fille de tourner dans son porno, en les frappant, fera-t-il acte de « coercition » ?

  • Roman Bernard , 29 Mar 2013 à 19:26 @ 19 h 26 min

    Autre cas où la doctrine libérale ne nous dit rien : un individu a-t-il le droit de vendre des poupées sexuelles d’enfants à un autre individu ?

    Ce n’est, là encore, pas de la simple théorie, mais de la pratique : http://www.bvoltaire.fr/joriskarl/idee-cadeau-des-poupees-pour-les-pedos-2,16135 .

    Et, là encore, la foule est légitime à se munir de tout ce qui lui passe par la main pour empêcher, qu’elles qu’en soient les conséquences, une telle ignominie.

  • Roman Bernard , 29 Mar 2013 à 19:37 @ 19 h 37 min

    Dans son interview à Vice.Com, le créateur nippon, Shin Tagaki, a des propos qui résument à eux seuls l’impasse de la pensée libérale :

    « [L]a poupée n’est pas un être humain. Une poupée n’est pas concernée par les Droits de l’Homme. Il n’y a donc aucune victime nulle part. »

    http://www.vice.com/fr/read/japan-trottla-dolls-lifesize-lingerie

  • MO , 29 Mar 2013 à 19:41 @ 19 h 41 min

    Je pense que vous faites une erreur conceptuelle. Le libéralisme ne flotte pas dans l’air, particulièrement celui de Hayek. Ce n’est pas ,ou le libéralisme, ou la société chrétienne.
    Le libéralisme est une émergence de la société judéo-chrétienne, quelque chose qui peut apparaitre quand un certain nombre de conditions sont réunies, et à commencer par l’existence d’une forte présence chrétienne.
    Le point essentiel du libéralisme à la Hayek est que le droit ne doit pas conformer la société, mais créer les conditions pour que les hommes puissent vivre librement et en toute sécurité, sans se faire voler. Ce en quoi il est chrétien, c’est qu’il a un rapport particulier à la personne, qu’il voit comme seule pouvant intégrer toutes les dimensions complexe de l’existence sociale. Un socialiste dira lui que c’est l’Etat. Un islamiste que c’est la charia et son système d’application.
    Ce que vous appelez libéralisme, certes dans une très respectable tradition catholique, est en fait le retour à Rome, c’est à dire la capacité de chacun de faire ce qu’il veut dans les limites de sa puissance. Comme les puissances sont inégales, c’est in fine, le retour au luxe et à la débauche pour les riches, le rétablissement de l’esclave des sans puissances (les bébés en premier) par les tout puissants, la pauvre luxure pour les pauvres – et encore dans la limite de la dépréciation que l’âge inflige.
    Le porno mère/fille, ce n’est pas Hayek, c’est Néron. Les catholiques se ferait le plus grand bien à comprendre à quel point le vrai libéralisme nous correspond.

  • colombus , 29 Mar 2013 à 20:27 @ 20 h 27 min

    Quand la sauvagerie prétend à la civilisation, il est temps de nettoyer les écuries !

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France