Liberté, Égalité, Gender

Les êtres humains naissent peut-être libres et égaux, mais ça ne dure pas longtemps : les hommes au bureau, les femmes à la cuisine, et les homosexuels « au placard » ; quant aux enfants, c’est dans une prison culturelle que débute leur vie. Alors, où est la liberté, où est l’égalité ? On a cru un temps qu’en envoyant les femmes au bureau, les homosexuels sur le petit écran, et les enfants à l’école, chacun pourrait se libérer de ses déterminismes. Mais on ne guérit pas si facilement d’être né. Comme de la maladie, nous sommes les esclaves des déterminismes que la nature et la société nous ont arbitrairement imposés. Quelle injustice ! À quoi bon être humain, doué de raison et d’imagination, si c’est pour demeurer dans cet état de servitude ? La quête de la liberté et de l’égalité est comme l’imagination, sans limites. La liberté et l’égalité ne peuvent progresser dans nos existences qu’en détruisant les déterminismes, les identités, pour laisser apparaître, progressivement, l’être humain dans sa pure nature. Atteindre l’homme dans son essence en le dégageant des contingences : c’est à cette utopie de perfection angélique que participe la théorie du genre.

Pour accéder à cet état de perfection, l’homme doit devenir parfaitement autonome, c’est-à-dire libre, et il ne peut le demeurer que si tous sont égaux. Il s’agit donc non seulement de se libérer (en détruisant), mais aussi de maintenir ensuite cette liberté en établissant, en construisant un état artificiel d’égalité complète. On le voit, la théorie du genre est issue des idéaux de liberté et d’égalité. Elle est en cela profondément républicaine. Elle ne vise pas seulement une égalité formelle, mais une égalité réelle, par-delà les données de la culture et de la nature. Ce progrès libératoire est poursuivi dans tout ce qui différencie les êtres humains entre eux. Le sexe n’en est qu’un aspect.

Le droit, comme outil de représentation et de transformation sociale, est devenu un instrument de ce « progrès » à mesure que son idéal de justice s’est confondu avec celui d’égalité, à mesure que l’égalité a succédé à l’équité comme finalité du droit. Depuis lors, le droit se reconstruit vers cette finalité autour du concept de « non-discrimination », concept qui absorbe des pans entiers de la logique juridique. Alors que l’équité est statique et en prise avec le réel (donner ou rendre à chacun son dû), l’égalité, comme toute finalité idéale, introduit le droit dans une dynamique sociale, en perpétuelle recherche d’inégalités à corriger, de déterminismes à surmonter.

La lutte contre les inégalités est au cœur des droits de l’homme. En 1950, lorsque la Convention européenne des droits de l’homme a été adoptée, la discrimination selon le sexe était interdite : il s’agissait d’assurer l’égalité des sexes, et plus concrètement, la libération de la femme face à l’homme. Puis, a été introduite progressivement l’interdiction des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle : il s’agissait d’assurer l’égalité entre homosexuels et hétérosexuels, et plus concrètement, d’assurer la libération de la sexualité face à la nature. Aujourd’hui, la « déconstruction des stéréotypes de genre » et l’interdiction des discriminations fondées sur l’identité de genre s’impose. Elle vise à assurer une libération globale – face à la nature et à la culture – de la personne dans son identité sexuelle. L’identité de genre : c’est l’imagination au pouvoir, la liberté rêvée qui devient réalité.

La notion d’identité de genre est une ré-objectivisation du sexe, après sa subjectivisation par l’orientation sexuelle : c’est une tentative de reconstruction de la réalité, mais d’une réalité fondée sur la liberté qui re-détermine et s’impose non seulement à la nature mais aussi aux perceptions et usages sociaux. Le gender veut libérer l’être humain, non seulement d’être né homme ou femme, mais aussi d’être né au sein d’une culture particulière qui impose des stéréotypes, des conformismes sociaux et des conceptions jugées étroites et relatives de l’être, de la parentalité, de la reproduction.

La société préfère la liberté à son objet : ce qu’elle aime dans la liberté d’opinion, ce n’est pas d’avoir des idées, mais de pouvoir en changer. En matière sexuelle, il en est de même : la vraie liberté, c’est de pouvoir changer.

La quête de liberté est une quête d’infini ; le transsexualisme est le symptôme le plus aigu d’une maladie très répandue, dont le syndrome est de se sentir prisonnier de sa propre existence corporelle et sociale. Finalement, le « genre » en est l’un des remèdes imaginaires : il consiste à faire passer l’état maladif pour la santé.

Chronique publiée originalement dans La Nef en octobre 2011.

Autres articles

38 Commentaires

  • Tonio , 31 Mai 2013 à 19:57 @ 19 h 57 min

    A chacun sa névrose diraient les psys pro-mariage-gay (.. peut-être les autres) : névrose pour névrose, je préfère être un névrosé hétérosexuel!

  • Minouw , 31 Mai 2013 à 23:14 @ 23 h 14 min

    pffiouhh!!!
    la lecture doit être extrêmement attentive !!
    heureusement que certains commentaires pointus aident à comprendre le sens caché de cet article parce que si on le lit vite fait (ce que j’ai fait et à tord) on prend des sueurs froides, même si la réalité est là…

  • Minouw , 31 Mai 2013 à 23:16 @ 23 h 16 min

    pouvez-vous indiquer où on peut lire ce dossier ?
    MErci d’avance

  • La loupe , 1 Juin 2013 à 1:11 @ 1 h 11 min

    Il est plus rapide de dire que la liberté absolue à laquelle ces idéologues aspirent , c’est-à-direl’absence de toute contrainte, s’appelle aussi le ” relativisme “… le vide spirituel. .Qui
    ui cette liberté là dit anarchie ….. vous connaissez la suite.
    C’est une autre forme du refus d’un ordre transcendental.
    Observez donc l’homme livré à lui-même .
    Su

  • Goupille , 1 Juin 2013 à 3:42 @ 3 h 42 min

    Peut-être ici :
    Chronique publiée originalement dans La Nef en octobre 2011.

    Mais deux videos, éclairantes…
    * sur la théorie et ses conséquences
    Gender, pot aux roses :
    http://www.youtube.com/watch?v=sxydtWn4WJw&feature=youtu.be

    * une contre-enquête en milieux de recherche scientifique :
    Reportage finlandais :
    http://www.youtube.com/watch?v=PfsJ5pyScPs

  • Marie Genko , 1 Juin 2013 à 11:13 @ 11 h 13 min

    @Goupille,

    Merci pour les deux liens, ils sont excellents!
    Le journaliste norvégien devrait passer en boucle sur tous nos médias, histoire de leur remettre le cerveau à l’endroit…!

  • Marie Genko , 1 Juin 2013 à 11:16 @ 11 h 16 min

    Je crois que ce journaliste est finlandais et non norvégien…!

Les commentaires sont fermés.