Le philosophe Vincent Cespedes sur le plateau (complètement médusé) de CNEWS : “Je comprends la violence” des pauvres

Le philosophe Vincent Cespedes sur le plateau (complètement médusé) de CNEWS : “Je comprends la violence” des pauvres

“Partout dans le monde, (…) quand il y a de la pauvreté et aucun moyen d’exprimer des possibilités d’espoir, les désespérés deviennent violents. (…) À un moment, l’exaspéré, le désespéré qui n’en peut plus, on lui dit ‘tais-toi, non seulement tu es accablé par la misère mais on ne te laisse pas la possibilité de t’exprimer, eh bien c’est une violence compréhensible, normale. Et c’est bizarre que ça fasse scandale sur un plateau. Rappelons-nous des mots de l’abbé Pierre. Il nous manque peut-être des figures en prise avec la pauvreté du monde. L’abbé Pierre, lui, il excusait la violence des pauvres. Il disait : ‘Ceux qui ont tout pris dans les assiettes, et qui ensuite se plaignent de la violence des désespérés, ils ont plus de sang sur les mains que les désespérés qui prennent les armes’.”

Autres articles

5 Commentaires

  • kanjo , 10 Jan 2019 à 12:07 @ 12 h 07 min

    à croire que les journaleux ne comprennent pas le français !
    comprendre ne signifie pas approuver !
    oui, on peut comprendre la violence des laissés pour compte. Il va même falloir que le gouvernement la comprenne s’il veut pouvoir la neutraliser.

  • yves tarantik , 11 Jan 2019 à 14:01 @ 14 h 01 min

    Oui ces journaleux sont plus pressés de faire la leçon que d’écouter (voire de réfléchir… mais là j’élucubre !), et dire que ce sont ces gens-là qui du haut de leurs pâquerettes croient aider à cultiver le citoyen français !

  • Hilarion , 11 Jan 2019 à 19:32 @ 19 h 32 min

    Cette république dont on nous rebat les oreilles n’est elle pas née des pires atrocités. Le génocide vendéen ou se multiplièrent les Oradour sur Glane, les Colonnes infernales, les noyades de Nantes, les têtes au bout de piques. Pas violent tout ça ? En tout cas pas vu du côté des
    assassins !

  • Bernard , 13 Jan 2019 à 11:27 @ 11 h 27 min

    Je ne comprends pas la journaliste en tailleur mauve. Pourquoi empêche-t-elle Monsieur CESPEDES de s’exprimer. Elle est mandatée par qui ? un politique, un patron. Moi-même qui suis philosophe, je comprends CESPEDES. Comprendre ne veut pas dire justifier ni excuser. Madame la journaliste ne comprend pas le sens des mots.

  • Desgardin , 13 Jan 2019 à 12:57 @ 12 h 57 min

Les commentaires sont fermés.