Déficit public : une baisse en trompe-l’œil, décrypte Nicolas Doze

Dans “Good Morning Business” sur BFM Business ce vendredi 27 mars 2015, Nicolas Doze ne tombe pas dans le panneau de la “divine surprise” d’un déficit pour l’année 2014 paraît-il moins élevé que prévu : “Le déficit est à 4% fin 2014, OK. Il n’est pas mieux que prévu : on a démarré 2014 avec une prévision de 3,6. En avril, on est monté à 3,8. En septembre, on est monté à 4,4. Le déficit est mieux que le pire chiffre du mois de septembre. (…) Le quotidien L’Opinion a très bien titré : ‘C’est mieux que si c’était pire’…”

Autres articles

9 Commentaires

  • titus8856 , 31 Mar 2015 à 12:03 @ 12 h 03 min

    40 ans que j’observe nos politiciens et leurs dérives . Je décerne sans le moindre doute à Michel Sapin le titre de plus grand enfumeur de toute la classe politique pour l’ensemble de son oeuvre .Il ne nous avait pas déçu quand il annonçait les chiffres du chomage en tant que ministre du travail,avec la situation désastreuse de notre économie dans laquelle Hollande nous a plongé ,Michel Sapin aura encore longtemps l’occasion de nous abreuver de ses commentaires optimistes au détriment de la réalité .

  • borphi , 31 Mar 2015 à 13:04 @ 13 h 04 min

    Le problème c’est que nos élus , à l’instar de mauvais commerçants , ont confondu le chiffre d’affaire avec le bénéfice:
    Ils ont indexé un déficit autorisé de 3% sur le produit intérieur brut de la France , alors qu’en bons gestionnaires ils auraient dû l’indexer sur le produit fiscal brut de la France.
    Ce qui , de facto, l’état Français a dépensé toute sa recette fiscale au 31 Aout et doit emprunter pour le restant de l’année afin de pouvoir régler ses dépenses restantes.
    Voilà en quoi consiste autoriser un déficit de 3% du PIB.

Les commentaires sont fermés.