La CGT face à ses échéances

La CGT face à ses échéances

Les élections syndicales de novembre vont pour la CGT et Sud-Rail revêtir un caractère crucial. Les deux syndicats restent encore majoritaires de peu au sein du groupe SNCF. Mais le lent recul de la centrale communiste de Montreuil devrait, en toute logique, poursuivre son érosion. Le dernier scrutin l’avait vu passer de 35,64 % à 34,33 % et elle ne conservait une courte suprématie qu’avec l’appoint de Sud Rail.

Or, la ligne dure imposée depuis 2017 par Martinez, s’est traduite, de mois en mois, par plusieurs échecs. Échec de la mobilisation contre la Loi Travail. Échec du rapprochement avec Mélenchon. Échec enfin de la tentative d’enrayer le processus législatif de réforme ferroviaire. Et, de ce fait, c’est un des derniers grands bastions, avec EDF, du syndicalisme contestataire post-stalinien en France, composante du prétendu modèle social qui risque ainsi de basculer.

Les grèves estivales annoncées par la CGT n’ont même pas perdu la bataille. Les deux centrales le plus nuisibles, CGT et Sud Rail se sont, plus précisément en effet, révélées incapables de la livrer, impuissantes, au moins en apparence, et probablement en fait, de manière durable à imprimer leur marque au débat social.

Elles semblent s’être évanouies comme de la fumée.

L’effet psychologique ne peut pas en être négligé. Pour la première fois ce 15 août, votre serviteur peut en témoigner. Rentrant pour 48 heures sur Paris depuis sa chère Touraine, il ne s’est même pas préoccupé de savoir si son train allait ou non partir. À peine subsiste-t-il une petite inquiétude lancinante. Depuis que SNCF Réseau peut, enfin, rénover méthodiquement les voies et infrastructures, depuis que cet effort d’investissement est devenu prioritaire, on est toujours menacé de retards impunis. Cet énorme capital entre les mains d’un État paralytique avait été laissé quasiment à l’abandon par la priorité au tout TGV imposée par les technocrates, par les fournisseurs de SNCF [1] et les politiques : dans de tels choix erronés ou démagogiques, on doit reconnaître que la CGT n’entre pas directement pour grand-chose.

En revanche depuis la nationalisation du gouvernement Chautemps de 1937, et sa politique prolongeant le plan Freycinet lancé en 1878, les courants étatistes auxquels la CGT a toujours contribué, y compris à l’époque, antérieure à la mainimise communiste de 1943, où elle voisinait encore avec les idéologies planistes sociales-démocrates, en avaient fait une sorte de composante obligatoire du funeste prétendu modèle français.

Pendant plusieurs mois, la société française a donc été confrontée à une nouvelle forme de grève thrombose : cette grève perlée de 37 jours, s’est effectivement étalée du 22 mars au 28 juin. La nouveauté de la tactique des syndicats a dérouté les commentateurs agréés dont la plupart ont surtout parlé pour ne rien dire, art auquel excelle par exemple un Christophe Barbier dans ses inévitables interventions, enfonçant des portes ouvertes sur « C dans l’air ». Au lieu de chercher à comprendre ce que la situation comportait de nouveau on nous a gavés de références aux sorties de grèves du passé.

Une des caractéristiques des chiffres officiels diffusés par la direction de la SNCF aura été la différence de plus en plus marquée au long des épisodes d’arrêt du travail selon les catégories de personnels. En juin, au cours du dernier mois on pouvait certes parler par exemple de 14,28 % le 7, puis même de 13,68 % le 8 juin, après 13,97 % de grévistes le 28 mai. L’entreprise ferroviaire ne communiquait pas les taux de grévistes pour les jours de mobilisation tombant en fin de semaine. En regard cependant on pouvait observer des taux de 48 % pour les agents indispensables à la circulation.

L’effet thrombose, c’est-à-dire le blocage du seul fait d’une petite minorité pouvait jouer doublement :

Le premier blocage est effectué par le secteur étatisé des transports. Il s’impose aux salariés du secteur privé tributaires pour les fameuses migrations quotidiennes bi alternées, expression technocratique désignant les allers retour domicile-travail. Cela était commenté comme acceptable il y a 23 ans lors de la lutte contre le plan Juppé de 1995, au nom de la soi-disant grève par procuration. Cela n’est plus du tout ressenti de la même manière un quart de siècle plus tard : cette grève a connu la plus large impopularité.

Or, un second blocage minoritaire s’effectue au sein du ferroviaire lui-même. Tout simplement, les conducteurs et les aiguilleurs paralysent le trafic.

Tout en voyant le taux de participation évoluer à la baisse, et quelque inefficace qu’elle se soit révélée elle est restée gérée tout au long du printemps par une Intersyndicale.

Au terme du dernier épisode, cependant, les syndicats réformistes, la CFDT et l’Unsa, se sont bel et bien retirés et ont laissé les plus durs, la CGT et Sud Rail, continuer le combat dans la rue tout seuls. Le résultat le 7 juillet s’est soldé par une mobilisation de seulement 6,5 % de grévistes mais encore de 22,4 % pour les conducteurs.

Cette déroute risque fort de se retrouver dans les urnes et de conduire à une remise en cause du primat cégétiste, avec tout ce qu’il comporte dans le syndicalisme et la société. Voilà au moins une perspective positive pour ce vieux pays. On pourra peut-être dire alors merci aux staliniens obtus qui entourent Martinez.

> Jean-Gilles Malliarakis anime le blog L’Insolent.

Apostille :

1. C’est la vieille thèse développée par Beau de Loménie.

Autres articles