Non à la burkinistérie !

Non à la burkinistérie !

Burqini

Par burkinistérie, j’entends la polémique politico-médiatique franco-française qui s’est emparée du vêtement de bain couvrant qu’arborent certaines femmes sur la plage et qui, à en lire les arrêtés qui l’interdisent dans certaines communes, constituerait tantôt un « trouble à l’ordre public » (contrairement au minishort et au string donc, au bikini, ou, pire, au monokini voire au naturisme), tantôt un « heurt à la laïcité », laquelle promeut pourtant la tolérance bien-pensante. En plein état d’urgence, la République au sein nu (voir Delacroix en 1830) n’en est donc pas à une liberté individuelle près.

Mais en parlerait-on autant si cet accessoire, créé par Mme Aheda Zanetti, Australienne d’origine libanaise, ne rappelait par son nom l’encagement afghan, ou « burqa » et en réalité le voile saoudien intégral, ou « niqab » ? Ces interdits municipaux – dont celui de Villeneuve-Loubet vient d’être levé par décision du Conseil d’Etat au moment où j’écris – n’ont-ils pas plutôt contribué à faire une extraordinaire publicité à ce produit, comme le confirme la créatrice en personne, qui ne se cache pas d’en vendre au moins 40% à une clientèle non musulmane, qui aurait enfin trouvé avec ce complet le maillot la protégeant efficacement contre le soleil, notamment les rémissionnaires du cancer ?

Pourquoi vouloir faire de cet accessoire un totem du salafisme conquérant, là où le Coran interdit à la femme le port de tout vêtement moulant le corps (c’est en partie le cas du burkini) ou laissant transparaitre ce qu’il couvre ? Pourquoi ne pas voir dans l’objet de cette polémique stérile négatrice du droit le plus élémentaire le compromis qu’il incarne déjà entre la tradition islamique pour une femme de se couvrir en public (et le temps n’est pas si lointain où les femmes de confession catholique ne seraient point sorties tête nue, sans parler de celui, un peu plus ancien, où les maillots à la mode étaient presque qu’aussi complets qu’un burkini, hommes et femmes confondus) et celle de la modernité d’une femme musulmane se rendant à la plage ?

Pourquoi, enfin, dans cette vaine tempête qui consterne (ou amuse) nos voisins, ne pas réserver, ou avoir déjà réservé, le même sort coercitif à la femme juive respectant la « tsniout », ce qui la conduit à pareille modestie vestimentaire, sur des plages le plus souvent communautaires il est vrai…

C’est à se demander si l’impudique Marianne ne désire pas accroître encore le communautarisme dans l’Hexagone.
Une chose demeure certaine : en plus de rendre florissant l’entreprise de Mme Zanetti, cette nouvelle polémique, en servant admirablement les desseins propagandistes de Daech qui prétend impossible toute pratique de l’islam en France, sera prétexte à une nouvelle vague de recrutements djihadistes.

> Florent Ly-Machabert est directeur de mémoire et chargé de cours à l’EDHEC et à l’Univ. Paris I Panthéon Sorbonne et professeur de sciences économiques et sociales. Auteur de plusieurs ouvrages aux Ed. Lettres du Monde et Ubifrance, il est également consultant indépendant auprès de collectivités publiques (il a créé le cabinet Samarie & Cie), expert des nouveaux modèles de croissance et de développement économique.

Articles liés

15Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • JF , 31 août 2016 @ 10 h 45 min

    J’ai connu le temps où la police pourchassait les seins nus. Aujourd’hui on l’emploie à reluquer les femmes trop habillées ou les automobilistes sur le bas-côté des routes et autoroutes sous prétexte de “votre sécurité” (!!!), tandis qu’on laisse dans la nature les fichés S qui, semble-t-il, ne présentent aucun risque pour “votre sécurité”. Il serait peut-être temps d’ouvrir les yeux, non pas sur les fringues, mais sur la réalité du désastre Hollande et sur la façon dont il nous enfume. « Ils se foutent de toi, ils te bourrent le mou et tu n’y peux rien. » (Alain Page – Tchao pantin). Et si on pouvait, hein ?

  • aprx , 31 août 2016 @ 11 h 18 min

    Je trouve bien moins choquant de se baigner ainsi habillé que de déambuler le cul à l air dans une gay pride !

  • Jean-Pierre Lussan , 31 août 2016 @ 12 h 56 min

    J Elsé si le burkini est un étendard islamiste, pourquoi lui faire tant de publicité en voulant en parler tout le temps, c’est le but recherché et malheureusement media et politiques sont tous tombés dans le piège comme de gros nigauds . STOP on en parle plus d’ailleurs c’est la fin des vacances et des bains sur les plages

  • HuGo , 31 août 2016 @ 21 h 58 min

    Au contraire, il faut en parler…oui, c’est un étendard islamiste, une réelle exigence communautariste. Ne plus en parler et le banaliser, dites-vous. Vous n’approuvez ce sens que si vous êtes un sympathisant à tout le moins de l’islam. Vous rejoignez les Jospin et toute la clique sans la moindre considération pour les apports extraordinaires de la chrétienté en occident, pour qui une France islamisée serait la bienvenue ! Vous foulez au pied notre glorieux passé.
    Vous balisez le terrain du totalitarisme islamiste qui veut s’imposer de gré ou de force et nous détruira. Vous œuvrez pour l’instauration de la charia….quoiqu’en disent les bien pensants des nations occidentales qui entourent la France, les seuls d’ailleurs dont on diffuse complaisemment la pensée, niant l’existence de la parole des opposants.

  • Paule C , 31 août 2016 @ 23 h 55 min

    Le “vêtement” en question n’a rien de religieux, il n’est pas non plus un emblème de la liberté de vêtir à son goût. C’est le signe ostentatoire d’une idéologie théologique totalitaire qui refuse toute liberté aux femmes. Dans cette idéologie, les femmes sont d’éternelles mineures qui passent de l’autorité de leur père à celle de leur mari, choisi pour elles, souvent quand elles sont enfants. Pour elles, pas question de vivre seules. Elles n’ont pas accès à la contraception (l’avortement encore moins), elles ne peuvent pas se refuser à un mari qui de plus a le droit de les battre à son gré. Comment peut-on être assez stupide pour parler de “liberté” à propos de ce machin, qui se revendique d’une idéologie aussi rétrograde ? C’est cet aspect qui doit être mis en avant, et non une soi-disant “liberté religieuse”. L’islam, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’a pas sa place dans les démocraties occidentales, dont il est l’ennemi déclaré.

  • mal de mer , 1 septembre 2016 @ 4 h 24 min

    Ce qui n’est pas admis dans “l’air” pourquoi le serait-il dans “l’eau”?
    Oui parlons-en. C’est encore une provocation pure et simple et tous les prétextes sont bons.

  • Decrouez , 5 septembre 2016 @ 22 h 11 min

    Le burkini n’est pas un vêtement religieux ( d’ailleurs les salafistes sont contre car les femmes n’ont pas à aller à la plage ) donc qu’est-il ? C’est un vêtement qui manifeste sa volonté de ne pas intégrer la société française ; d’ailleurs quand des femmes “vraies françaises” leurs ont dit de rentrer chez elles; elles ont râlé en disant qu’elles étaient françaises…alors qu’elles s’habillent en francaises !

Les commentaires sont clôturés.