Vidéo: «J’ai été contrôlé pour avoir porté un pin’s LMPT»

Alors qu’avait eu lieu jeudi un happening de filles (les « Porteuses ») contre la GPA devant la cathédrale Notre Dame, la police est intervenue mais n’a pas pu les arrêter à temps. Elle s’est alors rabattue sur un jeune homme qui était regardait  la scène en tant que spectateur et portait un pin’s de La Manif pour Tous.

Contacté par Nouvelles de France, le jeune homme raconte : « J’avais regardé en tant que spectateur le rassemblement de quelques filles contre la GPA, la police est arrivée mais elle n’a pas pu les arrêter. Les policiers ont voulu confisquer leur banderole et je leur ai fait remarquer qu’ils n’avaient pas le droit de le faire, qu’il ne s’agissait pas d’un rassemblement non autorisé car elles n’étaient pas plus d’une dizaine. En voyant mon pin’s, la policière m’a demandé : « vous êtes un organisateur ? ». Je lui ai répondu que non, que je ne faisais pas partie de ce groupe et que je regardais juste cette action. La policière m’a alors demandé ma carte d’identité et les forces de l’ordre m’ont retenu sur place, m’empêchant d’aller et venir, pendant 45 minutes. J’ai appelé mon avocat qui m’a confirmé qu’ils n’avaient pas le droit d’agir ainsi et qui l’a expliqué par téléphone à la policière. J’ai demandé pour quel motif j’étais retenu et la policière m’a répondu : « pas besoin de motifs, vous nous accompagnez à la voiture ». Il y avait plein de gens à côté et il n’y a que moi qui ai été contrôlé. J’étais le seul à avoir un pin’s LMPT et c’est en le voyant que la police m’a retenu trois quart d’heure. Finalement ils m’ont laissé partir ».

Autres articles

101 Commentaires

  • Orlando , 26 Juin 2013 à 14:03 @ 14 h 03 min

    Cher Q&P,
    Je tiens à vous expliquer le sens de ma phrase puisque vous ne semblez pas comprendre le français et répliquez en tentant de “mépriser” (pour ne pas dire insulter) ce qui prennent le temps de débattre.

    J’ai parlé de manifestation non déclarée donc illicite (la manifestation est illicite) > faits constitutifs d’un (délit 431-9 CP).
    L’attroupement est illicite par nature vous le faites remarquer vous même et je vous en félicite! Vous en expliquez d’ailleurs assez bien la procédure de résolution… quoique aproximativement mais le sujet est ailleurs.

    Partant du principe de la manifestation illicite, l’individu qui nous intéresse peut être controlé afin car il est susceptible de l’avoir organisée et/ou de fournir des éléments à ce sujet.
    Le fait est, et c’est là que l’on revient sur l’attroupement, qu’il y a atteinte à l’ordre public et que toute personne peut alors être controlée pour prévenir cette atteinte.

    J’espère avoir été assez clair pour un esprit obtus comme le vôtre qui me caractérisez de bête. En vous précisant que je pratique le code pénal depuis une quinzaine d’années (6ans en relation avec le parquet) sans qu’aucun magistrat ne me fasse de réflexion.
    Vous êtes donc très certainement UN SUPER MAGISTRAT.

    Mes hommages Maitre Q&P.

  • Orlando , 26 Juin 2013 à 14:34 @ 14 h 34 min

    Cher C.B.

    Mon argumentation ne pêche pas par imprécision car le fait est que je n’étais pas sur place au moment des faits. Donc, j’argumente afin d’expliquer tant que faire ce peut les faits.
    Marin dit qu’il a présenté ses papiers et que le controle n’avait pas a durer. Vous précisez que la photo montre bien qu’il a présenté sa CNI.
    OBJECTIVEMENT: Moi je dis qu’on ne sait pas a quel moment la photo est prise (avant ou après le contrôle) et surtout combien de temps celui-ci a duré! Nous n’avons que les déclarations de l’individu qui, se pose en tant que victime alors qu’il reconnait dans la vidéo faire partie de la manif (0:19). Il a été tellement privé de sa liberté qu’il a pu contacter son avocat!.
    Ceci est un premier point pour vous mettre en garde sur la désinformation que NOUS subissons tous aujoud’hui!
    Passons! Une fois l’identité établie, il faut établir s’il a ou non participé à l’organisation de la manifestation par les moyens mis à la disposition des policiers (fichiers informatiques, contacts préfecture etc…). Ces vérifications prennent un “certain temps” mais de toutes façons, les autorités en sont avisées:
    -Personne ne fait remarquer la présence d’une femme en civil porteuse d’une radio complètement à droite et avec qui la policière parle (hiérarchie, autorité locale…)

    En tous cas, avec tous ces éléments et les “nombreuses plaintes à l’IGS” dont Marin semble être bien au courant. Lumière sera faite!

    Je reste à votre service.

    O.B.

  • Orlando , 26 Juin 2013 à 14:56 @ 14 h 56 min

    Cher C.B.

    1. Il n’y a pas de notion légale “quantitative” concernant le rassemblement (A partir de 2 je suppose. A moins qu’on se rassemble avec soi-même.). Ce que la loi vise c’est “tout rassemblement de personnes sur la voie publique ou dans un lieu public susceptible de troubler l’ordre public”. 431-3CP
    Une famille peut se promener comme elle veut tant qu’elle ne crée pas un trouble à l’ordre public.

    2.Je pense qu’il faudrait faire un sondage auprès des personnes gardées à vue concernant le “dévouement des avocats” qu’ils ont demandé et qu’ils ne voient pas venir. Cette réforme pourtant “nécessaire pour garantir les droits des personnes détenues” et qui fait souffler les avocats quand on leur dit de venir en pleine nuit répondant que celà peut bien attendre la matinée.

    3.Je ne pense pas que le chomage des “juristes” soit de nature a inverser une quelconque courbe surtout que cette réforme a été engagée sous “l’ancien empire”.
    La police ne fait pas plus de zèle que n’en font les journalistes : C’est en mettant des arrestations à la une qu’on parlera de zèle de la police. En mettant des images d’agression qu’on parlera d’insécurité. En mettant des images de LMP qu’on parlera d’homophobie.
    Je pense que les médias devraient jouer plus leur role d’information que d’audimat ou rentabilité.
    C’est mon point de vue et c’est à vous de voir.
    Pour info, la police n’est pas payée a l’interpellation contrairement au journaliste qui a “l’info du siècle”.

    O.B.

Les commentaires sont fermés.