Vidéo: «J’ai été contrôlé pour avoir porté un pin’s LMPT»

Alors qu’avait eu lieu jeudi un happening de filles (les « Porteuses ») contre la GPA devant la cathédrale Notre Dame, la police est intervenue mais n’a pas pu les arrêter à temps. Elle s’est alors rabattue sur un jeune homme qui était regardait  la scène en tant que spectateur et portait un pin’s de La Manif pour Tous.

Contacté par Nouvelles de France, le jeune homme raconte : « J’avais regardé en tant que spectateur le rassemblement de quelques filles contre la GPA, la police est arrivée mais elle n’a pas pu les arrêter. Les policiers ont voulu confisquer leur banderole et je leur ai fait remarquer qu’ils n’avaient pas le droit de le faire, qu’il ne s’agissait pas d’un rassemblement non autorisé car elles n’étaient pas plus d’une dizaine. En voyant mon pin’s, la policière m’a demandé : « vous êtes un organisateur ? ». Je lui ai répondu que non, que je ne faisais pas partie de ce groupe et que je regardais juste cette action. La policière m’a alors demandé ma carte d’identité et les forces de l’ordre m’ont retenu sur place, m’empêchant d’aller et venir, pendant 45 minutes. J’ai appelé mon avocat qui m’a confirmé qu’ils n’avaient pas le droit d’agir ainsi et qui l’a expliqué par téléphone à la policière. J’ai demandé pour quel motif j’étais retenu et la policière m’a répondu : « pas besoin de motifs, vous nous accompagnez à la voiture ». Il y avait plein de gens à côté et il n’y a que moi qui ai été contrôlé. J’étais le seul à avoir un pin’s LMPT et c’est en le voyant que la police m’a retenu trois quart d’heure. Finalement ils m’ont laissé partir ».

Autres articles

101 Commentaires

  • Eric , 21 Juin 2013 à 16:25 @ 16 h 25 min

    Je vais finir par croire qu’ils n’y a que des pd dans les forces de l’ordre, vu leur zèle à controler ou verbaliser ceux qui portent des sweet ou des pin’s.

  • Goupille , 21 Juin 2013 à 16:29 @ 16 h 29 min

    Il faut demander une autorisation de porter un pin’s de la Manif pour tous ???
    Ils perdent complètement les pédales.
    Yabon.

  • PJ , 21 Juin 2013 à 16:44 @ 16 h 44 min

    Tu portes plainte j’espère??!!!

  • Sully , 21 Juin 2013 à 16:45 @ 16 h 45 min

    Quand ils en prendront plein la gueule en allant emmerder les racailles , je versera pas une larme . C’est malheureux , mais qu’est-ce qu’ils attendent pour faire au moins une sorte de grève du zèle ? En effet , y sont pas tous des tantouzes .On est vraiment en dictature . “Moi président” , ne finira pas son mandat , et je crains pour lui qu’il ne finisse pas ds son lit . Ni Valls et encore moins Taubira . Quand on sème le vent , on récolte la tempête .

  • jean bombers , 21 Juin 2013 à 16:46 @ 16 h 46 min

    La Republique Socialiste Sovietique Francaise dans toute sa plendeur. Interdire par la force toute pensee contraire au multicul : mais dites le que la s***mie c’est l’amour, que l’islan c’est la paix, que le socialisme c’est le progres.

    La novlangue d’Orwell est devenue langue officielle de la ripoublique.

  • Gérard Couvert , 21 Juin 2013 à 16:50 @ 16 h 50 min

    C’est comme cela que s’instaurent les dictatures : dogmatisme et sectarisme sur un sujet, considération que les opposants sont des déviants et de ce fait asociaux donc opposés à tout le reste de l’édifice social. Ce dernier moint “acquis” alors il est légitime d’appliquer à ces derniers des droits restreints (réactionnaires blanc en URSS), voir un droit particulier (droit des Juifs chez les nazis).
    La suite est que les forces de l’ordre se sentent de plus en plus libres de décisions arbitraires -puisque “soutenues” par le système- puis d’actes discriminatoires : l’état de droit est rompu.
    Demeure, asymétrique, le droit de l’État, qui ni librement débattu, ni suffisamment démocratiquement accepté, n’est plus gagé sur le contrat social : une dictature est née.

  • Gérard Couvert , 21 Juin 2013 à 16:53 @ 16 h 53 min

    Non on leur dit à longueur de temps que les réact-bourgeois-catho (personnellement je ne suis rien de tout cela !) leur font perdre du temps, coutent chers, alors qu’il y a tant à faire, etc.

Les commentaires sont fermés.