Pinocchio en Europe

Pinocchio en Europe

Une bonne part de l’opinion française se passionne, et la polémique s’enfle, depuis trois jours, à juste titre, pour l’héroïque sacrifice de deux soldats. Leur mission tendait à sauver deux voyageurs irresponsables et deux touristes étrangères. Ils l’ont accomplie, au prix de leur vie. Ils méritent un véritable hommage d’une nation, qui gagnerait en la circonstance à se savoir unanime. Il importe de le leur rendre ainsi qu’à leurs camarades des forces spéciales de l’Armée française. Car les soldats français se trouvent engagés, une fois encore, en Afrique, dans la défense du flanc sud d’une Europe insouciante et consommatique[1]. Ne l’oublions pas. Mémoire éternelle.

Dans un tel contexte, votre chroniqueur ne cherchera pas à hurler avec les loups, exprimant leur colère contre ces otages, certes quelque peu comptables, par leur imprudence, d’avoir fait verser le sang français de Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello.

Car le pouvoir, qui s’enorgueillit de leur geste, s’expose de nouveau à retrouver à un tout autre débat au sein de l’Union européenne où il s’est si imprudemment engagé lui aussi.

Il ne s’agit pas seulement d’une campagne électorale à haut risque. Les mauvais sondages et les perspectives très floues quant au rôle du parti présidentiel, représentant de l’Hexagone au sein du parlement des Vingt-Huit, devraient suffire à préoccuper le gouvernement de Paris.

Voilà qu’il s’investit en effet, au sein de l’Union européenne dans un débat parfaitement glauque autour de la future composition et de la présidence de la Commission de Bruxelles.

Le 10 mai en Roumanie, les chefs d’États et de gouvernements se réunissaient dans la bonne ville de Sibiu. Ils n’ont pas manqué d’évoquer dans ce cadre l’application d’une clause, certes encore mal comprise, mais décisive, du traité de Lisbonne signé en 2007. Ce document s’étale sur 145 pages, dans sa version française. Il n’est évidemment guère connu du grand public. En France, le public n’y a vu que le décalque son prédécesseur, jeté à la poubelle par référendum. Cuisiné sous les ordres du chef Giscard, tendu sans conviction par les serveurs Chirac et Villepin, le plat n’avait pas plu aux électeurs de la république jacobine en 2005. On le leur a donc resservi, sans décrire la recette, en changeant d’appellation, et en glissant sur les ingrédients supposés indigestes. Étrange conception, ont pensé beaucoup Français de la démocratie, théoriquement pouvoir du peuple.

Or, l’une des quelques nouveautés[2]adoptées en 2007 dans le cadre du nouveau traité concernait l’investiture du Président de la Commission et du collège par le Parlement.

Jusque-là l’exécutif bruxellois était composé de personnages essentiellement consensuels. Ils étaient choisis, en particulier par les dirigeants tant français qu’allemands ou britanniques en se souciant qu’ils ne procurent aucun ombrage aux gloires souveraines respectives d’un Sarkozy, d’un Cameron ou d’une Merkel. On créait simultanément un poste de Président du conseil européen, élu pour un court mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois, et on l’attribua d’abord à Herman van Rompuy. On nommait aussi Catherine Ashton d’Upholland haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Tout cela ne mangeait pas trop de pain. Plus tard Jean-Claude Juncker accéderait à la présidence de la commission dans un processus à peine inchangé, conforté par l’accord, au sein de l’assemblée désormais maîtresse du jeu entre les anciens démocrates chrétiens du PPE et les socialistes du PSE.

Or, aujourd’hui, et conformément à la règle démocratique les cartes ont été rebattues par les parlementaires. S’appuyant sur le traité ils considèrent d’une façon fort logique que, tenant compte du résultat futur des élections du 26 mai, la présidence de la commission doit revenir à la tête de liste du groupe ayant remporté le plus grand nombre de suffrages et de sièges.

Or, au nom des autorités publiques parisiennes le président Pinocchio dont le nez s’allonge chaque fois qu’il parle, se trouve le seul à publiquement prétendre s’y opposer[3]. Tel Corne d’Auroch refusant, dans la chanson de Brassens, de se soigner “parce que c’était à un Allemand qu’on devait le médicament”, la candidature du Bavarois Manfred Weber déplaît à Sa Grandeur jupitérienne.

Sans doute, en 2017, un certain nombre d’électeurs français et de dirigeants étrangers se sont-ils illusionnés quant à la nature réelle du pouvoir technocratique élyséen, quant aux projets de réformes, quant aux perspectives européennes. Tout cela semble bien dissipé désormais. On pense à cette histoire qui se racontait en Pologne sous domination soviétique. La maîtresse d’école interroge la petite élève heureuse la semaine précédente d’annoncer la naissance de six chatons, tous communistes… “le sont-ils toujours ?”. Non, répond l’enfant, un seul : les autres ont ouvert les yeux.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog LInsolent.fr.

Apostilles :

[1] Cette lutte peut et doit aussi être comprise comme une défense de la Chrétienté “Six personnes tuées dans une église dans le nord du Burkina Faso
[2] Cf. fiches de la Fondation Robert-Schuman
[3] Cf. l’article de L’OpinionEmmanuel Macron ne veut pas de Manfred Weber à la tête de la Commission.”

Autres articles