Primaire de UMP à Paris : NKM doit tomber

Du 31 mai au 3 juin prochain aura lieu à Paris la primaire pour désigner le candidat de l’UMP pour l’élection municipale de 2014. Pour plusieurs raisons, il est nécessaire que Nathalie Kosciusko-Morizet ne soit pas investie.

Une victoire idéologique justifie une défaite électorale

Comme NKM l’a elle-même analysé, sa défaite serait celle de la ligne bien-pensante qu’elle incarne, et la victoire de la ligne “décomplexée” portée par le conseiller élyséen Patrick Buisson, ligne caractérisée par l’affirmation de la primauté des thèmes régaliens sur les thèmes économiques. Concrètement : rappeler en permanence que assumer, faire fructifier et transmettre l’héritage culturel, spirituel et civilisationnel qui est le nôtre sera toujours prioritaire sur le fait de chercher à résoudre des problèmes économiques immédiats. Personne ne nie que la défaite à la primaire de NKM limitera les chances de voir la victoire à Paris l’année prochaine d’un candidat logoté UMP. Mais de même qu’un tee-shirt du PSG sur le dos d’un casseur n’en fait pas un français digne de ce nom, le fait de porter le logo UMP ne fait pas de Kosciusko-Morizet une femme de droite. La diffusion en profondeur de nos idées et de nos valeurs dans la société française vaut largement la perte de leurs prébendes électorales par ceux que Margaret Thatcher appelait les “wets” (mous).

Faire un exemple : une nécessité

L’un des principaux handicaps de la droite française à l’heure actuelle est d’être plombée par un certain nombre de responsables et d’élus qui, tant par faiblesse de caractère que volonté de plaire à une caste médiatique massivement à gauche, ne cessent de chercher à donner des gages à l’idéologie bien-pensante. La remontée de Nicolas Sarkozy dans les sondages à la fin de la campagne présidentielle de 2012 par un « discours culturel frontal » (Gaël Brustier) n’a pu être réalisée que grâce au respect de la discipline collective par ces élus qui n’ont pas osé étaler leurs états d’âme avant la défaite du président. La défaite de l’un d’entre eux parmi les plus emblématiques est nécessaire afin de pousser les autres à choisir entre soit respecter les convictions qui sont celles de la majorité de nos électeurs (ou du moins ne pas les contredire), soit tout simplement quitter l’UMP comme l’on déjà fait certains d’entre eux tels Chantal Jouanno, Yves Jégo ou Jean-Luc Roméro.

L’enjeu : la suprématie de la ligne Buisson

“Je ne mène pas un combat politique, je mène un combat idéologique” déclarait Nicolas Sarkozy en 2007, paraphrasant Gramsci. L’enjeu pour la droite française aujourd’hui consiste à capitaliser sur la droitisation de notre société validée par les sondages pour reconquérir, non pas seulement le pouvoir institutionnel formel, mais la capacité à mener des politiques en accord avec nos valeurs sur le long terme. Le succès de la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy sur une ligne “au peuple” a été la première étape de ce processus. Le succès cumulé des motions La Droite forte et La Droite populaire lors des élections internes à l’UMP en novembre dernier la seconde. La marginalisation politique des opposants à cette ligne en constitue l’étape suivante et est la clé d’une suprématie culturelle et politique durable de la droite française. Lors de la manifestation gaulliste du 30 Mai 1968 ayant mis fin aux “événements”, les militants du Service d’Action Civique parisien durent rappeler avec leurs revolvers à certains députes timorés que seul le fait de se battre pour défendre les valeurs sur lesquelles ils avaient été élu justifiait leur mandat. Les mœurs ont changés, mais l’esprit reste le même.

À lire également:

Les poulpes, l’UMP et NKM
Battre NKM : Pourquoi et comment ?

Agir :

> S’inscrire à l’élection primaire

 

Articles liés

39Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Freddie , 30 mai 2013 @ 17 h 30 min

    Ben non, je ne suis pas umpiste convaincue ni allergique au FN. Je pense juste que ce n’est pas du tout en votant NKM que vous allez favoriser le FN, mais vous êtes très décidé comme je le dis.

