La violence contre les violeurs

Comme annoncé, j’ai donc participé, anonymement avec des milliers d’autres, à la manifestation du 26 avec Civitas. Cette précision n’a d’intérêt que pour situer d’où provient la réflexion : de quelle violence s’agit-il ? Et pourquoi ?

Certes les journalistes à la botte (à tous les sens du terme) passent leur fiel en boucles sur les « violences d’extrême droite ».

Des violences ? Oui, mais pourquoi ?

1/ Ne soyons pas naïfs : il a dû exister des provocations policières ou stipendiées pour mettre le feu aux poudres, et peut-être des excitations particulières en réponse, bien compréhensibles et même dans le cadre de la légitime défense.

2/ Mais la vraie, la pire violence est ailleurs. Elle provient des violeurs de la liberté que sont Hollande et sa clique, dans leur mélange difficilement chiffrable de haine, de bêtise et de trouille : trois ingrédients d’une dictature qui n’a même pas une once de moralité apparente pour créer un minimum d’acceptation.

3/ Les cris de survie, les « Jamais… jamais… » de cet homme matraqué, humilié par les bandes noires de Hollande résonnent encore dans nos oreilles. J’avais annoncé des actes mortels, semblables aux suicides dus au harcèlement moral dans les entreprises. Le coup de feu de Dominique Venner en a été l’écho tragique. Ce témoignage en forme de violence vers soi est celui des hommes les plus dignes et les plus impliqués, de ceux qui veulent montrer l’image de l’avenir menaçant.

“Oui, ce qui déborde devant l’indignité de Hollande et de son lobby homosexuel, c’est le peuple de France dans toutes ses composantes, chacune avec sa personnalité.”

Les peuples n’ont pas cette option, et heureusement ! Les peuples menacés, les peuples indignés, les peuples bafoués montent à l’assaut. Ils montent à l’assaut par leurs armées, en tempêtes organisées, ou par leurs jeunes forces excédées, en vagues désordonnées.

La vraie violence est celle des violeurs de la liberté. Les patrons voyous de la Maison France, eux seuls, sont responsables et coupables de ces désordres de l’âme portés par les convulsions des corps.

4/ Oui, la coupe est pleine. Elle déborde. Chacun le sent. Depuis les braves familles payant de leur temps, de leur énergie et de leur argent les centaines de kilomètres, aux veilleurs de toutes places, eux aussi menacés, mis en garde à vue.

Alors, faut-il au nom de quelque principe, désavouer ces débordements ? Ma réponse est non, justement parce que ce sont de vrais débordements d’âmes fortes et de réactions de survie.  Ne confondons pas le mot employé comme cache-misère accusatoire par les journalistes à la botte et la réalité de ce fleuve de liberté grondant et déferlant, débordant, parce que trop ignominieusement bafoué.

Oui, ce qui déborde devant l’indignité de Hollande et de son lobby homosexuel, c’est le peuple de France dans toutes ses composantes, chacune avec sa personnalité. Cela seul compte. Reste à trouver un chef pour le guider… mais c’est une autre histoire.

Articles liés

29Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • micheloni , 30 mai 2013 @ 19 h 25 min

    j’aime

  • eugénie lechipre , 30 mai 2013 @ 19 h 58 min

    moi j’aime beaucoup – et en + ce mouvement déborde le pays et même l’Europe. C’est un sacré espoir, ça !!!

  • Charles , 30 mai 2013 @ 20 h 08 min

    Excellent texte.

    Il faut simplement prendre patience jusqu’aux élections de Mars 2014.
    Entre temps,il faut continuer a etre présent légalement sur la place poublique de Fronce.
    Chaque coup de matraque déclenche un nouveau résistant,
    conforté par ses proches qui eux aussi vont rejoindre la resistance
    a la dictature Gloubale des nouveaux kollabos de l’axe Europetiste Berlin/Bruxelles.

    Ne parlons pas du lobby “homosexuel” mais plutot du hobby “Polysexuel”.
    Sortons de notre naiveté,les zelites poulitikes athées de fronce
    se cooptent sur a minima,leur bisexualité masquée.

    In fine,ils sont tous philo-pédophiles,soit passifs soit actifs.

    Au centre ,le noyau dur de dur invisible et ultra secret est constitué
    de pervers sexuels qui relèguent notre bon DSK au rang d’enfant de choeur.

  • Paul Makamea , 30 mai 2013 @ 20 h 08 min

    Intéressant. Désavouer ou pas ? Je ne sais pas. Mais bien d’accord sur la responsabilité première de la classe politique.

    Par contre, il faut arrêter avec cette histoire de Chef !
    L’attente maladive de l’homme providentiel est bien souvent le lit de toute les dérives autoritaires ou confiscatoire de libertés, alors même qu’à l’évidence personne dans notre pays n’est à cette heure dans la position légitime d’assumer ce rôle. Celui qui se présenterait à court terme serait à coup sûr un produit marketing taillé sur mesure ou un simple opportuniste.

    Des chefs crédibles émergeront du mouvement lui-même. L’important c’est de conserver coûte que coûte un espace ou nos idées et les têtes de files qui émergeront pourront se parler et se coordonner, en évitant si possible de se tirer dans les pattes. Les qualités du ou des coordonnateurs ne sont pas les même que celles des meneurs.

    Il existe donc un espace de temps et de compétences où la force sera dans l’union et l’accueil (voire le filtre) intelligent des initiatives individuelles et locales, avant que des personnalités ne soient en mesure d’en effectuer une synthèse originale et de prendre le relais à un niveau national pour transformer tout ça en action politique concrète.

  • Charles , 30 mai 2013 @ 20 h 12 min

    Il n’y a pas d’orchestre sans chef d’orchestre.
    Il est vrai qu’il n’y a personne.
    Cela viendra en temps utile.

    Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre
    ni de réussir pour perséverer.

  • Pierre-François Ghisoni , 30 mai 2013 @ 20 h 24 min

    Vous le dites vous-même : “Des chefs crédibles émergeront du mouvement lui-même.”
    Donc, il ne faut pas négliger cette idée, ni arrêter avec elle. C’est bien pour cela que j’ai parlé d’une “autre histoire”, et ce n’est pas une figure de style, mais bien une sortie par le haut à rechercher.
    Une autre histoire obligera à poser d’autres questions. En voici une : “Allez-vous chercher votre député pour faire réparer votre voiture ?” Moi, non ! Car il est rare que des mécanos soient députés, et s’ils l’étaient, feraient-ils encore de la mécanique.
    Alors, ma question reposée pour une autre histoire devient : “Avons-nous vraiment besoin de députés dans leur forme, leurs fonctions actuelles ?” et là ma réponse est tout aussi clairement : non ! Avons-nous besoin d’experts indépendants ? Ma réponse est : oui ! Ensuite se posera la question du contrôle. Un chef ?

  • Gigi , 30 mai 2013 @ 20 h 50 min

    Tout est dit et bien dit ….. merci Mr Ghisoni . Beaucoup de Français j’espère approuveront votre texte, car il reflète bien , à mon avis , la désespérance de toutes ces personnes qui ne sont pas entendues , je dirais même qui sont méprisées par ce gouvernement . Ayant vu des reportages sur internet je trouve admirable que des familles entières ont fait le déplacement et ont défilé d’une manière bon enfant et pacifique . Alors pourquoi toutes ces arrestations ? pourquoi cette brutalité ? c’est indigne de la part du gouvernement .

Les commentaires sont clôturés.