L’imposture macronienne : 2 – L’inversion des priorités

L’imposture macronienne : 2 – L’inversion des priorités

Ce 14 Juillet, jour de Fête nationale, un mot vient au lèvres : « fierté ». Fierté nationale, bien sûr, qu’on doit ressentir aujourd’hui, par exemple en regardant l’habituel défilé sur les Champs Elysées. Le président que nous subissons n’a pas manqué son gadget de communication habituel. Cette fois, il s’agissait de la création d’un « Commandement de l’Espace ». Voilà qui donne de la dimension au cocorico ! En fait, il s’agit d’un habillage pour un développement technique de nos forces aériennes qui est commencé depuis longtemps. C’est une manière de souligner l’atout de la France en Europe : notre pays ne possède pas la première économie, ni la plus performante, mais il dispose de l’armée la plus puissante et la plus opérationnelle. A l’heure où la vente d’Alstom nous fait perdre notre autonomie nucléaire, c’est une compensation psychologique, un placebo politique.

En revanche, les Champs-Elysées, la plus belle avenue du monde, dit-on, éveillent-ils encore un sentiment de fierté sans partage ? Depuis l’année dernière, ils sont au contraire devenus à plusieurs reprises le lieu d’expression de nos échecs, le rendez-vous de nos contradictions, notamment celles qui opposent les priorités des discours officiels à la réalité de notre pays et à ses exigences, le terrain de protestation préféré, même lorsque celle-ci prend l’apparence de la fête. Le saccage de l’Arc-de-triomphe, le vandalisme subi par les magasins de luxe ou les banques, ont eu un retentissement dans le monde entier. Surtout, ils faisaient apparaître la rupture entre deux et peut-être trois France : celle qui vit bien la mondialisation, celle qui en souffre et qui, en gilets jaunes, manifestait sur le territoire symbolique de la première, et puis celle qui est à l’affût de tout désordre pour casser et pour piller. Mesure-t-on à quel point les gentils rassemblements contre le réchauffement climatique et la priorité accordée dans les discours présidentiels à cette question, heureusement marginale en France, cachent les véritables priorités.

Parmi celles-ci, ce sont encore les Champs-Elysées qui en ont souligné récemment la plus urgente : l’immigration. Non seulement celle-ci est excessive et depuis fort longtemps, mais encore elle n’est pas contrôlée et limitée à d’éventuels besoins économiques : elle prospère par le regroupement familial, et le maintien sur le territoire de clandestins, elle est facilitée par la générosité du droit d’asile et l’accompagnement social excessif comme l’Aide Médicale d’Etat. Enfin, l’assimilation des étrangers ne fonctionne plus. On fabrique des Français de papier qui ont souvent une autre nationalité et n’éprouvent manifestement pas le sentiment d’une appartenance à la nation française. Les débordements qui se sont produits après la victoire de l’équipe de football algérienne sont un signe inquiétant de l’échec de notre politique d’immigration. Ils ne doivent pas être minimisés car ils rappellent le match interrompu entre les deux équipes française et algérienne en 2002 : Marseillaise sifflée, pelouse envahie par les supporters algériens, dont beaucoup possédaient sans doute la « double nationalité ». Un journal commentait à l’époque en écrivant que la France n’avait pas réglé le problème de ses banlieues, comme si la question était sociale et la France responsable de la mauvaise réponse. Non, c’est la politique d’immigration suicidaire qui est la cause de cette difficulté. Tout vient de la confusion entre la résidence et la citoyenneté. La France est devenue un terrain vague sur lequel il suffit de se trouver pour se croire les mêmes droits que les nationaux. On invoque les droits de l’Homme, mais en oubliant que notre déclaration évoque les droits de l’Homme et du Citoyen, et que ceux du second l’emportent évidemment sur ceux du premier.

Être citoyen, c’est être membre de la Cité, être solidaire de son destin. L’acquisition automatique de cette dignité, la possibilité d’avoir plusieurs « nationalités », la réduction des avantages du citoyen par rapport à l’étranger, la capacité pour un « double-national » d’être élu, voire ministre sont absurdes. La politique poursuivie et amplifiée par Macron est absurde. Dans ce domaine plus que dans d’autres, le principe de précaution devrait jouer : peut-on accepter que pèsent dans des élections des choix qui ne reposent pas sur la volonté de servir l’intérêt du pays ? Lorsqu’on va brandir sur les Champs-Elysées un autre drapeau que le nôtre, qu’on se livre à une démonstration de force et à des débordements, ou lorsqu’on fait régner dans de nombreux quartiers une loi qui n’est pas la nôtre, lorsqu’on exhibe des vêtements qui affichent l’appartenance à une communauté différente, il y a derrière ces comportements la même intention provocatrice. A Montpellier, une femme en est morte. Ces faits sont l’image de l’immigration d’hier. Mais c’est un autre lieu de notre fierté nationale, le Panthéon, que des clandestins ont osé occuper pour revendiquer des droits, alors même que ces droits devraient être suspendus à un seul : le droit d’être présents sur le territoire français… qu’ils n’ont pas.

En ce jour de Fête Nationale, il faut plus que jamais affirmer que l’identité nationale est indissociable de la citoyenneté, et que notre pays est en train de voir disparaître l’une et l’autre !

Autres articles

3 Commentaires

  • HuGo , 16 Juil 2019 à 9:01 @ 9 h 01 min

    Tant que les Peuples de France qui forme le Peuple de France (je ne pense qu’à ceux qui désirent la France face aux autres de plus en plus nombreux)n’auront pas décider de sortir de l’EU, de l’euro, de l’Otan, tant que la France ne sera pas souveraine à part entière et pour cela il n’y a qu’un mouvement qui le prône depuis une décennie (UPR) et qui est trop peu suivi, la France va décliner…Elle peut encore tomber au plus bas en vingt ou quarante années ! Plus tard le sursaut salutaire viendra, pire il sera et plus cher sera l’addition à tous points de vue, même vitaux !
    Je n’ai plus pu regarder le défilé, qui me semblait (à mes yeux) être celui de la collaboration des années sombres. TRISTE ! PÉNIBLE ! LAMENTABLE !
    J’invite simplement à visionner entr’autres pour bien comprendre que tout espoir n’est pas perdu. Il cite les très stratégiques turbines des réacteurs nucléaires à récupérer pour autant que la fibre patriotique y soit, mais y -a-t-il volonté ????….c’est là où Frédéric Pierucci, pourtant très concret (‘le piège américain’- Frédéric Pierucci, avec Matthieu Aron, éditions JC Lattès), me semble pécher par excès, par aveuglement, car je pense que la France est encore plus naïve qu’il l’affirme en très bonne connaissance de cause, lui !
    https://www.youtube.com/watch?v=dejeVuL9-7c

    Prenons exemple sur les USA, qui eux, à juste titre, défendent bien leur pays et l’aiment !
    Cela ne se pourra jamais qu’après la libération de la France des jougs étrangers, qu’avec un retour à la souveraineté pleine et entière !
    Marie-France Garaud affirmait du temps de Giscard-Chirac – et elle n’a récolté que 3% des voix du Peuple-, elle affirmait que la France devait contrôler ses frontières, détenir le pouvoir législatif, sa Défense et sa monnaie INDÉPENDANTES. TRISTE !!!
    Il y a de nos jours de très belles forces qui suivent ses traces, mais elles sont ignorées de la plupart. Que faudra-t-il subir avant que FRANCE rebondisse enfin ?

  • ESCLAFIT Pierre , 16 Juil 2019 à 19:22 @ 19 h 22 min

    Non hélas Monsieur Vanneste, je ne suis plus fier de ce défilé du 14 Juillet et des militaires qui autrefois représentaient la France, mais qui aujourd’hui hélas ne représente que son Chef Macron. Cette armée délaisse leu peuple français à ses malheurs, à ses ennemis de l’intérieur et qulques uns des chefs comme le Général Le Ra

  • ESCLAFIT Pierre , 16 Juil 2019 à 19:28 @ 19 h 28 min

    Non hélas Monsieur Vanneste, je ne suis plus fier de ce défilé du 14 Juillet et des militaires qui autrefois représentaient la France, mais qui aujourd’hui hélas ne représentent que leur Chef Macron. Cette armée délaisse le peuple français à ses malheurs, à ses ennemis de l’intérieur et quelques uns des chefs comme le Général Le Ray interdisent d’intervenir pour sauver des jeunes français au Bataclan. Il récidive en laissant penser que les forces de l’ordre devraient tirer à balles réelles sur les manifestants gilets jaunes. Alors aprés de nombreuses années à regarder avec fierté cette armée de la Nation dont nous étions si fiers, je reste’ dans mon lit douillet pour le 14 juillet.
    Nous verrons si le peuple français sera capable de sursaut de courage pour virer brutalement cet olibrius de la politique ad vitaem éternam. Alors peut être avant de partir ma fierté se ranimée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *