Les nouveaux barbares

Si le mot barbare est malheureusement d’actualité ce n’est pas pour commémorer la chute de Rome. Non, les nouveaux barbares ne sont ni incultes ni grossiers, ni même violents. Le philosophe Roger-Pol Droit s’interroge, alors que l’actualité rapporte chaque jour les barbaries de l’Etat islamique, dans Les Echos du 3 octobre 2014, sur ce que l’on appelle « barbarie ». Il développe la définition suivante.

« La barbarie consiste avant tout à rompre le lien humain, à faire taire empathie et compassion », il continue « le corps de l’autre n’est plus qu’une chose, un objet, un moyen. C’est là le point décisif ».

La rupture avec l’humanité, le corps objet, sont les caractéristiques de la barbarie. Si cette définition colle parfaitement aux exactions de l’État Islamique -et c’est l’objet de la tribune de Roger-Pol Droit- ou à certains gangs de banlieue, il ne faut en aucun cas réduire la réflexion à cet unique champ. Voici trois barbaries modernes, que l’on appelle respectivement et pudiquement “médecine reproductive”, “libéralisation des mœurs” et “régulation des naissances”. A défaut de changer la réalité, on change les mots… A l’heure où le Népal pense les plaies d’un séisme, ce drame, incontrôlable, révèle la réalité du commerce, volontaire, d’être humain

La médecine reproductive

La PMA (et il ne s’agit pas ici des FIV), comme la GPA rompent le lien humain en cela qu’elles permettent de créer des enfants sans filiation, des « objets », un « moyen » pour satisfaire un besoin certes légitime. Le corps de la mère porteuse devient un moyen de se procurer un bien, et la « mère porteuse » n’aura plus de lien avec le petit d’homme qu’elle aura porté et façonné neuf mois durant. La science, invite l’homme à « ne renoncer à aucun moyen de parvenir à ces fins » ! « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », disait Rabelais…

La libéralisation des mœurs

La sexualité libérée, la prostitution, la déconnexion entre amour et sexualité, entre sexualité et reproduction, conduisent à ce que le corps de l’autre devienne « un objet, un moyen » pour satisfaire son plaisir. Une civilisation qui érige en principe, en valeur, la satisfaction à tout pris, des envies, porte en elle un germe de barbarie. Il ne faut plus s’étonner d’une pédophilie débridée, pourquoi celui qui a une attirance sexuelle pour les enfants doit-il faire œuvre de continence ? La récente actualité, en Isère par exemple, illustre, malheureusement cette analyse.

La régulation des naissances

L’avortement, est une rupture fondamentale du lien humain, le « corps de l’autre » en l’espèce l’embryon, dépend du choix de d’autre de le laisser vivre ou non, et cette rupture sera tellement violente, pour chacun des deux être humains ! C’est une réalité physiologique.

D’un côté donc notre civilisation s’améliore – en prenant les postulats ci-dessus développés – avec par exemple la pénalisation de la prostitution ou le refus de la peine de mort – dans les deux cas il s’agit de mieux respecter le corps de l’autre. De l’autre elle installe et autorise en modifiant notre droit des comportements « barbares », tels la PMA (pour les couples de même sexe), la GPA, l’euthanasie ou l’avortement. Les progressistes socialistes, qui s’autorisent à fabriquer des enfants orphelins, sont à n’en pas douter, des nouveaux « barbares » qui s’ignorent. Ils détiennent à la fois le pouvoir (de légiférer) et l’autorité de décréter ce qui est bon, bien, par le truchement d’associations financées par les deniers publics, à la manière d’une dictature. On l’a encore constaté récemment avec le mariage pour tous, le racisme ou l’IVG.

La barbarie étant par définition humaine, il convient d’être chacun vigilant, au quotidien. La bienveillance, exemplaire, est à n’en pas douter le meilleur rempart à la banalisation d’une barbarie qui s’ignore, par confort et égoïsme.

Autres articles

16 Commentaires

  • Daniel chaudron , 30 Avr 2015 à 8:01 @ 8 h 01 min

    FIV: souvenez-vous, la fivette, “le cornet à fistons”.

