Les Bleus au kärcher

Tribune libre de Robert Ménard*

Ras-le-bol des faux-culs. Ras-le-bol de ces journalistes, de ces « spécialistes » qui font semblant de découvrir que les Bleus n’ont pas changé, qu’ils sont, pour certains, de sales gosses, de petites frappes à qui on a envie de mettre une paire de gifles. Ras-le-bol de ces responsables du foot qui semblent découvrir que la « charte de bonne conduite » de 2010 n’était qu’une feuille de papier, que Samir Nasri n’est pas « inélégant » mais seulement un grossier personnage. Non, les « vieux démons » n’ont pas refait surface, ils ont toujours été là. Il fallait jeter tout ce monde par dessus bord aux lendemains du Mondial. Et faute de l’avoir fait, il faudrait aujourd’hui, comme le dit fort justement Mourad Boudjellal, le président du club de rugby de Toulon, finaliste du Top 14, « kärchériser cette équipe de France ». Et ne pas se contenter d’en sanctionner trois ou quatre comme s’apprêteraient à le faire les dirigeants du foot français.

C’est qu’on a l’impression de se répéter, de revoir la même scène depuis l’épisode de Knysna en Afrique du Sud. Y compris sur l’affaire des primes. 100 000 euros par tête de pipe quand, sur quatre matchs, on en a gagné un seul, oui, il y a de quoi crier au scandale. Ces jeunes gens ont parfois un pois chiche à la place du cerveau mais ils savent compter : c’est eux-mêmes qui avaient négocié ce « petit » pactole – pour le commun des mortels s’entend – dans le cas où ils parviendraient au quart de finale de cet Euro 2012…

Aussi, je propose à Valérie Fourneyron, notre nouvelle ministre des Sports, une idée toute simple. Que ces « petits caïds de banlieue », comme les avait nommés Roselyne Bachelot avec à propos, gagnent autant qu’ils peuvent dans leurs clubs respectifs, je vois mal au nom de quoi ou de qui on pourrait y trouver à redire. Mais en équipe de France, les règles pourraient être différentes. On y représente la France, on porte son maillot. Nous n’avons aucune raison de supporter leur grossièreté, leur arrogance et, en prime, leur voracité financière.

J’ai entendu des socialistes répondre à ceux qui craignaient qu’en encadrant les salaires des patrons des entreprises publiques, on voit ces très chers P-DG fuir à l’étranger, je les ai entendus répliquer qu’on trouverait toujours des gens tout aussi capables pour prendre la relève. Je suis sûr qu’on pourrait faire le même pari avec les Bleus. D’ailleurs, quand on voit leur indigence sur le terrain, on ne prendrait guère de risques…

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il anime trois rendez-vous quotidiens du lundi au vendredi, à 7h33 et à 8h03 sur Sud Radio et à 17h45 sur I-télé.

> Son blog : robertmenard.fr

Autres articles

1 Commentaire

  • Philippe Place , 30 Juin 2012 à 9:41 @ 9 h 41 min

    l’équipe de France de foot est composée en majorité de joueurs-voleurs financés en partie par les contribuables qu’ils méprisent . Non seulement leur conduite y compris sur les terrains est indigne mais elle prêche le mauvais exemple pour la jeunesse avec la complicité des dirigeants de cette fédéraration et de tous les soit-disant spécialistes de ce sport . Nous avons connu des grands Seigneurs dans ce sport et qui étaient des exemples de Civisme qui osaient et se faisaient un DEVOIR de chanter la MARSEILLAISE alors que cette équipe pue la honte et la merde avec l’argent de ceux qui les accueillent . DEHORS ET A COUP DE PIED DANS LE CUL ! L’équipe de Montpellier et son président Louis NICOLLIN n’auraient pas fait honte à la FRANCE ni aux Millions de téléspectateurs du Monde Entier et ses joueurs auraient respecté le maillot et les couleurs françaises alors que cette équipe nationale de joueurs-voleurs est à l’image de la France Actuelle .

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France