Pourquoi je n’ai pas signé le manifeste des 343 salauds pour la prostitution

Déjà, disons-le de suite, je n’ai pas été sollicité par ses initiateurs.

Ensuite, et c’est très personnel, je suis fatigué de voir la droite singer la gauche. On me répondra avec justesse qu’une partie des signataires sont de gauche et, donc, ne singent rien du tout. Étant opposé à l’avortement comme à sa légalisation, la référence au manifeste des 343 salopes me déplaît fortement. Ces deux manifestes ont d’ailleurs un point commun : la prostituée comme l’enfant, c’est le corps d’autrui.

La modernité comme excuse. Sur le fond, je pense qu’aller voir une prostituée n’est plus justifiable comme autrefois, où les mariages arrangés par les parents pouvaient créer une misère affective réelle, où la pudibonderie et le jansénisme étaient un fléau sociétal peut-être équivalent à (et, par le jeu du fameux balancier, cause de) la perte des repères moraux actuelle. Aller voir une prostituée il y a cent ans n’était pas excusable mais sans doute, dans certains cas, explicable. Aujourd’hui, les hommes et les femmes se choisissent librement et ils disposent du temps qu’ils souhaitent pour cela. La prostitution aurait donc dû disparaître. Sans doute la soi-disant libération sexuelle (qui confine à l’obsession) et le déracinement l’ont-ils en fait sauvée, avec ce qu’ils créent comme solitude. Les premiers clients de prostituées sont aujourd’hui les 20-34 ans, les mêmes que touche le fléau du célibat contraint, et selon une enquête du Nid, 65% des clients de prostituées sont célibataires. Il faut y ajouter les clients immigrés qui vivent loin de leur moitié restée au pays avec les enfants, ainsi que le montrent les nombreuses femmes sur le trottoir à Belleville, par exemple.

Touche pas à la famille ! Un petit tour sur le blog “Paroles de clients”, où sont compilés des témoignages de clients, montre à quel point la prostitution chosifie la femme et animalise l’homme. De mon point de vue, ni l’une ni l’autre n’en ressortent grandis. Aussi, je pense que le vrai débat n’est pas “pour ou contre la prostitution” mais “comment réduire le recours à la prostitution”. La capacité à s’engager, l’alliance féconde (pas forcément comme on le souhaiterait) et durable d’un homme et d’une femme, l’arrivée d’enfants si Dame nature veut et/ou l’engagement au service d’autrui et la transmission des valeurs, voilà une arme décisive contre la prostitution, qui ne stigmatise personne, ni les clients ni les femmes. Malheureusement, avec la dénaturation du mariage et l’instauration d’un droit à l’enfant, le gouvernement Ayrault abîme un peu plus la famille tandis que les ministres sont tous favorables à la pseudo-libération/vraie obsession sexuelle et invariablement pro-déracinement. Cela rend d’autant moins crédible la position abolitionniste dont ils se réclament. Ne dit-on pas que “Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes” ?

Autres articles

123 Commentaires

  • Bernard , 30 octobre 2013 @ 16 h 36 min

    Je lis ceci, dans votre article =
    >> Il faut y ajouter les clients immigrés qui vivent loin de leur moitié restée au pays avec les enfants, ainsi que le montrent les nombreuses femmes sur le trottoir à Belleville, par exemple.<<
    Permettez moi d'en douter ! Cette excuse n'en est pas une, car peu de famille séparée
    Notre joueur d'accordéon populaire …. leur a donné le regroupement familial
    Ils l'ont immédiatement compris et viennent de suite en famille complète, profiter des aides allouées, dès qu'ils ont dépassé la frontière et dans la salle d'attente….

    L' UMPS a mis en place des pompes aspirantes, à vie, pour les franciser…
    alors que chez eux nous sommes virés dès un délai légal de trois mois !
    Pourtant NOUS ne venons y chercher QUE DU SOLEIL, leur apportant nos €

    ** Seraient ils racistes ?
    ou Ont ils peur des situations irrégulières…. qu'ils nous imposent ??

  • Ajax , 30 octobre 2013 @ 16 h 47 min

    une fois dans ma vie, être d’accord avec Eric Martin. incroyable.
    (bon, sauf pour l’inévitable baratin ouin-ouin-touche-pas-à-ma-famille de la fin).

  • monhugo , 30 octobre 2013 @ 16 h 57 min

    Parmi les premiers signataires du Manifeste “Touche pas à ma pute” figurent Basile de Koch (qui vient d’être expulsé avec sa conjointe FB de leur duplex social – décision de ce jour), Ivan Rioufol et Eric Zemmour….ou Luc Rosenzweig. Et d’autres, de sensibilité politique bien différente, comme Nicolas Bedos…
    Les signataires proclament : “Nous aimons la liberté, la littérature et l’intimité. Et quand l’Etat s’occupe de nos fesses, elles sont toutes les trois en danger”. Personnellement, j’approuve – tout en étant une femme.
    Promouvoir l’inversion sexuelle (avec l’accession au mariage – et donc sa dénaturation), ou vouloir sanctionner les clients des prostitué(e)s, tout en n’interdisant d’ailleurs pas formellement cette activité vieille comme le monde (sans doute plus ancienne que le mariage…) – oh, hypocrisie – cela participe de la même mauvaise idée, à savoir “sexocentrer” la société. Le sexe, c’est privé. Cela doit le rester. Lutter contre le trafic des êtres humains et le proxénétisme étant une autre question, évidemment.
    http://www.causeur.fr/touche-pas-a-ma-pute,24765#

  • Ralph , 30 octobre 2013 @ 18 h 00 min

    St Thomas d’Aquin n’a t’il pas justifié l’existence de la prostitution ?

  • Magali , 30 octobre 2013 @ 18 h 09 min

    Ni ma mere, ni ma soeur, ni ma fille. La prostitution c est bien oui, pour les autres…
    La liberte? Comment peut-on defendre et justifier un acte aussi triste, que l on soit prostitue(e) ou client?
    Les clients sont en immense majorite des hommes, je les respecte trop pour croire qu ils sont des animaux furieux incapables de se controler si prives de sexe. L argument “sans prostitution les hommes deviendrait des betes a violer et a tuer” me semble vehiculer une image des hommes que je ne partage absolument pas, profondement violente et sexiste. Et quoi, il faudrait que certaines se sacrifient pour la paix des autres?
    “Puisque ca existe, legalisons, autorisons” ah ce que je n aime pas cette facon de voir des choses, quel que soit le sujet… Quel defaitisme!
    Je suis decue, parmi les signataires des gens dont j aime beaucoup les idees par ailleurs.

  • Bernard , 30 octobre 2013 @ 18 h 10 min

    NON, nous ne le savons pas !
    > étonnant, est ce un hoax ou avez vous des liens ??

  • Eric Martin , 30 octobre 2013 @ 18 h 18 min

    Je ne parle pas d’interdire mais n’aime pas cette fierté et ce “Touche pas à ma pute !” De plus, St Thomas l’a fait à une époque où l’on ne se mariait pas par amour…

Les commentaires sont fermés.