Faire fructifier le capital historique

Faire fructifier le capital historique

Au moins pour le principe, on se doit d’applaudir aux succès de la 36e édition des journées européennes du patrimoine des 21 et 22 septembre. Cette intelligente invention française, remontant à 1984 et au passage remarqué de Jack Lang au ministère de la Culture, fonctionne 2 jours par an sur 365. Elle pourrait en elle-même susciter, toutefois, en tant que concept, diverses réserves.

Pas de patrimoine durable en effet sans conception claire des droits de propriété et de leur fonction sociale. Dans un pays où le désir d’enfant, posé comme un besoin de marchandise, est supposé tout permettre, soulignons le fait qu’une église, un vieux cloître ou un château n’a été construit qu’en vertu d’un certain fonctionnement.

On doit tout de même agréer, en règle générale, les rares exercices d’admiration pour les legs de nos aïeux, dès lors qu’ils ne s’accompagnent, par définition, ni d’un dénigrement du passé, ni, pire encore d’une entreprise de souillure.

Dans un monde où l’on confond laideur et beauté, où l’on encourage les tags présentés comme art de la rue, où l’on assimile la destruction à la créativité, cette démarche devrait être plus intelligemment encouragée.

Visiter la Farnesina à Rome, régulièrement pleine, c’est quand même mieux que d’arpenter un local vide du parti socialiste.

Car, point essentiel, tout ne se vaut pas. La fête de la Musique, invention de la même Mitterandie, assimile allègrement, dans la nuit du solstice de juin, les concertos brandebourgeois et le rap, dans le même sac transformé ipso facto en sac-poubelle. Une visite à la FIAC, même espacée tous les 20 ans, pourrait, elle aussi, suffire à nous édifier quant à la déliquescence culturelle de l’art contemporain. L’anti-art de Marcel Duchamp n’est jamais bien loin.

À l’inverse, avant de quitter Athènes, j’ai eu le bonheur de pouvoir découvrir le musée de l’Acropole inauguré il y a 10 ans en 2009. Les années passent vite, pour la vie humaine, et en l’occurrence, dans l’existence d’un peuple, les siècles s’écoulent, les uns sombres et les autres lumineux : c’est un aspect fascinant de l’Histoire grecque que d’en mesurer les cycles, de destruction par les envahisseurs, puis de reconstruction.

Voici un musée d’un nouveau type, un lieu intelligemment dédié à la culture. On doit la construction du bâtiment à la direction de l’architecte franco-suisse Bernard Tschumi, assisté de son confrère grec Photiadis. Cette institution possède une âme. Le visiteur a la faculté d’y admirer un nombre assez impressionnant de chefs-d’œuvre, sculptures de marbre, métopes, monnaies, couronnes, vases ou amphores, voire même à l’entrée de la visite deux sublimes terres cuites retrouvées intactes, mais aussi de prendre connaissance d’explications bien faites les situant dans leur perspective historique.

Et l’on peut y comprendre comment la colline sacrée d’une ville a pu traverser les millénaires survivant à la destruction perse, à la conquête romaine, à la transformation chrétienne, à la stérilisation ottomane, rebondissant toujours.

Certes on pourra s’étonner que l’administration locale fasse dépendre cette institution d’un ministère gérant à la fois la “Culture” et les Sports. Quand on se représente le rôle d’abrutissement, et, disons-le, d’Inculture, associé au sport spectacle, au “sport” devant un écran de télévision, on peut s’inquiéter.

Mais après tout le sanctuaire de Delphes ne contredit pas celui d’Olympie. Et n’est-ce pas aux Jeux olympiques d’Athènes de 1896 qu’un certain Maurras prit conscience de ce qui allait être la doctrine de sa vie, non pas le chauvinisme de masse, mais ce qui se voulait au contraire une défense de la civilisation classique.

Nous le savons bien : la plus belle des créatures risquera toujours d’être prostituée. À nous de propulser les vraies valeurs vers le futur.

Mais alors, nous autres Européens, sommes-nous destinés à n’être jamais plus, penseront avec dédain les orgueilleux inutiles, “que” des gardiens de musée ?

À la vérité, ce serait déjà bien que nous soyons “au moins” les protecteurs de nos chefs-d’œuvre, en attendant de redevenir les acteurs de notre histoire. Ne perdons pas de vue que dans le développement inéluctable, finalement salubre si elle est gérée de manière pertinente, de l’industrie touristique le supplément culturel devient un atout pour le peuple sachant faire fructifier le capital historique. Une infinité de métiers et d’entreprises, d’intérêts économiques et d’opportunités humaines se trouvent attachés à ce secteur de services.

C’est un très beau titre professionnel que celui de “conservateur”, un très beau parcours universitaire que celui de l’archiviste paléographe.

L’École des Chartes c’est autrement plus utile à la France que son école d’administration.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog LInsolent.fr

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Memoires Jean-Marie Le Pen