Notre-Dame de Paris : risques, enseignements et espoir

Notre-Dame de Paris : risques, enseignements et espoir

Il fallait au moins ça pour fermer – temporairement – le clapet du Président de la République ; devant s’exprimer lundi soir dans une énième adresse à la Nation inutile, il n’en aura pas eu l’occasion : Notre-Dame de Paris était en proie aux flammes au moment où il devait faire son allocution, dès lors remise à plus tard.

La flèche de Viollet-Le-Duc détruite, la toiture dévastée, le pire était à craindre pour le reste de l’édifice qui a subi l’outrage du feu alors qu’un chantier de réfection venait d’être lancé. L’émotion a été grande dans toute la capitale, en France et partout dans le monde alors que les images montraient la cathédrale enfumée dont la charpente s’écroulait inexorablement, mangée par l’incendie.

Au matin cependant, l’espoir était permis : le monument est resté globalement solide et reconstruire les parties détruites s’avère possible. Ce sera, évidemment, un travail d’ampleur qui nécessitera de gros moyens, financiers notamment.

Les cagnottes n’ont pas manqué de se multiplier, et Macron s’est bien évidemment immédiatement proposé pour lancer une souscription nationale, alors même que les dons de milliardaires arrivaient déjà : la famille Pinault entend investir 100 millions d’euros pour la reconstruction du monument, et la famille Arnault annonce quant à elle un don de 200 millions pour la même cause.

Au passage, ces dons (qu’on pourra faire directement à la Fondation du Patrimoine) et ces cagnottes donnent quelques importantes informations.

D’une part, cela montre que beaucoup de Français sont effectivement prêts à payer pour la restauration de ce chef-d’œuvre, sans qu’on les force. Compte-tenu du monument en question, on les comprend aisément et on se doit alors de poser la question : puisqu’il en est ainsi pour la plupart des monuments et lieux d’exceptions du pays, on ne peut que constater l’inanité du Ministère de la Culture et du Patrimoine, incapable avec son budget pourtant colossal de répondre à sa mission de base, à savoir conserver notre patrimoine intact. Manifestement, Français riches et moins riches s’en chargent mieux que ce ministère, plus apte à défigurer les grands monuments de leurs Plugs verts et autres Vagins de la Reine hideux qu’à prévenir ce genre d’incendies tragiques.

De façon diamétralement opposée, ces dons font ressortir aussi tout ce que la France compte de petits jaloux, de frustrés et autres aigris qui ont un mal viscéral à supporter la réussite et la richesse des autres : les dons des milliardaires permettent ainsi de s’exprimer à la pire lie communiste et envieuse que la France a trop généreusement nourrie, ceux dont la commissure des lèvres se charge de bile à l’idée qu’on se passera très bien d’eux et de leurs frustrations de jaloux maladifs pour relever l’édifice.

D’autre part, cela prouve amplement que pour les événements, les monuments et les réalisations exceptionnelles, on sait trouver des moyens financiers, a contrario des lubies et autres stupidités poussées par nos élus. Quelque part, ceci est plutôt rassurant sur le bon sens moyen des Français. Ça l’est nettement moins sur la lucidité de ces élus qui poussent, insistent et se battent pour avoir leur gare et leur TGV sans passagers, leurs transports en commun vides, leur autoroute sans automobilistes, leurs zones d’activités sans activité, etc…

Enfin, difficile de ne pas noter que 300 millions proviendront donc directement de capitalistes richissimes. Comme quoi, l’État ferait nettement mieux de les laisser tranquilles plutôt que « faire payer les riches » qui, finalement, savent bien où et quand mettre leur argent, y compris pour le « bien commun », et en tout cas nettement mieux que l’État qui, dans tout cela, a encore une fois démontré toute la nullité de sa gestion : des armées de fonctionnaires au Ministère et pas un pour aller pisser et éteindre les flammes, des années à repousser à plus tard les réparations nécessaires, les faire au dernier moment, et réussir le pari de provoquer le chaos total. Bref, c’est une illustration fidèle de ses capacités réelles de nuisance.

Les moyens financiers afflueront donc, et la cathédrale sera reconstruite. Comme d’autres cathédrales ont été détruites puis reconstruites, celle de Paris, chef-d’œuvre gothique et hautement symbolique pour tout le pays, sera reconstruite. Et s’il y a un risque, il n’est certainement pas dans les qualifications des ouvriers et artisans qui travailleront sur cet immense chantier. Soyez-en sûrs : non seulement, il y aura les compétences, mais il y aura aussi l’argent…

Non, le risque, il est dans le harponnage par la chienlit politique qui va tout faire pour tirer la couverture à elle.

Il faudra bien sûr passer le temps de l’émotion, il faudra que le train-train quotidien reprenne, mais c’est garanti : les sangsues de droite et de gauche vont vouloir se greffer à l’événement pour tenter d’en tirer une part d’exposition, de prestige, de lustre facile.

