Retraites : le bal des lâches

Réforme des retraites ! Serpent de mer de la vie politique française, ce débat donne l’occasion d’assister à nouveau à une splendide démonstration de lâcheté. Hollande faisait son matamore il y a quelques mois encore. Vous allez voir ce que vous allez voir. Avec les socialistes, fini les réformettes de droite qui s’enchaînent depuis 20 ans. Nous allons prendre le problème à bras le corps et le résoudre une bonne fois pour toute !

Évidemment, personne n’y croyait vraiment, tellement la gauche est championne toute catégorie en matière de couardise organisée. Mais de là à imaginer que la réforme des retraites « made in PS » allait se résumer à un simple relèvement des cotisations sociales, il y a un pas que je n’osais franchir. Désormais, c’est chose faite. Et le bal des lâches s’en donne à cœur joie.

Outre Hollande, Ayrault et ce qui lui sert d’équipe gouvernementale, ces tristes sires se voient secondés par le groupe granguignolesque des responsables syndicaux. Les Mailly, Lepaon, Berger et autres Don Quichotte font assaut de déclarations pour expliquer leur refus de toucher à l’âge légal, d’augmenter la durée de cotisation ou de réviser certains modes de calcul des pensions. Traduisez : il revient aux jeunes actifs – très peu syndiqués (les salauds !) et surtout appartenant aux générations postérieures – de payer pour leurs ainés. Cela tombe bien : nous, les responsables politiques et syndicaux, en profiterons aussi vu notre âge – via une hausse des charges sociales et une nouvelle baisse du pouvoir d’achat des jeunes actifs ! Vous savez, cette génération déjà assommée par une fiscalité confiscatoire, sclérosée par un chômage de masse, écrasée par des prix de l’immobilier exorbitants et achevée par une dette nationale galopante (allègrement contractée sur leur dos par la gabegie de leurs parents). Cette génération qui bénéficiera dans vingt, trente ou quarante ans d’une retraite de misère, le système par répartition étant à bout de souffle et la constitution d’une épargne personnelle impossible compte tenu des conditions de vie actuelles.

Cette bande d’incompétents peut toujours réaliser de multiples contorsions pour sauver ce navire qui coule, mais un système de retraite par répartition reste avant tout lié au nombre d’actifs par retraité. Et ce ratio est en constante baisse depuis 30 ans. Par conséquent, soit la France fait plus d’enfants (ou en supprime moins dans le sein de leur mère…), soit elle change les règles du jeu, soit le système explose ! À ce niveau, une vraie réforme eut consisté en l’instauration d’un système unique à points, glanés au gré de sa carrière professionnelle, dans lequel chaque Français prenne sa retraite quand il le souhaite, recevant une pension proportionnelle au nombre de points accumulés. Des mesures favorables au développement parallèle d’un système par capitalisation auraient permis de consolider l’ensemble. Mais suis-je bête, il faut un cerveau et des couilles pour moderniser un pays. Et ce n’est sûrement pas la gérontocratie au pouvoir en France qui va prendre de telles initiatives !

“Ce qui me donne envie de gerber, c’est de constater combien tous ces gauchistes nous saoulent à longueur de journée avec leur principe d’égalité mais que, par le plus grand des hasards, concernant la retraite, celui-ci n’est plus du tout une priorité nationale !”

J’oubliais. L’autre mesure que ces lâches ont su prendre consiste à réduire le bonus dont bénéficiaient les parents de familles nombreuses. Tous ces pauvres naïfs qui défilaient il y a quelques mois encore en culotte courte et ballons roses à la main persuadés d’avoir fait trembler la gauche. Nouvelle punition après le rabotage du quotient familial ! Ca va protester sec lors des prochains déjeuners chez grand-papa…

Surtout, ce qui me donne envie de gerber (mais je crois que cette clique de dégénérés roses-rouges-verts n’en vaut même pas la peine), c’est de constater combien tous ces gauchistes nous saoulent à longueur de journée avec leur principe d’égalité mais que, par le plus grand des hasards, concernant la retraite, celui-ci n’est plus du tout une priorité nationale !

Car, s’il y a bien une inégalité criante dans ce pays, c’est l’existence d’une pluralité de systèmes de retraites qui avantagent certains au détriment des autres. Selon que vous appartenez à la noblesse syndicale – les régimes spéciaux et ceux de la fonction publique – ou au tiers état travailleur – le privé, les artisans ou les professions libérales notamment – vous bénéficiez de conditions de départ à la retraite bien différentes. Il est vrai que les métiers de cheminot, de postier, de professeur ou de parlementaire sont bien plus harassants que ceux d’ouvrier du BTP ou de caissier ! Il est donc légitime de leur concéder des règles de nanti en matière de retraite… Tant pis si le reste des Français payent à leur place. Ils n’ont qu’à mieux s’acoquiner avec des syndicats véreux, grassement subventionnés par l’État et dopés aux dogmes économiques dépassés et mortifères en termes de croissance et d’emploi.

Ce pays va à vau-l’eau, gangrené depuis trop longtemps par des élites pusillanimes et séniles, n’oubliant jamais de servir leurs propres intérêts (les régimes de retraite honteusement avantageux de ceux qui peuplent les deux chambres d’enregistrement parlementaires sont là pour nous le rappeler). Reste une solution à laquelle je commence doucement à adhérer : supprimer physiquement ces hordes de vieux croutons… Vive l’euthanasie ?

