Ramadan : Des appels pour que manger ne soit plus un crime au Maroc

Ramadan : Des appels pour que manger ne soit plus un crime au Maroc

par Nirmine Saiss

La polémique revient chaque année. Avec le commencement du Ramadan, des militants marocains ont lancé une campagne via les réseaux sociaux pour réclamer le droit de manger et boire librement en public au Maroc pendant cette période du jeûne des musulmans.

La campagne, qui a débuté jeudi avec comme slogan “Manger n’est pas un crime”, appelle à l’abolition de l’article 222 du Code pénal qui punit d’un à six mois d’emprisonnement et d’une amende de 200 à 500 dirhams quiconque “notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion”.

Les propagandistes de cette campagne ont diffusé sur Twitter et Facebook des photos de repas dans les toilettes, exprimant leurs souffrances au cours de ce mois dans lequel ils se trouvent contraints à manger en cachette, craignant d’être arrêtés et punis conformément aux lois en vigueur au Maroc.

Chaque année dans le royaume chérifien, des citoyens marocains – souvent des jeunes – sont arrêtés pour avoir fumé, mangé ou bu de l’eau dans des lieux publics. Tous ont eu affaire à la justice marocaine pour avoir enfreint l’article 222 du Code pénal.

Mohamed Fizazi, l’un des cheikhs marocains les plus célèbres, estime que manger en public pendant Ramadan est une provocation pour les musulmans. Pour lui, “il est tout à fait compréhensible que les musulmans agressent une personne qui mange dans la rue pendant le mois sacré. Parce qu’au lieu d’aller manger chez elle et respecter ainsi les sentiments des jeûneurs, elle préfère provoquer leur colère”.

Hors, pour Kamal Znidar – écrivain marocain, auteur de deux livres sur l’islam -, “Agresser une personne qui mange dans un lieu public pendant le Ramadan est une attitude barbare qui ne puise pas ses sources de l’Islam mais plutôt de la culture de la djahiliya arabe”. “Ce barbarisme qui nuit beaucoup à l’image de l’islam, en tant que musulmans, nous devons le combattre et le punir sévèrement”, a-t-il ajouté.

L’auteur des livres “Islam : meilleure religion au monde” (2014) et “Islamisme, terrorisme et autoritarisme… Des liens réels ou fictifs” (2017) a souligné qu’au Maroc, “les dirigeants disent que l’apostasie n’est pas punie par les lois marocaines”.

“Or ceci est faux. Les marocains notoirement connus pour leur appartenance à la religion juive ou chrétienne peuvent manger et boire publiquement pendant le temps du ramadan. Par contre les citoyens marocains notoirement connus pour leur appartenance à l’islam et qui ont apostasié cette religion, non. Ceux-là s’ils affichent publiquement leur apostasie en mangeant ou buvant dans un lieu public, ils vont être arrêtés et mis en prison”, a-t-il rétorqué.

“Avant, c’était encore pire. Dans l’ancien Maroc, les apostats, on les tuait. On faisait ça au nom de l’islam. Or cette pratique n’a rien d’islamique” a tranché Kamal Znidar en ajoutant que “L’Islam n’est pas une Mafia. La fidélité à ses enseignements ne s’impose pas par la force. La foi et le culte doivent être embrassés avec la volonté et la conscience libres. Ils n’ont une valeur que lorsqu’ils visent le contentement d’Allah et l’obtention de Son agrément”.

Autres articles

2 Commentaires

  • jejomau , 21 Mai 2018 à 14:10 @ 14 h 10 min

    les mosquées financées et contrôlées par le Maroc donnent en France des musulmans qui se saoûlent à la binouse par packs complets tous les soirs. On retrouve les cadavres dans les rues le lendemain

    En outre, tous les soirs également ces musulmans s’empiffrent au nom du “jeûne”, rotent et pètent au point de faire des orgies.

    C’est prouvé :

    “Selon l’agence de communication ethnique Solis, les dépenses alimentaires des ménages augmenteraient de 40% pendant le ramadan”

    “L’économie du marché halal, en plein essor en France, est dopée par le ramadan, mois de jeûne” (le figaro)

    ” Ramadan est le mois de la dépense par excellence pour les Marocains.” (Aujourd’hui)

    “la période de jeûne est synonyme de hausse vertigineuse de la consommation” (pages halal)

    “Plus on jeûne… plus on mange. De Tunis à Dakar se vérifie l’axiome paradoxal du ramadan. “La hausse de la consommation des familles durant cette période est spectaculaire”, témoigne Pascal Pouvrasseau, directeur commercial des supermarchés Casino au Sénégal. (page halal)

    Bref, les musulmans n’adorent pas Dieu avec leur jeûne pipeau et hypocrite mais ils adorent baal et leur ventre tant ils se goinfrent !

  • Johnny Wendigo , 22 Mai 2018 à 7:17 @ 7 h 17 min

    L’Islam n’est pas une religion mais une mafia d’assassins.
    Mohammed a décapité 900 victimes de sa propre main à Médina il y a 1500 ans et a ordonné à toute sa vermine islamique de tuer tous les non musulmans, mais d’abord les tous voler, les violer, les torturer, les asservir et tous les tuer. ET ÇA CONTINUE!

Les commentaires sont fermés.