Censure et islam : les deux marottes d’Emmanuel Macron ?

Censure et islam : les deux marottes d’Emmanuel Macron ?

Dans les prochaines semaines ou les prochains mois, de l’Élysée vont sortir deux lois qui seront évidemment adoptées par un Parlement aux ordres. Deux lois qui vont pourrir la vie des Français attachés à leur liberté de pensée, de paroles et d’actions.

Du haut de son trôné doré, Emmanuel Macron a souhaité institutionnalisé la censure. Alourdissant les lois et décrets existants, il a choisi de soviétiser la presse en l’obligeant à s’auto-censurer pour éviter les foudres judiciaires et financières. Il vient de commencer ce sinistre engrenage en délogeant les journalistes de leur salle de presse déménagée dans une annexe de la Présidence.

Loin de moi la curiosité malsaine des pisse-papiers ! Son assistante Françoise Nyssen, accessoirement ministre de la culture, travaille depuis septembre à l’élaboration de cette loi que le Président a choisi de désigner le plus hypocritement du monde sous le nom de « loi de fiabilité et de confiance de l’information » (sic). Une terminologie qui rappelle celle des PV de stationnement devenue FPS forfait post-stationnement !

Macron veut donc contrôler ce qui se dit dans la presse et sur Internet, sur ces dangereux blogs et autres réseaux sociaux qui, désormais, se verront condamner soit à une interdiction de diffusion, soit à une amende, pardon à un FFN (forfait fake news) pouvant atteindre 45 000 euros si un juge ou le CSA imagine que la volonté du journaliste ou du blogueur était de tromper son auditeur ou son lecteur.

Mardi, le ministre de la Culture (car l’information, c’est de la culture, n’est-ce pas ?) a donc présenté les contours de la loi censée remplacée celle de 1881. Il s’agira de surveiller les réseaux sociaux et les médias sous influence d’un État étranger. RT est donc directement visé. Ainsi que Al Jezeerah, non, et pourquoi pas la BBC, etc. ? Visée principalement, la période électorale, car notre Manu espère bien reprendre l’occupation de son Olympe cinq nouvelles années. Que Matignon annonce que la baisse du chômage n’a jamais atteint un tel taux depuis 2009 n’est, bien sûr et en aucune façon, une fausse nouvelle. Par contre il est normal que Madame Nyssen cite comme déterminante les rumeurs lancées pendant la campagne du Brexit, celles qui ont permis la victoire de Trump, ou même le cas du référendum catalan.

C’est le juge des référés qui sera appelé à bloquer rapidement les fake news. A lui donc de décider si fausse ou bonne nouvelle il y a. Les plates-formes Web comme Facebook ou YouTube auront désormais l’obligation de coopérer pour faire cesser tout contenu jugé dangereux. Comme l’a souligné lui même Macron, « notre sujet n’est pas de définir ce qu’est une fausse nouvelle. Le vrai sujet est l’univers, les tuyaux, les canaux de diffusion des fausses nouvelles ».

L’autre loi en préparation largement inspiré par le Monsieur Islam de l’Élysée, Karim El Karoui, qui fut en son temps conseiller d’Ali Juppé, est pire encore : elle nous prépare un islam aseptisé qui aura le droit à un genre de concordat, au même titre que celui qui régit la religion catholique en Alsace, et permettra à la République de salarier les religieux. Bref, alors que les musulmans représentaient un poids politique et religieux anecdotique sous de Gaulle, les voilà qui s’apprêtent à prendre une place extrêmement importante et donc dangereuse pour l’équilibre et l’histoire de France, sous la présidence d’un tartuffe qui sait qu’il aura besoin des millions d’électeurs de confession mahométane.

L’islam doit faire partie du roman national. La religion est trop discriminée ; il faut donc l’accepter comme la seconde religion de France et applaudir de voir le sol français se couvrir de nouvelles mosquées. 300 sont déjà en préparation. Il faut imposer une taxe halal qui sera payée par tous les français consommateurs forcés ou non de viande produite par les abattoirs hallal. Il faut enseigner l’arabe à l’école, moyen de lutter contre la radicalisation. Et enfin, adapter la loi de 1905 afin de ne plus ostraciser la religion musulmane et la placer sur le même plan que les autres religions.

Voilà la liberté qu nous propose Emmanuel Macron, notre génial président… Enfin, génial… tel que certains de moins en moins nombreux l’entendent. Son sourire cache un homme potentiellement dangereux pour l’avenir d’un pays que nous aimions. Attendons que les députés aux ordres votent ces lois liberticides. Et ils le feront, le doigt sur la couture d’un pantalon-serpillère !

Floris de Bonneville

Autres articles

2 Commentaires

  • Joséphine , 22 février 2018 @ 8 h 15 min

    Excellente vision d’un avenir très inquiétant. Nous le devons à ces “cons” de Français qui ont vu en Macron, le sauveur de la FRANCE. Jusqu’à preuve du contraire, c’est celui qui mettra fin à son Histoire, ses traditions, ses us et coutumes, à nos existences.

  • appeals , 23 février 2018 @ 18 h 27 min

    Mais qui donc a voté pour ce fossoyeur ?

Les commentaires sont fermés.