Election présidentielle : non à l’anonymat des patronages

par Alain Bournazel*

Dans les pays comme la France où le Président de la République est élu au suffrage universel, se pose avec acuité le problème de la sélection des candidats. Les différentes sensibilités politiques doivent pouvoir s’exprimer sans que la surabondance des postulants aux suffrages des citoyens conduise à bloquer la machine à travers une caricature de la démocratie.

En France, selon la Constitution, les candidats à l’élection présidentielle sont parrainés par les élus du suffrage universel, direct ou indirect : députés nationaux et européens, sénateurs, conseillers régionaux et généraux et surtout les maires qui constituent, et de loin, l’essentiel des parrains potentiels.

Le choix des élus n’est restreint par aucune contrainte. D’une manière générale, il procède de deux paramètres : l’affinité politique mais aussi la respectabilité du candidat au regard des principes fondamentaux des Droits de l’homme ou du respect de la démocratie.

Dans l’ensemble, le système de sélection a plutôt bien fonctionné. Il a permis lors des différentes consultations, l’expression d’une large diversité de choix politiques, ce dont on peut se féliciter. Evidemment, aucun système n’est parfait et il est légitime de chercher à le modifier ou à le faire évoluer. En revanche, supprimer l’anonymat des patronages serait une décision hautement contestable. Patronner une candidature est un acte public et dans une démocratie digne de ce nom, les actes publics doivent être publiés. Revenir sur ce principe faciliterait des pratiques douteuses que certaines formations politiques, que certains hommes politiques peu scrupuleux – il y en a – pourraient être tentés de mettre en œuvre et notamment l’achat de parrainages.

Bref il n’y a pas de démocratie sans transparence. Altérer la transparence, c’est altérer la démocratie.

*Alain Bournazel est historien.

Autres articles

2 Commentaires

  • dissident39 , 30 Nov 2011 à 19:45 @ 19 h 45 min

    arguments absurdes, c est au nom de emems principes douteux queles coupeursdetetes de 1793 legitimaient eux aussi le vote public

  • Gédéon , 30 Nov 2011 à 20:31 @ 20 h 31 min

    Exercer des pressions pour obtenir des maires qu’ils refusent les parrainages à un candidat dont les sondages donnent 18 % d’intentions de vote est un e manoeuvre malhonnète, antidémocratique, relevant du fascisme intellectuel. Accorder les parrainages pour des candidats qui vont faire 5 % ou moins relève de la farce.
    Le droit de vote dans ce cas relève de la plaisanterie, et ne mérite même pas que l’on se déplace.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen