L’ancien ambassadeur de France dénonce l’arrogance de Macron sur la Syrie

L’ancien ambassadeur de France dénonce l’arrogance de Macron sur la Syrie

Les propos d’Emmanuel Macron s’attribuant la victoire de la guerre en Syrie suscitent toujours des réactions, aussi bien dans les médias que dans la classe politique. Voici la réaction de Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France dans plusieurs pays d’Afrique : « M. Macron a dit que la France voulait revenir dans le dossier syrien, mais quand on veut revenir dans un dossier encore faut-il avoir le langage adéquat. Je pense qu’il ne faut pas d’arrogance. Il faut un petit peu de modestie. Par exemple, on ne peut pas dire que “La France a libéré Racca”, c’est pas vrai, ceux qui ont libéré Racca, c’est ni la France, ni les occidentaux, ni la coalition occidentale, c’est l’armée syrienne appuyée par les forces aériennes de la Russie. Tous ceux qui ont suivi le dossier le savent. Deuxièmement, on ne peut pas dire qu’on va négocier avec Bachar el Assad, et que Bachar el Assad est “L’Ennemi du peuple syrien”. Bachar el Assad n’est pas l’ennemi du peuple syrien, il en est le Président, ce qui est un peu différent. Il a été élu. Et je pense qu’il est réellement populaire en Syrie. Il n’est pas ressenti comme un massacreur, il est ressenti comme le garant de la souveraineté, de l’intégrité de la Syrie, et de son indépendance. »

Source : RT France, lundi 19 décembre 2017, 8h14

Autres articles

2 Commentaires

  • maginet , 21 Déc 2017 à 16:22 @ 16 h 22 min

    Bachar el Assad qui accuse : il faut préciser pas la France est responsable des crimes commis , mais ceux qui sont au gouvernement comme l’ancien Président et sa clique de M ….qui ont vendu des armes aux rebelles pendant des années qui se sont retrouvées ensuite dans les mains de DAECH
    Et Macron faisait partie de ce gouvernement, ce pt a la mémoire courte, mais le Président Bachar NON

  • Tonio , 25 Déc 2017 à 19:09 @ 19 h 09 min

    Macron se vante, c’est si facile, après coup, de se laisser aller à la forfanterie; ça rappelle les lâches qui en 1945 osaient enfin sortir de chez eux, le bras garni d’un ruban brassard FFI, alors quiils n’avaient jamais tenu un canif…
    Encore bravo à cet habile travestisseur des réalités!

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen