L’État va donc s’abreuver à la source…

L’État va donc s’abreuver à la source…

Avec une popularité tombée à 31%, Jupiter chu de l’Olympe a tenté de remonter la pente ce mardi 4 Septembre. Comble de maladresse ou petite manoeuvre ? Les hésitations tardives sur le prélèvement à la source de l’énarque-banquier, qu’un moment certains avaient appelé le « Mozart de la finance », ont fait passer l’ombre de l’amateurisme sur ce gouvernement de technocrates, comme si les Français, depuis de nombreuses années n’étaient pas habitués à l’addition des deux. Ce flottement a, toutefois, eu le mérite de concentrer l’attention, de la détourner de la démission de Nicolas Hulot, et de transformer le maintien de ce dispositif pour le 1er Janvier 2019 en fin heureuse, comme lorsque dans un feuilleton médical, le moribond est sauvé in extremis.

On ne sait pas si Macron est sauvé, mais la « macronie » se « bunkerise ». Hulot est remplacé par de Rugy et ce dernier par Ferrand au perchoir. L’affaire Benalla avait suscité le soupçon d’une cour. Effectivement, les courtisans sont bien servis. La société civile avait été appelée par un Président qui se disait au-dessus des partis. Mais c’est autre chose que d’être passé d’un parti à un autre sans fidélité ni conviction. C’est aujourd’hui le bal des hypocrites et des arrivistes. De Rugy sera un « écologiste » docile. Ferrand mènera la chiourme de la majorité des godillots parlementaires à la poigne.

Le trou d’air sur le prélèvement à la source, réel ou simulé, aura confirmé la triste réalité du macronisme. Ce qui est présenté comme une révolution est avant tout une mesure technique voulue par Hollande, adoptée dans de nombreux pays, mais comme par hasard, ni en Suisse, ni à Singapour, ces deux Etats parmi les mieux gérés au monde, qui parviennent à marier le succès économique, notamment en production de haute technologie, avec des balances commerciales positives, à l’intelligence financière qui attire les capitaux, et tout cela sans ressources naturelles. C’est mieux que les pays scandinaves, qui, quant à eux, privilégient l’impôt sur la consommation avec la TVA sociale, plutôt que l’étranglement des contribuables sur leurs revenus. On oublie toujours de le préciser lorsqu’on dit que la pression fiscale y est forte, désormais moins qu’en France, d’ailleurs. La « révolution » du prélèvement à la source n’est même pas une réforme importante en dehors de la communication qui en fera une marque du « réformateur » Macron. Ce n’est qu’une mesure technique dont l’introduction inopportune et les incertitudes qui l’ont entourée auront atteint le principal moteur de l’économie, la confiance ! Moins on touche à la fiscalité, sinon pour la réduire, mieux les esprits sont disponibles pour l’investissement et la consommation. S’il fallait une réforme, c’était celle qui conduisait à la relance de l’offre, et de notre production, celle qui tirait le meilleur parti du tourisme, l’augmentation de la TVA pour réduire les charges sur notre outil de production. Si l’on allait jusqu’à la révolution, alors la diminution massive de la dépense publique et le passage à l’impôt proportionnel auraient été de nature à libérer les énergies.

Au contraire, la France demeure une URSS qui s’enlise dans son socialisme avec 57% de dépenses publiques par rapport au PIB, des prélèvements obligatoires à 45%. L’Etat a simplement décidé de faire rentrer l’argent plus vite dans ses caisses, en demandant d’ailleurs aux entreprises de s’en charger. Il espère augmenter ses rentrées fiscales de 700 millions. Qu’on ne fasse pas croire que cette mesure est faite pour les Français. Elles est faite par et pour Bercy, dont les ministres issus de la prétendue droite ne sont que les porte-parole soumis par carriérisme à des décisions qu’ils ne maîtrisent guère. Une majorité de Français de 60% est, paraît-il, favorable à cette nouveauté. Il faut rappeler toutefois que 42% des Français seulement versent un impôt sur leurs revenus, et que parmi ceux-ci, 10% contribuent à 70% des recettes, et 2% à 40% dans un Etat qui se vante d’une redistribution très généreuse, ce « pognon dingue » dont parlait Macron, de moins en moins cohérent. Un pays qui cherche à améliorer ses recettes fiscales techniquement au lieu de les obtenir par la croissance de son économie est un pays tragiquement socialiste ! Coincé entre ses discours et ses agissements contradictoires, le pouvoir va donc devoir aménager son dispositif, pour faire en sorte que la capacité pour les contribuables les plus fiscalisés d’utiliser leur argent dans un but altruiste puisse encore bénéficier des « niches » fiscales, ou des dons si utiles au logement social, à la France ultra-marine, aux entreprises innovantes ou à la vie associative.

