“Il n’y a jamais eu autant d’antifascistes depuis que le fascisme a disparu”

“Il n’y a jamais eu autant d’antifascistes depuis que le fascisme a disparu”

L’historien Frédéric Le Moal, auteur d’une Histoire du fascisme (Perrin), revient pour Le Figaro Vox sur la définition d’un mouvement politique dont le retour fantasmé est invoqué à tort et à travers. Il établit la généalogie intellectuelle d’une doctrine qui puise ses sources dans l’imaginaire révolutionnaire.

Le climat est à la dénonciation d’un « retour du fascisme », notamment par des groupuscules d’extrême-gauche qui s’autoproclament « antifas ». Que vous inspire cette crainte ? Le fascisme en tant que mouvement politique est-il mort ou peut-il renaître de ses cendres ?

Frédéric Le Moal  : Si je voulais répondre par une boutade, je dirais qu’il n’y a jamais eu autant d’antifascistes depuis que le fascisme a disparu. Plus sérieusement, je considère que le fascisme est mort en tant qu’idéologie de masse, et ce pour plusieurs raisons. La première vient bien sûr des horreurs de la Seconde Guerre mondiale et du cortège de tueries auxquels le nazisme et son comparse italien ont associé leur nom, ce qui provoque un rejet total. Ensuite le fascisme a constitué une réponse à plusieurs problématiques qui ont complètement disparu de nos jours : la crise de la modernité libérale de la fin du XIXe siècle, le problème de l’intégration des masses dans des systèmes politiques encore peu démocratiques, le cataclysme qu’a constitué la Grande Guerre (les fascistes, c’est la génération du front qui prend le pouvoir), la peur du bolchevisme et la crise de l’après-guerre. Tout cela a disparu dès 1945. Certes il existe encore des groupuscules se réclamant haut et fort du fascisme mais ce sont justement… des groupuscules ! Nous faisons face à de nouvelles problématiques, à de nouvelles contestations qui n’ont rien à voir avec celles du fascisme. Il faudrait juste faire un effort sémantique.

Pourquoi selon vous la peur du retour du fascisme fait-elle tant recette (plus que le retour du nazisme ou du communisme) ?

Personne aujourd’hui ne peut croire à une résurgence du nazisme et le communisme bénéficie d’une telle indulgence mémorielle qu’il n’effraye pas ou guère. Reste le fascisme et surtout l’antifascisme dont la gauche s’est emparée dès les années 1920. En outre, comment l’antifascisme pourrait-il vivre sans le fascisme ? Ce combat est un puissant instrument d’instrumentalisation politique et un formidable levier de mobilisation, encore de nos jours. Enfin, une fois l’étiquette fort pratique et facile de fasciste accolée à l’adversaire politique, plus besoin de polémiquer avec lui. Il est enfin plus facile d’insulter de fasciste un adversaire que de réfléchir à son idéologie.

Dans votre livre Histoire du fascisme vous vous intéressez à la nature du fascisme italien. Est-il possible de donner une définition précise de ce mouvement ?

C’est en vérité très difficile. Depuis son émergence en 1919, bien des historiens, des politologues, des philosophes ont tenté d’y voir clair dans ce véritable kaléidoscope qu’a été le fascisme, vaste mouvement recrutant à l’extrême-gauche et à l’extrême-droite. On peut pourtant tenter d’avancer quelques éléments : un mouvement révolutionnaire et donc totalitaire, qui unit socialisme et nationalisme, anticommunisme et antilibéralisme, visant à créer un homme nouveau sous la férule d’un État tout puissant pour engendrer une communauté nationale unie, purgée de ses ennemis intérieurs et militarisée, avec un programme d’expansion guerrière.

Contrairement aux idées reçues, vous expliquez dans votre livre que loin d’être un mouvement conservateur, le fascisme porte un idéal révolutionnaire … En quoi ?

Jamais aucun fasciste, et surtout pas le premier d’entre eux, ne s’est considéré comme un conservateur et encore moins un réactionnaire. La plupart des chefs avaient commencé leur engagement politique dans les mouvements de l’extrême-gauche socialiste, marxiste, anarchiste, etc. Et ils ne renièrent jamais ce passé. À leurs yeux, le marxisme en étant matérialiste ne correspondait pas à la soif d’idéal que porte chaque homme en lui. Le leur a été celui d’une révolution avant tout anthropologique visant à créer un homme nouveau, un guerrier patriote par élimination de l’esprit bourgeois fait de lâcheté, d’égoïsme, de goût de l’argent et de trahison. Il s’agissait, sans remettre en cause la propriété privée, de mettre fin au capitalisme libéral par un système corporatiste où l’État prendrait le contrôle de l’économie. L’exaltation de la romanité et de ses vertus guerrières, la mise en place d’un ordre moral pour différencier l’homme fasciste du bourgeois décadent, l’hygiénisme, le corporatisme, l’anticléricalisme et l’antichristianisme : autant de symptômes d’un projet de rupture avec l’ordre ancien que le grand capital, l’Église et la monarchie incarnaient. Un projet en fait issu de la modernité.

Source.

Articles liés

1Commentaire

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • hermeneias , 5 mai 2018 @ 20 h 36 min

    Oui c’est ça sauf que les fachistes d’aujourd’hui sont les anti-fachistes et les libéraux mondialistes meilleurs copains des communistes chinois

Les commentaires sont clôturés.