Faut pas prendre les contribuables pour des billes !

La sainte-nitouche Pécresse et le père la-vertu Le Maire proposent une règle d’or pour encadrer les impôts. « Faut pas prendre les Français pour des billes » aurait pu dire Audiard. Le personnel politique hors-sol les a habitués à ce jeu de ping-pong où les politiciens professionnels se préoccupent davantage de leurs adversaires, disons plutôt de leurs partenaires que de leurs électeurs. La gauche a réussi une overdose fiscale absurde par son montant autant que par son manque de cohérence. L’opposition joue son jeu, mais avec une mauvaise foi et une irresponsabilité qui ne rassurent pas. D’abord, l’augmentation des taxes et de la pression fiscale était déjà remarquable sous le mandat présidentiel précédent qui avait généré 24 nouvelles taxes. La justification était la même : la résorption des déficits publics. L’éco-taxe sur les poids-lourd est ainsi une mesure de l’ancienne majorité, d’abord dans le souci de mettre un peu de vert dans le bleu majoritaire et maintenue pour le Milliard de rentrées fiscales prévues. Opposé à la taxe-carbone qui avait été envisagée, j’ai, en revanche, voté l’éco-taxe qui, à l’origine, devait financer le ferroutage. Il ne s’agissait pas d’une obligation découlant d’une directive européenne. L’eurovignette européenne avait certes fait l’objet de deux directives en 1999 et en 2006, mais elles dessinaient un cadre juridique pour harmoniser les péages pour le transport des marchandises et ne créaient pas d’obligation. L’écotaxe est issue du Grenelle de l’environnement dont elle est la proposition 45 et qui a été voté le 21 octobre 2008. C’est la France qui a suscité ensuite une nouvelle directive qui imposait la transcription en droit français de la promotion des transports durables. Précisée par la loi de finances de 2009, elle est rappelée lors du vote de Grenelle II et fait l’objet d’un décret Fillon en 2012. Elle a été votée à l’unanimité au Sénat en 2013, et c’est ensuite que l’ancienne majorité, devenue l’opposition, s’est réveillée en déposant un recours devant le Conseil constitutionnel. Que cette taxe soit anti-économique et défavorise nos transporteurs et les filières qui leur sont liées est une évidence, mais c’est une erreur partagée largement par une opposition amnésique : cette taxe a poursuivi sa route après la crise et sans en tenir compte. La demande de retrait qui est faite maintenant doit s’accompagner de modestie et de repentance. C’est la légitime mobilisation des Bretons qui la provoque, non une tardive lucidité.

Or voilà que les coupables se muent en donneurs de leçon. Voilà qu’ils proposent une règle d’or afin de mettre fin à la « bougeotte » fiscale, d’empêcher la rétroactivité en matière fiscale et d’encadrer l’augmentation de la pression fiscale. Cette proposition est un exercice de communication profondément malhonnête. La règle d’or est un bon slogan publicitaire, et c’est une habileté de le reprendre. Mais il désigne une limitation des dépenses et non des recettes, visant à empêcher que la dette finance le fonctionnement au-delà de l’investissement, comme cela s’impose aux collectivités territoriales. C’était une proposition du Nouveau centre, que j’ai votée, mais que les autres parlementaires de l’UMP ont repoussée à la demande du gouvernement. Reprendre l’expression pour encadrer les recettes n’est pas très sérieux : ça consiste à mettre un bouchon à la sortie du tuyau sans fermer le robinet. Par ailleurs, on voit mal une simple loi limiter ce qui est constitutionnellement le pouvoir même du Parlement : voter le budget. Chacun sait qu’une proposition de loi de l’opposition n’a aucune chance d’être votée. C’est de la gesticulation médiatique, et rien d’autre.  L’encadrement de la rétroactivité fiscale, sur laquelle il faudrait à la première occasion interroger le Conseil constitutionnel, est un impératif à la fois moral et économique. Pour le reste, à partir d’une règle d’or sur les dépenses, c’est à chaque majorité d’être assez responsable pour fixer l’imposition qui va les financer, en limitant la pression fiscale, et en sécurisant les acteurs économiques par une stabilité des taxes et des impôts. Il est indécent que des incendiaires professionnels se présentent soudain comme des pompiers récemment convertis. À moins qu’ils n’aient voulu donner raison à Michel Audiard, qui disait, vraiment, cette fois : « on est gouverné par des cons qui fixent le prix de la betterave et qui ne savent pas faire pousser des radis ».

Articles liés

12Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Libre , 30 octobre 2013 @ 18 h 24 min

    Il faut surtout que les dépenses publiques ne croissent pas au dessus du taux de croissance de la population active.On ne peut augmenter le poids de l’état plus que la population est capable de créer de richesse.

  • domino , 30 octobre 2013 @ 20 h 49 min

    La gauche et la droite sont d’une équivalente nullité et, effectivement, on nous prend pour des billes.
    Même en étant à peu près nul en économie on comprend que la tartufferie et la mauvaise foi dominent des deux côtés.
    On se demande comment les français peuvent encore fonctionner à ce régime !
    Serions-nous tous des veaux à supporter ce que l’on peut nommer sans se tromper le mépris de certaines élites ?
    Meuh…à force de nous prendre pour des bovins, “ils” en ont tant rajouté dans la débilité que le troupeau se réveille.
    Il faut se méfier : à force de nous faire bouffer n’importe quoi style farines animales, la maladie non seulement frappe mais se propage…ce n’est pas celle de la vache folle, mais des citoyens écoeurés.
    Dire que c’est le FN qui en profite sans autre forme de réflexion est assez flippant. Mais il n’y a rien d’autre sur le marché…de dupes.
    Allo, non mais Allo : y-a-t-il quelqu’un qui veut faire quelque chose à droite ?

  • Bang , 31 octobre 2013 @ 0 h 46 min

    A quand une manif pour la démission d’Hollande ?

  • Bernard , 31 octobre 2013 @ 9 h 22 min

    Nous n’avons qu’UN seul parti politique en France = l ‘ UMPS
    Ces escrocs, ces clowns s’eng. devant le peuple mais se refilent à tour de rôle le pouvoir et se gavent ensemble en riant de notre idiotie
    SIMPLE , machiavelique, les Français n’ont encore rien compris !

  • Charles , 31 octobre 2013 @ 9 h 41 min

    http://www.telegraph.co.uk/finance/comment/ambroseevans_pritchard/10416038/Mediobanca-hints-at-Italian-euro-exit-unless-Germany-shifts-on-EMU-policy.html

    Article de fond du meilleur journaliste britannique (Evans Pritchard) sur l’état de l’Italie:
    Son message étant que l’Italie allait sortir de l’euro,sans doute en 2014.
    Les tirages sur la BCE arrivant à échéance au T1 de 2014.

    Lisez le 4eme tableau qui démontre la réalité qui arrive comme un tsunami en Italie.
    Le prix de l’immobilier a chuté de 10% en prix réels (ajustés inflation)
    mais avec une baisse de 50% du nombre de logements effectivement vendus.

    Ce qui signifie que cette baiise de 10% est en dessous de la réalité.
    Quand les vendeurs seront “obligés ” de vendre,la baisse sera bien plus forte
    Le volume des ventes est fondamental pour apprécier une variation de prix.
    Si l’Italie sort alors la situation Française va encore s’aggraver,
    compte tenu du potentiel italien en industrie automobile et agroalimentaire.

    Pritchard souligne le niveau comparé de sensibilité à la parité de change
    entre l’économie allemande et l’économie italienne.

    L’essentiel de la production allemande n’est pas affectée
    ni affectable par un euro “cher” qui est passé de $1/€1 en 2002
    à $1.30/€1 en 2006/2013.(voir tableaux de changes ,je cite de mémoire)
    Pour l’Italie et la France c’est l’inverse.

    La Suisse est capable d’empêcher la montée du FS contre l’Euro.
    Le Japon est capable de faire baisser sa monnaie pour déclencher sa relance.
    La BCE ne veut rien faire et ne sait rien faire.

    Berlin donne ses ordres a Bruxelles qui ensuite transmet à Paris.

  • henri4 , 31 octobre 2013 @ 10 h 02 min

    Oui !
    Il n’y a que le FN qui puisse nous en sortir et qui aime la France.
    Il n’est pas honteux de le soutenir !
    Il faut arrêter de le Diaboliser !
    C’est le seul parti qui ne cache pas la réalité de l’état de la France et qui
    pense à notre peuple et non pas a une idéologie aveugle en se réfugiant
    derrière L’Europe et le Mondialisme avec un fatalisme paralisant.

  • Charles , 31 octobre 2013 @ 10 h 22 min

    http://www.independent.co.uk/news/world/politics/forbes-reveals-worlds-most-powerful-people-2013–with-vladimir-putin-beating-obama-to-the-top-8913265.html

    La liste de Forbes des personnalités les plus puissantes au monde:

    Poutine est en position 1.
    Obama en 2
    Merkel en 5
    David Cameron en 11
    Flanby de Flonce en 18

Les commentaires sont clôturés.