  • dudesert , 30 Avr 2015 à 8:29 @ 8 h 29 min

    Pas tout à fait d’accord , la FIV est aussi nuisible que la Pma. C’est toujours une fabrication d’embryons avec eugenisme ( tri des myopathes et autres maladies génétiques), avec destruction des embryons surnuméraires, avec souvent donneur externe au couple donc filiation tronquée , etc….
    le
    la Fiv est la première étape de la reproduction humaine gérée par un système capitaliste -totalitaire qui veut que faire des enfants soit un acte payant comme il a rendu payant l’agriculture ( le paysan doit acheter les graines qu’il sème à une multinationale qui fournit des graines steriles ).
    ainsi l’humain doit sa vie et sa survie à une oligarchie mondiale. L’humain est un matériau et un esclave du grand ordre mondial qui met en place une mega dictature. …

  • Cap2006 , 30 Avr 2015 à 8:41 @ 8 h 41 min

    Voila un texte bien “barbare”, manquant d’empathie et de compassion…

    Merci en tout cas pour ce bond en arrière…

    – vous situez un niveau d’horreur et de barbarie de référence : la théocratie islamiste, avec laquelle vous semblez être d’accord, à minima sur les 3 sujets suivants.
    – ce premier sujet commun, c’est la médecine reproductive, d’ailleurs utilisé à 90% par des couples heteros… Eux sont pour de l’insémination par voie naturelle, c’est certainement plus respectable à vos yeux. D’autant que vous semblez pas vous plaindre de la fuite/absence des pères dans la moitié des familles heteros…
    – le deuxième sujet est la libération des moeurs : c’est sur, les religieux sont exemplaires… et ce n’est que depuis que le PS est au gouvernement que le plaisir de faire l’amour avec sa femme existe… et que l’adultère et la pédophilie/l’inceste existent… Moi, je ne crois pas… et j’ai des souvenirs d’homme d’église avec des comportements très bizarre… pas vous visiblement…
    – enfin le dernier des grand maux de la société serait la régulation des naissance… c’est oublier que l’europe et les musulmans ont largement saignés l’afrique pendant des siècles, en capturant massivement des jeunes hommes… avec la bénédiction de dieux à l’époque… c’est oublier que la planète ne saurait nourrir une population que les bonnes vieilles guerres ou épidémie d’antan régulaient là encore avec la bénédiction de dieux…

    Alors je vous rejoins pleinement sur votre conclusion… soyez bienveillant envers les couples homo qui fondent une famille et aiment leurs enfants aussi bien que la plupard des familles hétéros, et regardez plutot les barbaries hélas présente dans certaines familles son regulation de naissance, pourtant hétéros…
    les frontières de la barbarie, ne sont pas celles que vous tracez.

  • delaye , 30 Avr 2015 à 8:42 @ 8 h 42 min

    L’interdiction de faire ses semences par le paysan, comme cela s’était toujours fait, a été votée entre autres, je crois, par Villepin, actionnaire de l’une de ces multinationales. En ce qui concerne la prostitution, elle est vieille comme le monde et les seuls à devoir être interdits sont les “maquereaux”. Pour la peine de mort, ceux qui l’ont interdite sont devenus les complices de tous les assassins libérés tueurs d’innocents. Si l’un de vos membres a la gangrène, on le coupe!

  • scaletrans , 30 Avr 2015 à 11:23 @ 11 h 23 min

    L’abolition de la peine de mort un progrès ?? En échange, on a institué la peine de mort pour les enfants à naître !! L’inversion des valeurs est bien là et dans bien d’autres contradictions de cette civilisation morbide.
    L’inversion de l’ordre naturel par le truchement de la loi est le péché majeur de cette civilisation et la raison de son châtiment à venir. La seule raison qui peut arrêter momentanément le bras de Dieu est peut-être que tous ces “progrès” ont été imposés par une minorité agissante sur une majorité endormie et/ou manipulée.

  • Trahi , 30 Avr 2015 à 11:40 @ 11 h 40 min

    et aussi la defense de la peine de mort pour les VICTIMES!! Que bien évidemment notre justice oublie, puisqu’ils sont MORTS!!!! Le droit à la vie pour les assassins et le droit à la mort pour les victimes!!!!Quand même quelques exemples ces derniers temps!!!!!!Et c’est pas fini!!!!!!

  • Fucius , 30 Avr 2015 à 17:20 @ 17 h 20 min

    “La libéralisation des mœurs” est un titre faux et contre-productif, imprégné de pensée socialiste.
    En effet ce que vous décrivez, c’est l’irresponsabilité dans les moeurs, et l’irresponsabilité est le contraire du libéralisme
    Vous devriez savoir que la liberté exige la responsabilité : En effet pour être irresponsable il faut pouvoir spolier les autres, il faut des victimes sur qui reporter les conséquences de ses actes.
    Dans l’avortement, le bébé est la victime de l’irresponsabilité de ses parents.
    Le libéralisme n’est pas favorable à l’avortement.
    Si des libéraux partiels le soutiennent néanmoins, ils sont incohérents, et ils sont victime du matraquage socialiste – tout comme vous qui appelez libéral ce qui est le contraire.

    L’irresponsabilité, c’est le socialisme et c’est le contraire du libéralisme.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen