Nouvelle-Calédonie : le « non » à l’indépendance l’emporte

Nouvelle-Calédonie : le « non » à l’indépendance l’emporte

Lu sur LeFigaro.fr :

Un deuxième «non» à l’indépendance, plus timide que le premier. La Nouvelle-Calédonie a réaffirmé dimanche sa volonté de rester française, par un «non» victorieux (53,26% des voix contre 46,74% pour le «oui»), mais en recul par rapport à la consultation de novembre 2018 (56,67%), selon des résultats provisoires suivant le dépouillement de tous les bulletins. Dans cette collectivité du Pacifique, française depuis 1853, ce reflux (- 3,41 points) représente un avertissement pour les anti-indépendantistes, sur fond de hausse de la participation (85,64%, +4,63 points) des quelque 180.000 électeurs appelés aux urnes.

Dans tous les cas, ce référendum comme le précédent et le suivant, est un scandale :

Quelque 35 950 électeurs inscrits sur la liste générale sont ainsi exclus du scrutin, soit 17%. Il s’agit essentiellement d’Européens arrivés en Nouvelle-Calédonie après 1994.

Avec ces 17%, les indépendantistes n’ont aucune chance. Ces 17% ne pourront pas voter pour le 3e référendum promis dans le cadre de l’accord de Nouméa. S’il y en a un 4e, ils pourront participer et clore le débat comme il se doit. La Nouvelle Calédonie nous coûte un milliard par an mais nous permet de posséder le plus grand domaine sous-maritime au monde (11,6 millions de km2) avec tout ce que cela promet en ressources naturelles. Hors de question de lâcher cette terre où nous avons tout construit lorsqu’elle deviendra prospère, surtout pour la voir colonisée par la Chine.

Articles liés

2Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • zouzou , 5 octobre 2020 @ 11 h 57 min

    Bon, c’est pas tout ça , quelle est la date du prochain vote?…(ils répondent tellement mal à la question)

  • Stephan , 5 octobre 2020 @ 17 h 21 min

    Le mondialisme n’a plus besoin d’Etat mais de liberté de circulations des capitaux et la France est de moins en moins industrialisée, donc les mines l’intéressent moins. alors l’intérêt de ces territoires du bout du monde diminue. Si on trouvait du pétrole, cela changerait la donne.
    Ceux qui ont voté pour rester français doivent avoir des intérêts avec la collaboration de la France, et ceux qui ont voté pour l’indépendance doivent être des laissés pour compte.
    De toute façon, on a toujours gardé des relations avec nos anciennes colonies, et on en aura aussi avec nos anciens territoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *