Inquiétudes autour de l’organisation de la prochaine élection présidentielle

Le temps politique et le temps médiatique vont-ils pouvoir célébrer leurs noces d’argent en mai 2017 en France ? C’est ce que semble présager la proposition de loi constitutionnelle de modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle en discussion actuellement au Parlement. Ce texte vient en effet modifier certaines règles relatives aux « parrainages » comme aux temps de parole des candidats. Ainsi, au nom de la transparence, les noms de la totalité des élus ayant parrainé un candidat seront rendus publics et non plus seulement les 500 parrainages requis actuellement. Les auteurs de la proposition souhaitent ainsi que tous les élus ayant présenté un candidat assument publiquement ce choix devant leurs électeurs. Le motif est certes louable mais les conséquences risquent de priver de sérénité le mandat de certains élus en proie aux pressions tant de leurs électeurs, de leur parti, des alliances de leur parti comme des médias. A l’heure de la désaffection des électeurs pour la classe politique, certaines personnalités avec ou sans étiquette auraient peut-être préféré le secret de leur option plutôt qu’une publicité qui ne simplifie en rien les relations avec leurs publics.Une autre disposition singulière consiste dans le temps de parole conféré aux candidats. Dans les deux semaines précédant l’élection , l’égalité du temps de parole serait maintenue entre les prétendants à la magistrature suprême. Par contre, durant la période intermédiaire, donc précédant cette campagne officielle, c’est le principe d’équité qui serait instauré entre les candidats. L’équité serait ainsi appréciée en tenant compte de la représentativité du candidat, de ses résultats aux plus récentes élections, des enquêtes d’opinion et de sa capacité à manifester son implication politique… Ces éléments seraient appréciés par les rédactions sous le contrôle du Conseil Supérieur de l’audiovisuel. Cette équité vise à remédier au nombre considéré par certains comme trop important de candidats (12 en 2007 et 10 en 2012). Ce dernier rend les médias peu enclins à organiser des débats par crainte de ne pas respecter l’égalité du temps de parole ainsi qu’à devoir le limiter. L’égalité prônée à longueur de journaux télévisés serait ainsi transformée en équité jugée par ces mêmes journaux pour une élection présidentielle qui reste une élection primordiale en France. Les candidats qualifiés bien injustement de petits auront quelques raisons de manifester leur inquiétude mais ils ne devraient pas rester seuls longtemps. Le temps de parole est important mais le choix des questions l’est tout autant. Il y a 25 ans, un film retraçait la pensée de Noam Chomsky et la manipulation de l’opinion publique par les médias. Il est des unions qui rendent cette démocratie particulière bien dure à supporter.

Autres articles

6 Commentaires

  • sergio , 31 Mar 2016 à 14:14 @ 14 h 14 min

    Ce bidouillage byzantin cher à Mollusque 1er , est de toute évidence , malgré la bonne excuse de la transparence , destiné à ” faire barrage au FN ”
    En effet , les élus désirant donner leur parrainage à Marine Le Pen , seront sans doute moins enclins à le faire ” à visage découvert ” ….
    Cette fiente de l’ Elysée a beaucoup appris du Florentin de Jarnac ( j’ arnaque …..).
    Quant à l’ équité du temps de parole ……encore une subtilité florentine destinée à écarter les partis ou formations politiques ” hors système ” ….

  • Trucker , 31 Mar 2016 à 17:49 @ 17 h 49 min

    Le PS est véritablement un Parti Suicidaire dont la détestation ne pourra aller que grandissante.

    Il n’envisage même pas la possibilité d’être victime de son stratagème…car si les annonces de possible faillite de l’état devaient s’avérer être fondées et se réaliser, il aura tout fait pour se maintenir au pouvoir et donc subir les conséquences de son aveuglement idéologique.

    De plus dans la perspective des prochaines présidentielles, si malgré tout la candidate FN pouvait se présenter et arriver au second tour, Il sera probablement condamné à essayer une fois de plus de faire jouer l’alliance contagieuse de LRPS….qui entraine la “droite” parle-ment-taire…. ( elle ment tout autant que la gauche quand elle ne se tait pas tout simplement )….dans ce suicide collectif de la classe politique.

    Le PS est entrain de jouer son avenir à pile ou face.

  • carolo85 , 1 Avr 2016 à 13:08 @ 13 h 08 min

    Comme d’habitude et comme dans toute bonne république bananière, on change les règle du jeux au son des ordinateurs du ministère de l’intérieur. Je dis bananière car si il y a une commission ANTI-CORRUPTION, c’est qu’il y a corruption quelque part…

  • montecristo , 1 Avr 2016 à 16:18 @ 16 h 18 min

    ” Une Loi n’est pas Juste parce qu’elle Loi … Elle est Loi parce qu’elle est Juste ! ”
    Mais cela ne peut se faire qu’avec des Justes … pas avec des dictateurs !
    Or, si nous élisons des dictateurs nous sommes complices.

  • jsg , 2 Avr 2016 à 5:57 @ 5 h 57 min

    faire barrage au FN ? qu’ils ne s’inquiètent pas ces connards, bientôt ils se retrouveront avec la Charia comme type de gouvernement !
    Un état qui se vante d’être un état de droit et qui mobilise le banc et l’arrière banc pour faire barrage à un parti qui se développe en raison de l’incapacité et l’ignorance crasse de ses dirigeants, est un État en grand danger.

  • Cassandre , 3 Avr 2016 à 9:34 @ 9 h 34 min

    Et dans quelques temps, en toute “transparence” de gôche, les votes se feront à scrutin ouvert. Pareil, pour que chacun assume son vote, en “adulte fier et responsable”, voilà…

    Je me souviens, il y a une vingtaine d’année, les Verts (vous savez, ces pastèques, vertes dehors, rouges dedans; avec pas mal de trucs noirs un peu partout) avaient eu une de ces looooongues discussions oiseuses dont ils ont le secret. Assistance très partagée. Le ton monte.
    Un “bien intentionné” propose de passer au vote. Démocratique. Donc un vote à main levée (vous savez, l’enthousiasme, le désir d’aller au but, voire d’économiser du temps, on est tous des camarades, toussa…).
    Un autre se lève et, avec toutes les circonlocutions et précautions d’usage en terrain miné, dit que les statuts, bla bla, bref: bulletins secrets, si ça vous dérange pas que je vous demande pardon.
    Et le premier clown, sans se laisser démonter, reprend la parole:
    Oui, bonne idée: on va faire un vote à main levée pour savoir qui est d’accord avec cette proposition de vote à bulletin secret!

    “E la nave va”, comme disent les Italiens, fatalistes…

Les commentaires sont fermés.