Et bien évidemment, il n’est pas à écarter que ces cancrelats interviennent pour avoir tel bricole d’un zartiste de leurs amis poussée dans le cadre de la réfection (« Regardez, ce teckel rose en polyuréthane de 2 mètres de haut rendra magnifiquement dans cette allée, c’est certain ! »), de la réouverture de l’édifice (« Et si c’était David Guetta qui faisait l’inauguration de la Nouvelle Cathédrale, hein, les amis ? ») ou de tel marché de réfection, forcément public, forcément attribué à l’une ou l’autre entreprise de BTP dont le patron est l’ami d’un maire, d’un député, d’un sénateur bien en cour…

Le risque, il est là, bien avant d’autres.

D’ailleurs, il n’est qu’à voir les petites vomissures des politiciens dans les prochains jours et celles qui s’accumulent à présent pour comprendre qu’on est déjà sur ce chemin.

> H16 anime le blog Hashtable.

Autres articles

7 Commentaires

  • Alain CELSE , 18 Avr 2019 à 10:57 @ 10 h 57 min

    Pour restaurer au plus vite cette cathédrale, merci, GRAND MERCI d’envoyer de l’argent, beaucoup d’argent, des milliards d’euros, afin que l’on puisse le plus vite possible y retourner prier pour … tous ces gens qui crèvent dans la misère…

  • Droal , 18 Avr 2019 à 13:04 @ 13 h 04 min

    Le souci c’est que le mouvement des gj vient du fait que ce ne sont pas seulement des travailleurs pauvres mais aussi des travailleurs misérables.

    Un riche : quelqu’un qui a le nécessaire et le superflu.

    Un pauvre : quelqu’un qui a le nécessaire sans le superflu

    Un misérable : quelqu’un qui n’a ni l’un ni l’autre.

    Selon certains journaux il est prévu que le 1er mai « Paris devienne la capitale mondiale de l’émeute » grâce aux blacks bloc.

    Alors qu’elle est déjà, en puissance, la capitale à la cathédrale en bois.

  • Hugues , 18 Avr 2019 à 14:03 @ 14 h 03 min

    Des projets plein les cartons, qui attendaient un incendie involontaire :

    http://echelledejacob.blogspot.com/2019/04/notre-dame-architecte-des-batiment-de.html

    NB Quel hasard

  • Hugues , 18 Avr 2019 à 14:05 @ 14 h 05 min
  • maury , 18 Avr 2019 à 16:21 @ 16 h 21 min

    Citation « Bon, autant que mes dix ans passés le nez dans les bouquins de physique et de chimie servent à quelque chose, donc, c’est parti!
    La thermite est un mélange d’aluminium métallique et d’oxyde de fer. Sa réaction est dite « aluminothermique « , c’est une réaction typique oxydoréduction ou réaction redox est une réaction chimique au cours de laquelle se produit un transfert d’électrons, dans laquelle l’aluminium est oxydé et l’oxyde métallique réduit, a été découverte par Hans Goldschmidt en 1893 et brevetée deux ans plus tard.
    Cette réaction chimique génère une chaleur intense permettant d’atteindre une température de 2 204,4 °C en quelques seconde. La thermite est utilisée le plus souvent pour souder ou faire fondre de l’acier.
    Elle est extrêmement inflammable, la température atteinte lors de cette réaction est exceptionnellement haute (2200 degrés environ) permettant de brûler n’importe quel matériaux, sa combustion produit une fumée jaune caractéristique.
    Elle est très facile à produire, il suffit de mélanger 50% de poudre d’aluminium et 50% d’oxyde de fer, ensuite pour amorcer la réaction, il faut utiliser une mèche en magnésium.
    Tous les ingrédients sont en vente sur internet.
    La cathédrale n’a pas brûlé toute seule, Quod Erat Demonstrandum.#
    Alienor Lemoine
    Hier, à 19:44

  • Dany BARTHOUIL , 18 Avr 2019 à 19:19 @ 19 h 19 min

    De toute façon son discours était enregistré….ce n’est que la transmission qui a été repoussée ….Quand aux milliards nécessaires , il avait baissé les aides au Patrimoine …et personne ne parle des milliards dépensés pour les migrants….pour aider des pays étrangers dont on annule ensuite la dette !!

  • Lilou35 , 19 Avr 2019 à 17:28 @ 17 h 28 min

    Tout ce qu’on peut dire c’est que l’argent public est stocké dans un tonneau des danaïdes et que l’administration ne sait pas faire des économies, elle a l’argent trop facile l’argent est mieux entre les mains du privé Macron a eu raison de supprimer l’ISF il devrait même allé plus loin, pour contraindre l’état à être économe des deniers publics, les gilets jaunes seraient moins nombreux !

Les commentaires sont fermés.