2013 ne restera pas celle que l’on croit

Au premier coup d’œil, le bilan 2013 de la vie politique française n’a pas de quoi réjouir. Bien au contraire même. Chiffres de l’emploi et de l’économie n’incitant pas à l’euphorie, affaire Cahuzac accentuant un peu plus le désamour entre les Français et leurs dirigeants, insécurité en pleine augmentation au point de pousser les bijoutiers à s’armer et à pratiquer l’auto-défense, sans oublier le pathétique feuilleton « Léonarda » mettant encore un peu plus en lumière l’inaptitude du chef de l’État à sa fonction… On cherche désespérément une occasion de célébrer 2013. Et ce n’est surement pas du côté des finances publiques que nous trouverons de quoi atténuer cette première impression. La dette publique poursuit sa vertigineuse augmentation à plus de 92% du PIB, soit quelques 1 900 milliards d’euros, tandis que le Gouvernement poursuit la folle – et inconsciente – inflation des prélèvements : 83 impôts et taxes créés en à peine plus d’un an !

Bilan désastreux, me direz-vous ? En apparence sûrement. Mais si l’on oublie l’écume de la surface et que l’on s’intéresse de plus près aux courants profonds, si l’on s’interroge sur ce qui restera dans les années – dans les décennies – à venir, 2013 n’est surement pas celle que l’on croit. Car l’essentiel n’est pas là. L’essentiel, c’est une année qui commença dans un cortège ou s’entassaient des centaines de milliers de Français et qui s’acheva par le rejet, au Parlement européen, du rapport Estrela. Entre ces deux dates beaucoup de choses ont changé ; de ces deux dates beaucoup de choses peuvent advenir.

Il y eut d’abord une prise de conscience. Celle d’un monde qui s’est révélé à lui-même sa propre existence. Un monde qui n’avait pas l’habitude de se montrer, de se compter ; un peuple qui ne s’était plus retrouvé dans la rue depuis « l’École Libre » en 1984. La découverte d’une génération aussi, une jeunesse – on ne rappellera jamais assez combien la présence de la jeunesse fut importante et significative à l’occasion de ces mobilisations – qui ne croyait pas être jeune parce que des idéologues à la retraite l’avaient proclamée vieille. Des valeurs que l’on avait présentées comme dépassées ressuscitaient en un instant, frappées d’une étonnante actualité ; des idéaux que l’on avait prétendus archaïques sortaient de la naphtaline sans avoir pris la moindre ride.

“Contre l’existentialisme, la théorie du genre, la dénaturation du mariage, le « il est interdit d’interdire » et autres vieilleries loufoques, un monde s’est levé pour tourner la page de mai 68.”

Ce fut le second enseignement de 2013 : le Peuple bouge toujours. Lui que l’on avait prétendu amorphe, désenchanté, désabusé, lui dont on avait affirmé la jeunesse égoïste, indifférente, absente ; le voilà qui se réveille. Il s’anime et se met en mouvement au cri de « Laissez-nous être ce que nous sommes ! ». Ni racistes, ni homophobes, ni arriérés, ni même extrémistes, ceux qui se sont levés venaient de tous les milieux, avaient tous les âges, représentaient toutes les régions – les provinces aurait-on dit autrefois – de France. Ils ne sont pas sortis de leur réserve pour défendre leur pré-carré de privilèges ou « leurs droits acquis », mais pour des principes qu’ils portaient en eux, contre un projet de société dont ils ne voulaient pas. Contre l’existentialisme, la théorie du genre, la dénaturation du mariage, le « il est interdit d’interdire » et autres vieilleries loufoques, un monde s’est levé pour tourner la page de mai 68. Ce sursaut est d’autant plus révélateur qu’il est profondément politique, totalement hors parti : l’ampleur des manifestations, la détermination des opposants, la fermeté des discours… tout cela ne fut orchestré, prévu – ni même souhaité, oserait-on avancer – par aucune formation politique. Le vieux jeu des formations politiques, des alliances, des rivalités partisanes semble bien à bout de souffle en 2013.

Pour autant – troisième enseignement, il serait bien aventureux de prétendre un peu vite que cette remise en cause soudaine et populaire des grands accapareurs de la démocratie s’est accompagnée d’un discours du « ni-ni », ni Gauche, ni Droite… au contraire ! Si les « Manifs pour tous » furent bien ouvertes à tous, à ceux animés d’une sensibilité plutôt de Gauche et à ceux plutôt de Droite, ce « et-et » se retrouva réuni sur des valeurs résolument de Droite. Mais pas n’importe quelle Droite ! Ce fut le rassemblement de la Droite des Valeurs. Le choix d’une civilisation tournée vers la vie, respectueuse de ses héritages, de son histoire, de sa tradition, voulant préserver son modèle national et familial ; désireuse de rendre à l’homme la place qui est la sienne et de le considérer comme « étant ce qu’il est ».

C’est d’ailleurs bien parce que ce mouvement de contestation a un sens qu’il a une importance. Il est incontestablement l’affirmation de quelque chose qu’on ne regarde pas comme un épiphénomène du moment, il va au delà du simple conservatisme qu’il conviendrait de bousculer pour le faire disparaitre. Dans un monde que les « progressistes » socialistes et libertaires avaient cru converti à la religion des temps modernes, au cœur d’une jeunesse qui devait être le fer de lance de l’avenir radieux de leurs idées, dans la rue même qui était jusqu’alors leur chasse gardée, nos théologiens du genre ont vu renaître la vieille hérésie qu’ils avaient cru oubliée. « Blasphème, monstruosité, obscénité ! » s’égosillaient-ils devant la rue ainsi mobilisée.

“2013, c’est finalement cela : beaucoup de mauvaises décisions gouvernementales mais, peut-être, une mutation des rapports de force idéologique.”

L’affaire leur semblait déjà préoccupante, il manquait un succès – pas encore une victoire – pour qu’elle leur apparaisse grave.

Quelle ne fut pas leur surprise lorsque, le 10 décembre, le Parlement Européen réuni en séance plénière fit échec, in extremis, au rapport Estrela. Celui-ci, du nom de l’eurodéputé portugaise, membre du Parti socialiste européen, grande prêtresse chargée de « la cause des femmes et de la défense des genres », se trouvait être une sorte de petit livre rouge du modernisme à l’usage de l’Union européenne. Avortement, théorie du genre, mariage homosexuel, recherche embryonnaire, et formatage des esprits dès le plus jeune âge : rien ne semblait avoir été oublié dans ce fabuleux bréviaire.

Hélas, 2013 est passée par là !

L’impensable fut acté par 334 voix contre 327. Le dogme bousculé, le rapport battu en brèche, « l’hypocrisie et l’obscurantisme » seuls pouvaient justifier ce « vote honteux »…  En bons totalitaires, nos Modernes s’enferment dans le rôle du gentil incompris par les méchants réactionnaires. Une fable connue et reconnue, dont personne n’a hélas pensé à signifier à Madame Estrela qu’elle était, dans l’opinion publique française, quelque peu éculée depuis que Christiane Taubira l’avait utilisée contre une majorité de Français qui combattait son projet de loi…

Car 2013, c’est finalement cela : beaucoup de mauvaises décisions gouvernementales mais, peut-être, une mutation des rapports de force idéologique. Oh ! Ce n’est pas la fin d’un monde, ce n’est pas la promesse d’une année 2014 faite de changement politique, ce n’est peut-être même pas la certitude des raz-de-marrées électoraux que tous ceux qui sont engagés dans le combat électoral attendent pourtant avec impatience et parfois légitimité… mais c’est peut-être plus !

Évidement ce n’est pas demain, sans doute le temps des coups et des désillusions n’est pas totalement terminé, il est possible que la première brèche ne vienne même pas des urnes… Pourtant, qui peut croire que ceux qui ont en 2013 gouté aux baisers de la Vérité puissent en 2014 rentrer tranquillement chez eux pour s’accommoder du goût des mensonges ?

