La terrible erreur de jugement de Trump et Macron sur la Syrie…

La terrible erreur de jugement de Trump et Macron sur la Syrie…

L’erreur des Occidentaux dans la bataille d’Alep qui ont soutenu les « rebelles » terroristes en condamnant les faux bombardements sur les hôpitaux où étaient retenus des milliers d’otages civils Alep n’aurait-elle servi à rien ? Y-a-t-il d’un côté les méchants du « régime » syrien soutenus par les Russes, et d’ l’autre les gentils terroristes dont on sait qu’ils maintenaient prisonniers des milliers d’habitants dans Alep Est puis dans la Ghouta ?

Pourquoi, comme dans le cas de empoisonnement de Salisbury, les responsables qui vont de Trump à Macron en passant par May, n’ont-il pas attendu de vraies preuves plutôt que de décider d’une action de répression sur des « on-dit » voire des fake-news diffusés avec des images douteuses en provenance d’organisations dont on sait qu’elle sont intimement liées aux terroriste, comme l’OSDH ou les casques Blancs ?

Pourquoi, et surtout dans quel but ? Faire peur à Poutine qui se dit prêt à appuyer sur le bouton rouge qui déclencherait l’apocalypse ? Son long discours de deux heures, le 1er mars dernier, devant la Douma a-ti-l été oublié de nos gouvernants ? Pourtant il y détaillait avec force et précision la puissance militaire russe qui surpasserait celles des États-Unis.

On sait que Donald Trump n’est pas d’une finesse absolue et que le dernier faucon qui parle à ses oreilles risque de se faire entendre ? Au prix d’une nouvelle guerre mondiale ? Le président américain beaucoup plus au fait des problèmes financiers et économiques que de la politique étrangère peut-il nous plonger dan un nouvel affrontement cataclysmique ? Et pourquoi, notre jeune et bouillant président Macron devrait-il le suivre, alors que ni dans le cas de l’empoisonnement de Salisbury, ni dans le cas d’un bombardement chimique, il n’y a aucune preuve formelle.

Ah si, on sait que le poison « russe » pouvait être fabriqué par n’importe qui. On sait, avec preuves filmées à l’appui, que lors de la libération de La Ghouta, des stocks importants d’obus chimiques ont été découverts chez les « rebelles ». Comment Trump et Macron peuvent-il croire qu’Assad massacrerait son peuple à coups d’obus chimiques alors qu’il vient de gagner la guerre après huit ans de combats. Ne craignent-ils pas une escalade incontrôlable alors que la Chine vient d’apporter son soutien militaire à Moscou ?

Macron a menti aux téléspectateurs de Jean-Pierre Pernault lorsqu’il a affirmé avoir la preuve de l’implication d’Assad dans le bombardement chimique de La Ghouta. Quelles preuve a-t-il ? Le journaliste ne lui a, hélas, pas posé la bonne question.

Alors, pourquoi, sans preuve, les médias et les politiques de l’ouest accusent-ils Assad et Poutine de crimes de l’humanité ?

Venant d’un pays qui a lancé deux bombes atomiques sur le Japon, cela pourrait prêter à sourire. Surtout si les preuves qui n’existent pas apportées devant le Conseil de Sécurité de l’ONU ne prouvent rien d’autre qu’une accumulation de « fake-news », digne du tube d’anthrax présenté en février 2003 devant ce même conseil par Colin Powell afin de faire tomber Saddam Hussein.

Le monde serait-il devenu assez fou pour que les fausses nouvelles, pour que l’inexistence de preuves nous entraînent dans un conflit dont nul ne peut juger comment il finira ?

Floris de Bonneville

Autres articles

13 Commentaires

  • Charles Martel , 16 avril 2018 @ 8 h 28 min

    Non content de laisser son gouvernement violer quotidiennement le droit français en politique intérieure, montrant ainsi que la France n’est décidément pas un état de droit ni une démocratie, Macron viole délibérément le droit international en se présentant comme un va-t-en-guerre et un vassal des Etats-Unis, prenant ainsi le risque d’une déconsidération durable de la France sur la scène internationale. En fait de vassal des Etats-Unis, ce serait plutôt vassal de l’Arabie Saoudite et du Qatar qu’il faudrait dire. L’Histoire jugera, et ce ne sera pas en notre faveur… Enfin, s’il y en a qui veulent aller faire du tourisme à St Petersbourg ou à Moscou, je leur conseille d’attendre un peu…

  • winnier , 16 avril 2018 @ 8 h 39 min

    En ce qui concerne le tourisme des Français à Moscou .aucun risque les Russes sont des gens intelligents et pacifiques, Ils connaissent la situation des Français loin d’être tous Macronistes plutôt opposés a sa politique .

  • MAILLOT JEAN FRANCOIS , 16 avril 2018 @ 9 h 40 min

    Non, il n’y a pas eu d’erreur de jugement de la part d’Emmanuel Macron, pardon du Président. Ses brillantes conseillères spéciales Marlène Schiappa et Aurore Bergé l’ont brillamment démontré sur BFM TV, après le “show de Chaillot”, en nous montrant qu’elle connaissaient par cœur le credo présidentiel. Mais dommage de ne pas nous avoir apporté les fameuses preuves de la responsabilité du Président Assad. Bon ce n’est pas tout, maintenant que l’on a été guerroyer avec Donald, il va falloir changer de ritournelle sur son compte. Il n’est plus question de le destituer, mais de le glorifier.

  • Boutté , 16 avril 2018 @ 10 h 20 min

    Se dépêcher de détruire les preuves avant l’enquête : tout bénéf pour les menteurs. Mais du moment que ça fait plaisir à Israël, pourquoi se gêner ?

  • Lionel , 16 avril 2018 @ 10 h 41 min

    [Poutine] « détaillait avec force et précision la puissance militaire russe qui surpasserait celles des États-Unis.« 
    Cette phrase rend l’article peu crédible puisque l’on sait que le budget militaire US dépasse 600 Mds $, celui de la Russie atteignant 50 Mds $.

  • Paule C , 16 avril 2018 @ 12 h 24 min

    Ce n’est pas une erreur, c’est une lourde faute :attaque sans justification, en dehors du droit international, contre le mauvais adversaire. Consternant, et inquiétant.

  • Rorol , 16 avril 2018 @ 18 h 54 min

    le roquet essaie de se faire une place au soleil, il y a de quoi rire

Les commentaires sont fermés.