Queer Week à Sciences Po, ou l’endoctrinement de la jeunesse

« Encourager les étudiants à se rapprocher d’une association LGBT de leur établissement pour y trouver un accompagnement », voici l’une des préconisations du premier programme d’action interministérielle du gouvernement Ayrault, le 31 octobre 2012. Les étudiants de Sciences Po Paris ont pu voir une application concrète de l’idéologie « progressiste » de ce type d’associations lors de la Queer Week de mars 2013. Films pornographiques, distribution de sex toys, atelier de travestissement, vente de contes « non sexistes » pour enfants… : cette initiative étudiante est en cohérence parfaite avec la politique de l’école et son programme de recherche et d’enseignement sur le genre (Presage).

La Queer Week, organisée depuis quatre ans à Sciences Po Paris, est destinée à promouvoir la théorie « queer », plus radicale encore que les théories du genre « traditionnelles ». Ces dernières considèrent qu’il est possible de choisir un genre à loisir, sans cohérence avec son sexe biologique. Selon la théorie « queer », c’est le sexe, et non plus seulement le genre, qui est construit socialement. Judith Butler et ses disciples nient toute distinction homme/femme : « Ni le désir sexuel, ni le comportement sexuel, ni l’identité de genre ne sont dépendants des structures anatomiques, des chromosomes ou des hormones. D’où l’arbitraire des rôles sexuels » (I. Lôwy, Cahiers du genre).

Le thème de cette quatrième édition de la Queer Week est l’art « queer ».

En entrant dans le hall, on est frappé d’emblée par des bandes-dessinées faisant la promotion de la transsexualité : par exemple, une femme témoigne de son « bonheur » après avoir fait une opération d’ablation des seins. On remarque aussi un panneau intitulé « L’hétérosexualité n’existe pas », car cette notion renvoie à une altérité que les queers considèrent comme fictive. On nous apprend que ce concept « patriarcal » empêche les individus de vivre pleinement leur humanité. Sur notre gauche, des étudiants organisateurs de la Queer Week tiennent des stands et vendent des contes, entre autres Princesse aime princesse de Lisa Mandel, ou Histoire du petit garçon qui était une petite fille de Didier Herlem. La présence de héros transsexuels ou homosexuels a pour but d’inculquer la théorie « queer » aux enfants dès leur plus jeune âge : ce qui nous rappelle la crèche Bourdarias de Saint-Ouen, certifiée LGBT, ou encore l’histoire de David Reimer. Et dire que la FSU, premier syndicat de l’enseignement, fait pression sur le gouvernement pour qu’il accélère l’intrusion de ces théories dans nos écoles primaires (rapport de mai 2013) ! À côté de ces contes, des « pisse-debout » sont proposés, pénis artificiels permettant aux filles de faire pipi comme les hommes, pour l’égalité.

“Au-delà de ces abominations, ce qui nous a le plus frappés dans les descriptifs des événements de la Queer Week est l’absence du mot « amour » (nous l’avons cherché pourtant !), et la séparation entre sexualité, plaisir et amour.”

Dans l’amphithéâtre principal, ouvert à tous, un film pornographique « féministe » ainsi que des court-métrages « queers » sont projetés et commentés par des experts pour la journée cinéma. Sur le tract distribué aux étudiants, une citation de l’actrice pornographique féministe Annie Sprinkle : « La réponse au mauvais porno, ce n’est pas la fin du porno, mais plus de porno ». Vingt étudiantes volontaires ont pu également imiter la virilité masculine dans un atelier « Drag King ». « Trois B », autrement dit trois étapes pour se métamorphoser : « Bite », c’est-à-dire greffage d’un pénis en coton, « Bounding », pour aplatir la poitrine, et « Beard », pour augmenter sa pilosité. Ensuite, l’éducatrice sexuelle Louis(e) de Ville a appris aux étudiantes transformées physiquement à adopter les codes sociaux considérés comme masculins. Les clichés sur les hommes, caricaturés et animalisés, se sont multipliés. Quelques conférences, données par des spécialistes « queer », ont également ponctué la semaine. Nous avons par exemple pu assister à une conférence de critique littéraire « lesbienne, féministe et post-coloniale ». Pour clore la semaine, une soirée est organisée dans la discothèque gay et lesbienne « Le Tango », avec, parmi d’autres festivités, strip-tease, spectacle de travestis et distribution de sex toys.

Au-delà de ces abominations, ce qui nous a le plus frappés dans les descriptifs des événements de la Queer Week est l’absence du mot « amour » (nous l’avons cherché pourtant !), et la séparation entre sexualité, plaisir et amour.

Devant cette peur de l’altérité et ce mensonge organisé, proposons un vrai progrès pour la société : épanouissons-nous à partir d’une complémentarité homme/femme faisant des différences une richesse. ONLRJJJ !

Astrid et Nicolas, étudiants à Sciences Po Paris

> la page Facebook de la Queer Week Sciences Po

Autres articles

25 Commentaires

  • pas dupe , 29 Mai 2013 à 10:46 @ 10 h 46 min

    Attention, candidat soutenu par Beigbeder qui est un mondialiste ! Qui a approuvé la destruction de l’exception française !
    Voulait désindexer les retraites !
    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/charles-beigbeder-veut-desindexer-106547

    “Législatives : Au volant de sa voiture, Corbière rappelle que le combat fut âpre, en passant place Daumesnil, où ses affiches ont toutes été taguées de rouge: “A la fin, c’était quasi physique.” En cause, les militants du dissident de droite, un proche de Christine Boutin, Franck Margain. “Même Charles Beigbeder (UMP) trouvait qu’il avait de gros moyens pour faire sa campagne” s’étonne le représentant du Front de gauche. Bombe rouge pour le candidat du Front de gauche, et petits autocollants en forme de parachute pour le candidat de l’UMP: ce monsieur Margain distribue ses coups avec équité. ”
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/legislatives-a-paris-apres-midi-pluvieuse-pour-un-proche-de-melenchon_1124991.html

    La Manif pour Tous a montré qu’elle est en composée de personnes en colère mais elle peut encore être bernée par des candidats qui se présentent pour défendre un droit et ensuite voter pour son contraire ! Ils ne signent rien. Ils attendent votre vote !

    L’UMP n’a pas été capable de rassembler sur cette cause ! Au contraire, nous avons eu le grand cinéma pour l’élection d’un Pdt à la tête du parti, au moment même de la consultation à l’AN sur le projet de loi Taubira ! Les députés UMP de la commission n’étaient même pas présents ! Par devant ils donnent le change mais en réalité, pour cette réforme là, ils ne votent non pas à l’unisson, ce que fit bien sûr le PS, mais ont même eu leurs doigts qui ne suivaient pas leur volonté !!! prétendue !

    Résultat, cherché, la loi Taubira est votée grâce à eux !
    L’ONU sous l’impulsion du richissime Soro veut imposer la sexualité pour les mineurs ! Toutes les drogues ! ….
    Belle dérive d’une civilisation !

    Alors, je pense que ceux qui se sentent concernés doivent bien réfléchir !
    Voir ci-après !

  • vu de sirius , 29 Mai 2013 à 11:38 @ 11 h 38 min

    Attendez, ce n’est pas vrai! rassurez moi, cet événement est fictif et les détails sont inventés ?
    je sais bien wue le sciences po de Descoings est trés politiquement correct, mais là on atteint une autre dimension, çà vire au paranormal….

  • alain , 29 Mai 2013 à 12:20 @ 12 h 20 min

    moi je trouve ce truc LGBT à Sciences Po vraiment très bien.

    Etudiants, professeurs, parents, opinion publique ne peuvent pas faire comme s’il ne se passait rien, mettre cela sous le tapis.

    On est dans un totalitarisme rampant. On est obligé de choisir.

    En effet les LGBT et leurs soutiens ne veulent pas mener une vie “normale” ils veulent que chacun d’entre nous approuve la “ligne ” du parti, bruyamment et avec enthousiasme.

    Qui plus est le pékin moyen qui souhaiterait simplement qu’on lui foute la paix et qui n’a pas un avis vraiement tranché sur la question va être obligé de prendre position.

    Cela va générer un paquet d’opposants qui précédemment ne demandait rien à personne
    et un autre paquet de gens qui vont dire oui alors qu’ils pensent non.

    On se rapproche de l’Union Soviétique même caues même effet.

  • Audrey , 29 Mai 2013 à 13:28 @ 13 h 28 min

    J’ai de plus en plus de mal à croire que cela puisse être possible. Je ne reconnais plus ma société et pourtant je suis jeune et si Dieu me prête vie j’ai encore du temps à passer ici-bas ! Mais Je me demande comment vivre au milieu du monde sans en être. Comment concilier sa vie de Foi et son unité de vie tout en restant dans le monde, en ne s’enfermant pas dans une communauté catholique ? Si quelqu’un a la réponse je suis intéressée.
    Lisez Jean 17 et Jean 18 : Dieu nous avait prévenu…

  • vu de sirius , 29 Mai 2013 à 13:29 @ 13 h 29 min

    Le pire c’est que ce happening n’a pas lieu dans je ne sais quel bouge mais dans le saint des saints, l’institut créé par André Siegfried qui doit se retourner dans sa tombe, et que ses organisateurs font partie de nos futures élites qui sans doute enverront dans le futur les flics tabasser ceux qui contesteront la théorie “queer” qui sera devenue la doctrine officielle de la République française…çà fait froid dans le dos!

  • monhugo , 29 Mai 2013 à 13:42 @ 13 h 42 min

    On est partagé entre le fou-rire (devant tant de ridicule) et le dégoût (quand on réalise que c’est de doxa bientôt imposée à tous, dès le plus jeune âge, devenant le catéchisme du “Progrès”, qu’il s’agit !).

  • monhugo , 29 Mai 2013 à 13:54 @ 13 h 54 min

    “Queer Week” qui a donc eu lieu entre les 11 et 14 mars derniers, après l’adoption en 1ère lecture à l’AN de l’horreur taupiresque le 12/02/13, et la fin de la mascarade parlementaire le 23/04/13. Ou comment éviter les temps morts en propagande. Il faut remarquer que cette intéressante manifestation est annuelle, depuis 2010 – mise en place sous le sinistre Descoings (mort d’une “crise cardiaque” en 2012).

Les commentaires sont fermés.