Autres articles

7 Commentaires

  • Sacha , 30 Déc 2013 à 14:27 @ 14 h 27 min

    Je trouve l’auteur bien optimiste !

    Les grandes manifestations n’ont été au mieux que des piqûres d’épingle sur le cuir du pachyderme tyrannique. Une des raisons en est que, malgré leur ampleur, elles ont été trop respectueuses d’une “légalité” que le gouvernement et l’Europe violent à chaque instant.

    Qui veut tuer le dragon doit affronter griffes, crocs et flammes pour lui porter le fer en plein cœur. Ou creuser des chausse-trappes au fond rempli de pieux acérés pour l’empaler. Sainte Sarah apprivoisant la Tarasque, ce n’est que de la légende dorée; l’Histoire est faite de sang et de tripes. Ou, comme disait Churchill, “blood and sweat and tears”.

    Ceci dit, je ne nie pas qu’il se soit passé quelque chose dans certains esprits, mais nous sommes loin du compte ! L’horizon est toujours l’État et ses oukases. Quant à l’horizon idéologique… Hou ! Là !

  • mariedefrance , 30 Déc 2013 à 15:18 @ 15 h 18 min

    « Laissez-nous être ce que nous sommes ! ».

    Voilà le cri que nous continuerons de lancer.
    çà suffit le formatage, les grands envolées lyriques pour mieux nous piétiner.

    La Confiance, c’est ter mi né.
    Nous voulons des référendums d’initiative populaire car en démocratie, c’est le
    peuple qui fait la loi.

    Pas l’oligarchie.

  • jejomau , 30 Déc 2013 à 15:44 @ 15 h 44 min

    eh bien moi je suis content ! La courbe du chomage s’est inversée. Hollande l’a dit . Sapin (de noel) aussi. Et même Jean-Jacques Bourdin en adoration devant ses maitres socialos.

    La preuve ?

    Il y a + 18 000 Chômeurs. Cela prouve bien que la courbe s’est inversée…

  • Charles , 30 Déc 2013 à 18:05 @ 18 h 05 min

    Effarant;
    Les zelites eurofédéralistes veulent nous apprendre comment réduire nos déficits.

    Au même moment,on constate que en 2013,les salariés de la commission européenne
    ont pris en moyenne 14 jours de congés maladie ,soit le double de la moyenne en Europe.
    Le berlingot de Berlixelles (rue de la Loi) est une pétaudière qui se dit vertueuse.

    Berlixelles,par sa délinquance, est devenue la ville poubelle des états nations d’Europe

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2530965/EU-penpushers-triple-sick-days-British-workers-Figures-officials-took-average-14-6-days-sick-year.html

  • gilbert , 31 Déc 2013 à 18:18 @ 18 h 18 min

    Je partage effectivement l’analyse que fait l’auteur sur cette année 2013 écoulée. Elle n’est pas si négative que cela , puisque en dépit du bilan totalement négatif du fantoche, elle a permis notamment grâce à La Manif Pour Tous, l’irruption dans une France qu’on croyait totalement aseptisée et normalisée, d’un grand mouvement populaire qui a commencé à renouer ou à redécouvrir les valeurs humanistes, patriotiques, libérales , nationales et chrétiennes , ou pour être plus concis les valeurs dites de “droite”.
    Et, comme on avait pu l’écrire à propos de 1968 pour le camp “opposé” des pseudo-progressistes, on peut dire que rien ne sera plus comme avant 2013.

  • Charles , 1 Jan 2014 à 22:07 @ 22 h 07 min

    Témoignage de 1mn d’un jeune sénégalais ayant adopté
    la nationalité américaine avec la volonté d’abandonner son identité woulouf
    pour s’intégrer dans son nouveau pays.

    Il ajoute “ceux qui n’aiment pas la France,qu’ils retournent chez eux”.
    Le ministre sarkozizste Eric Besson reste pétrifié,incapable de lui répondre.

    http://www.youtube.com/watch?v=IyPFmpNQCkw

  • Eric Martin , 1 Jan 2014 à 22:12 @ 22 h 12 min

    Vous avez oublié le lien, Charles.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen