Trop d’impôt tue l’impôt… mais l’État continue sa folie fiscale en 2014 !

Malgré la promesse de François Hollande, les prélèvements obligatoires vont encore augmenter en 2014. Pour tenir ses objectifs de déficit sans réduire la dépense publique, le Gouvernement doit en effet trouver 6 milliards, à conditions toutefois que la croissance atteigne 1,2% en 2013, ce qui est peu probable. Si elle s’élevait à 0,5% (plus réaliste), c’est de 13 milliards supplémentaires dont aurait besoin le Gouvernement. Ce alors que “le niveau des prélèvements devient presque insupportable” juge ce mercredi matin Emmanuel Lechypre sur BFM TV…

Articles liés

12Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Frédérique , 31 juillet 2013 @ 20 h 56 min

    Sectaire, cynique et incompétent, on ne pouvait rêver mieux pour achever cette parodie de république démocratique dans des délais relativement brefs. Il y a quand même des fois où l’euthanasie a du bon.

  • J. Elsé , 1 août 2013 @ 9 h 44 min

    Contrairement à ce qui se dit et qu’on accepte de croire, Molasson 1° est bien moins bête qu’il n’y parait : son objectif est de détruire ce qui reste de la France telle qu’on l’a connue et aimée. Pour en être persuadé, il suffit de voir qui sont ses alliés et de quelles personnes il s’est entouré : extrême gauche, fonctionnaires inutiles et méprisants (qui n’ont rien à voir avec ceux qui croient à leur mission de service public et qui oeuvrent pour le pays), indépendantistes, européistes, immigrés, puissances étrangères, LGBT, etc…
    L’ennemi est dans la place et pire, nous (pas moi en tout cas) lui avons donné le pouvoir.
    Pour débarrasser la France de cette gangrène, seule une opération radicale sera efficace, et vite, tant qu’il y a encore quelque chose à sauver !

  • jejomau , 1 août 2013 @ 15 h 27 min

    Où on va ?

    Mais en vacances en mobil-home !

  • Tarantik Yves , 3 août 2013 @ 12 h 30 min

    Supplique pour que soufflent les vents d’automne

    A la manière [approximative] de F. Villon

    Ô Dieu qui sur tous a maîtrie 1
    La France meurt et s’affaiblit
    Son prince en est un inverti
    Et le Malin est son ami.
    Le temps nous presse maintenant
    Le peuple souffre et le maudit
    Nous ne pourrons tenir trois ans
    Autant en emporte ly vens.

    Lui et sa très sinistre engeance
    Ont entreprit ruiner la France
    D’aucuns le disent roi des sots
    Qui ne produit que tristes maux.
    La morale est leur ennemie
    Beau mariage en a péri.
    Que soufflent les vents maintenant
    Autant en emporte ly vens

    Ô Dieu qui sur tous a maîtrie
    Nous ne te prions pas en vain
    Car il s’allie au Sarrazin
    Qui détruira notre patrie.
    Ils câlinent l’homosexuel
    Cajolent le mahométan
    Mais brutalisent la pucelle
    Autant en emporte ly vens.

    Envoi
    Ô Dieu qui sur tous a maîtrie
    Ici n’a point forfanterie
    Que les vents soufflent maintenant,
    Nous ne pourrons tenir trois ans…

    Août 2013 Yves Tarantik

    1. Autant en emporte ly vens. Ballade en vieil langage françois. Villon
    Maîtrie, pour maîtrise. Du temps de Villon l’orthographe n’était pas encore fixée.

  • clarck913 , 5 août 2013 @ 2 h 14 min

    Réduisons la dépense publique. C’est assez simple. Priorité nationale (très logique, la plupart des pays, dont les pays du Maghreb, l’appliquent ).

    1- supression de l’AME (800 million par an)
    2- supression des subvensions aux associations (30 milliards par an). Ou du moins aux associations politisées, religieuses, type LGBT, Femen, Act up, la halte, SOS racisme, construction de mosquées….
    3- supression des aides données dans le cadre du droitt d’asile, versées pour toute demande et jusqu’à acceptation ou rejet de la demande, les rejets étant majoritaires ( 315 millions par an)
    4- supression des allocation CAF aux personnes non françaises, ou au moins à ceux qui ne sont pas titulaires d’une carte de 10 ans.
    5- supression du minimum viellesse aux personnes étrangères n’ayant pas ou peu cotisé, sans droits à ouvrir (628 € par mois par personne).
    6- diminution du salaire des politiciens;
    7- non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite
    8- fin des commissions d’études commandées par le gouvernement, en général inutiles, sans effet.
    9- fin des sommes pharaoniques versées en pure perte dans les plans banlieues et aides à l’insertion des jeunes, (ces sommes sont utilisées de la même façon que les aides humanitaires versée aux pays africains).

    Je suis sure qu’on peut trouver d’autres économies à faire.

    Et avec l’argent économisé, mettre en place des stratégies efficaces, financer des formations réellement utiles, comme des CAP dans les secteurs d’emplois où on manque de personnel ( par exemple les bouchers, les patissiers, les infirmières, les gardes d’enfants…)

Les commentaires sont clôturés.