  • db30asp , 30 mai 2013 @ 18 h 22 min

    Si NKM est de droite,qu’elle assume avec un positionnement à droite et non au centre .Qu’elle cesse de “jouer” pour elle en naviguant au gré du vent.Sinon….dégage !

  • Julie , 30 mai 2013 @ 18 h 53 min

    Battre NKM semble possible, cette élue du 91 n’est pas légitime à Paris et ne brille pas par son intelligence et sa connaissance des dossiers parisiens : elle n’est qu’un coup de com’ !
    Numériquement, grâce à l’effet “France silencieuse contre les socialos” (autrement dit, grâce à l’effet manif pour tous), Legaret peut gagner, c’est évident.
    Mais seulement si les votes ne sont pas pipés car cela est possible, voir pire, déjà organisé peut-être… C’est cela le vrai problème car les appels à faire battre la bobo sans fond sont si nombreux que Legaret peut gagner mais encore une fois, si il n’y a pas de triche.
    Quelqu’un peut-il certifier sur ndf que tout est bien protégé et comment, avec une neutralité intégrale ?

  • degabesatataouine , 30 mai 2013 @ 20 h 00 min

    Freddie,j’ai exposé les raisons et vous n’ y avez répondu que par des ” “Oui mais” auxquels j’ai répondu.
    En toute logique c’est aussi Hidalgo qui a intérêt à faire battre NKM en primaire car c’est cette dernière qui pourrait empiéter sur son électorat.
    Le choix de l’un des des trois faux-culs Ump de service qui n’ont pas l’air de faire l’unanimité sur ce site ,car on peut reconnaître à NKM une certaine clarté dans ses opinions,ne peut qu’aider Hidalgo par le rejet qu’il va créer chez les bobos umpistes partisans du mariage gay et habitués depuis des décennies à voter avec les Fronts Républicains.

  • Freddie , 30 mai 2013 @ 20 h 38 min

    Je ne vais pas vous convaincre, c’est clair. Pourtant ce sont les médias de gauche qui poussent NKM et qui font comme si les autres candidats n’existaient pas. La plupart des gens ont un mal de chien à changer de parti car ils sont inscrits dans un réseau de solidarité (les copains pensent pareil, etc). Je ne crois pas au fait que les vieux gaullistes habitués de l’UMP vont se retourner vers le FN même si l’UMP se montre archi-nulle. Idem pour les socialistes. Même si Hollande est une cata, ils déploreront qu’il « trahit les idéaux socialistes qui restent néanmoins valables » et continueront à voter socialiste en espérant qu’il sera suivi par… un meilleur socialiste. C’est HYPER dur de changer le vote de quelqu’un.

  • Freddie , 30 mai 2013 @ 20 h 46 min

    En fait, je pense que les gens votent moins souvent en fonction d’idées qu’en fonction d’appartenance de groupe. Ils votent pour des gens qui leur ressemblent et avec lesquels ils se sentent à peu près à l’aise.

  • degabesatataouine , 30 mai 2013 @ 20 h 58 min

    Freddie,encore moi!
    Vous qui au moins essayez de raisonner au lieu de réagir pavlovienement ,expliquez moi pourquoi il est plus important de battre NKM à une primaire, (à part pour l’Ump et Hidalgo pour lesquels c’est nécessaire) ,ce qui, et vous l’avez reconnu, n’a aucune signification puisque tout le monde peut voter,que de la battre ignominieusement par une grosse perte d’électeurs là où c’est significatif ,c’est à dire lors du scrutin municipal, sachant comme vous l’avez reconnu que le facteur socio- professionel parisien rend la victoire d’Hidalgo à peu près assurée, NKM ou pas NKM ?
    Si vous arrivez donc à me convaincre de ne pas voter pour NKM, pour lequel des trois faux -culs devrais -je orienter les votes de mes connaissances à Paris, et eventuellement payer quelques personnes vénales, pour que leurs votes soient utiles?

Les commentaires sont clôturés.