Autres articles

16 Commentaires

  • Robert BERTRAND-RIGHI , 30 Août 2013 à 6:41 @ 6 h 41 min

    @ XZ
    Je prie plutot pour que Dieu lui envoit un eclair sur la tete lors d’un orage. Temps et energie gagnes.

  • Soriano , 30 Août 2013 à 7:44 @ 7 h 44 min

    La photo de une reflète un homme d’une grande intelligence, c’est fou. Cette photo à l’étranger doit faire croire aux pays voisins que nous sommes des débiles, c’est nous qui avons élu ce phénomène.

  • Aristote , 30 Août 2013 à 8:06 @ 8 h 06 min

    Tout cela est bien dans la manière de Hollande : des petites habiletés de président de conseil général ou de parti , au détriment de tout bien commun véritable .
    Il faut avouer que la droite elle-même n’ a pas été très courageuse sur ce dossier .

  • Bernard , 30 Août 2013 à 9:05 @ 9 h 05 min

    ROBERT vous déclarez, avec raison :
    “Mais les « patrons » francais sont de vrais CONNARDS, toujours a abuser de leurs enployes et les pressurer comme des citrons, pour masquer leurs insufisances a EUX.”
    Depuis 41 ans, ils commencèrent à fermer leurs sociétés en France, pour les expatrier alors vers l’Espagne ( je l’ai subi ! ), puis de plus en plus loin ( Tunisie….Chine…. )
    Il firent venir la M/Oeuvre étrangère pour payer moins cher la ” française “, et TOUT cela avec la bénédiction de nos élus de l’époque , droite comme gauche
    A présent ils sont élus, ce PS, par des ” français ” de tout l’étranger…
    VOILA CE QU ILS ONT FAIT DE NOTRE FRANCE…..le pire est à venir ! En 41 ans, NOUS, souchiens, n’avons rien dit, subissant cela par ” charité ” pour tous ces gens, créant des “Associations de défense de pauvres étrangers !”
    Trouvez vous un ” association de défense des souchiens ” ?? PAUVRE FRANCE
    Alors s’exprimer à présent…..est ce vraiment utile et nécessaire ! NON, rest que l’ACTION
    *** comment peuvent ils comprendre, ILS ont tant vu la FN maltraité par ces UMPS !!!

  • minouche , 30 Août 2013 à 15:54 @ 15 h 54 min

    Cessez de penser que tous les fonctionnaires ont une retraite mirobolante, la majorité gagne à peine plus que le SMIC (c’est pour cela qu’on le méprise)… alors à la retraite…Par ailleurs je rappelle qu’un fonctionnaire travaille toute sa vie, sans période de chômage (c’est pour cela qu’on l’envie) donc qu’il cotise sans interruption. Aligner sur les 25 MEILLEURES ( en non dernières) années comme dans le privé n’aurait pas vraiment de sens. Un salarié du privé qui, aura une carrière fluctuante avec des périodes sans travail et des périodes plus et moins bien payées verra les périodes les mieux rémunérées compter dans son calcul de pension, même si elles sont lointaines. Il ne faut pas oublier non plus qu’il aura bénéficié de la solidarité nationale, dont celle des fonctionnaires pendant les périodes de vaches maigres! Ne pas oublier non plus que les fonctionnaires ne sont épargnés ni par l’impôt ni par les cotisations retraites, CSG….

  • Robert BERTRAND-RIGHI , 31 Août 2013 à 6:53 @ 6 h 53 min

    OK Bernard

  • Robert BERTRAND-RIGHI , 31 Août 2013 à 7:11 @ 7 h 11 min

    Au dela du montant des retraites, je vois que l’Allemagne 90 millions d’habitants, reputee pour sa paperasse elle aussi, n’utilise que la MOITIE du nombre de fonctionnaires francais , qu’est ce que vous dites de ca ?

    Ne pas confondre “avoir un emploi ” et produire un travail efficace.

    En Allemagne vous achetez une voiture d’occasion.
    Vous vous presentez au “centre d’enregistrement “. TROIS heures plus tard vous avez tout pour partir en voyage. Examen METICULEUX technique, recherche de fraude, examen de l’HISTORIQUE du vehicule au moindre changement de boulon par le TUV, cartes mineralogiques posees, mise a jour du carnet du vehicule ( qui contrairement a la carte grise, porte toute l’histoire du vehicule ), taxe routiere annuelle, ET assurance. TOUT en 3 heures montre en main. Aucune bousculade. Tout est fleche, organise…

    Je n’ai pas de sympathie particuliere pour les Allemands. Il serait toutefois IMPOSSIBLE que les Francais rivalisent avec eux en EFFICACITE et donc corollairement en RESULTATS.
    Ceci n’a rien a voir avec les gouvernements en place ou passes.
    C’est a chacun de faire son effort personnel, employeurs et employes.
    Primo VIRER ces syndicats POURRIS.
    La raison d’etre des syndicats allemands est de trouver une ENTENTE LEGALE entre employeurs et employes, au benefice du PAYS.
    Pas d’accord ? Personne ne sort, personne ne dort…C’est parvenir a un accord ou …mourir…

    Ce n’est pas “la lutte des classes ” des CONNARDS francais…

Les commentaires sont fermés.