Au-delà de la technique, l’idéologie pernicieuse poursuit son travail de taupe : l’impôt individualisé sur le revenu remplace la notion de foyer fiscal. C’est sournoisement un pas de plus vers la destruction de la famille, cible permanente des économies nocives depuis le dernier quinquennat. Enfin, « l’économie d’abord », comme priorité apparente du gouvernement dissimule le fait que celui-ci néglige ce qui est l’essentiel : le délabrement moral de la nation, minée par une perte d’identité, par un morcellement communautaire, et par une violence qui amène les Français à s’interroger : les impôts, mais pourquoi ?

Autres articles

7 Commentaires

  • jejomau , 6 Sep 2018 à 6:58 @ 6 h 58 min

    Oui, ce n’est pas qu’une mesure technique

    Oui, le foyer est impacté

    Mais c’est aussi une mesure qui se met en place au moment où l’Etat est quasiment en faillite. Par conséquent, quand des mesures d’austérité vont être mises en place (comme en Grêce) l’Etat continuera à percevoir l’impôt et même mieux qu’avant alors que la population sera exsangüe.
    Par ailleurs, au moment de le la mise en place du pseudo-mariage, un grand nombre avait manifesté une certaine révolte contre le fisc sur le territoire. Par exemple en payant leur impôt avec des piécettes de centimes… Pour la mise en place de la PMA , qui est rejetée par la population, tout sera cadenassé à l’avance…

  • hermeneias , 6 Sep 2018 à 9:24 @ 9 h 24 min

    Merci pour cet article et bonne synthèse de la situation !

    Maintenant la question est , les français vont-ils se réveiller alors que les médias-couchés font les vrp du liberal-fascism makronien ( dont makron est le pantin articulé ) et nous préparent à la grande orgie fiscale d’un gouvernement aux abois et prêt à tout ?
    Va t-il y avoir moyen de résister et de bloquer les prélèvements abusifs sur les quelques français qui payent des impots ?

    Ou bien faut-il faire ses bagages ?

  • Charles , 7 Sep 2018 à 11:17 @ 11 h 17 min

    Cela vient de sortir, c’est encore tout chaud.
    La féminité de France dans toute sa splendeur.
    La grâce précieuse de 4 jeunes femmes, ode à la vie.
    A faire hurler de rage les féministes transgenristes …

    https://www.youtube.com/watch?v=TzqS9S25Tzs

  • Daniel PIGNARD , 7 Sep 2018 à 11:53 @ 11 h 53 min

    Les chefs d’entreprise vont pouvoir exiger que cet impôt soit conforme en tous points à l’article 13 de la déclaration de 1789 qui est constitutionnelle avant de le prélever.
    ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

    De Quelle rémunération le chef d’entreprise pourra bénéficier pour le travail de calcul et du prélèvement de l’impôt ?
    Tout travail mérite salaire.

  • hermeneias , 7 Sep 2018 à 13:00 @ 13 h 00 min

    Oui d’accord Daniel PIGNARD

    Mais il n’y a pas que les chefs d’entreprise ! Il y a tout ceux qui rackent et qui bossent !
    La répartition de la “contribution commune” qu’est l’impot est loin d’être uniforme et équitable…

    Mais voilà que les maqrognons veulent plonger leurs mains sales dans les poches des con-tribuables français , et se servir direct , pour faire rentrer un “pognon de dingue” vite fait et réparer éventuellement les dégats …..après !
    Bon courage !
    Il y a eu les pigeons , les moutons , les bonnets rouges ….Et maintenant ???

  • jejomau , 7 Sep 2018 à 14:16 @ 14 h 16 min

    et les eurodéputés : on les prélève à la source aussi ?

    https://www.youtube.com/watch?v=s3YSIrQ19Os

  • Tite , 7 Sep 2018 à 15:19 @ 15 h 19 min

    Mince alors ! Les Brigandes ont pris des cours de chant !

Les commentaires sont fermés.